Alexis Chaussalet
militant associatif
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2020

Alexis Chaussalet
militant associatif
Abonné·e de Mediapart

Les jardins de Manapany doivent rester publics!

Abattage d’arbre exotique centenaire, mise en péril de l’espèce protégée du Gecko de Manapany (Ile de la Réunion), bétonisation du littoral, insultes publiques proférées par le maire… l’affaire des jardins de Manapany embourbe l’équipe municipale de Saint-Joseph, contrainte à des justifications approximatives, bien loin de répondre aux inquiétudes légitimes des opposant·e·s.

Alexis Chaussalet
militant associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le site de Manapany-les-Bains

Depuis maintenant 10 semaines un conflit oppose la mairie de Saint-Joseph et des citoyen·ne·s réunionnais·es qui défendent l’accès public aux « jardins de Manapany ».

A l’origine de cette situation, au sortir du confinement, l’apparition de panneaux avec l’inscription « interdit au public » apposés tout autour d’un lieu bien connu des riverain·e·s pour accueillir des activités culturelles en tout genre et des pique-niques dominicaux.

Malgré des demandes répétées de la part du « Collectif des usagers des jardins de Manapany » la mairie a attendu 8 semaines avant de leur proposer une rencontre en mairie. Hasard, ou pas, du calendrier, c’est durant cette réunion que des travaux de bétonisation autour du jardin ont commencé abattant notamment un bois noir, un arbre exotique centenaire.

Jouant sur l'ambiguïté du statut du terrain, la mairie prétend qu’il s’agit d’un domaine communal privé, alors que l’ensemble des habitant·e·s du quartier l’ont toujours considéré comme un jardin public. En effet, il s’agit d’un lieu connu et fréquenté depuis toujours par les familles réunionnaises qui viennent pique-niquer sur ce site naturel exceptionnel. Si l’on reconnaît son statut dans l’usage, à savoir celui de jardin public, il serait alors impossible à la mairie de procéder à quelconque aménagement et modification du lieu, en vertu de l’article L 121-47 du code de l’urbanisme.

Par ailleurs cette petite zone de l’île qu’est Manapany-les-Bains, abrite une espèce endémique, protégée et en danger critique d'extinction : le gecko vert de Manapany.

Le gecko vert de Manapany

Outre ces caractéristiques naturelles remarquables, ce lieu était également connu pour la richesse de l’offre culturelle qu’il permettait. Manapany surf festival, Dimanches du Sud Sauvage .. concerts, ateliers, formations, espaces de lecture, bref un lieu qui brassait, mélangeait et qui n’a jamais occasionné de quelconque nuisance pour les riverain·e·s.

Face aux nombreux doutes qui habitent les usager·e·s de ce site à propos de son avenir, il est impossible d’obtenir des réponses précises de la mairie. De nombreuses rumeurs circulent sur des travaux d’extension du bassin de Manapany et sur le possible aménagement d’une plage privée. On peut légitimement considérer avec sérieux ces inquiétudes quand l’on sait qu’un projet hôtelier 4* et SPA, conduit par le propriétaire des Casinos de Saint-Pierre, a été lancé habilement au lendemain des élections municipales. Mais malgré de nombreuses interpellations, le lancement d’une pétition, la mairie se contente de calomnier les opposant·e·s et n’apporte aucune réponse concrète et précise sur le devenir de ces lieux.

De quoi le maire a t-il peur pour ainsi caricaturer des amoureux de ce site et des protecteurs de la nature ? L’opération a atteint son paroxysme de l’absurde lorsque le maire et ses adjoints, interpellés sur le devenir de ce lieu par des opposant·e·s, se sont fendus d’insultes et de provocations :

« Heureusement que j’ai le masque parce que j’ai peur de cracher à votre figure »

« na in boug kan i coz la i san la merde »

« ou lé un con-tribuable ou ? en 2 mots »

« i arang a ou ou giyn RSA »

« alé rode un travay au lieu de vivre aux crochets de la société »

« vous avez 6 ans pour crever »

« out travay c’est de vivre du RSA connard »

On appréciera la profondeur des réponses politiques. Après le scandale suscité par de tels propos le maire de Saint-Joseph sera contraint de se justifier en vidéo. Comme dans un aveu de culpabilité, il ne fera au cours de 4 minutes que calomnier les opposant·e·s et ne répondra à aucun moment sur l’avenir de ce projet.

Pour avoir manifesté sur les lieux en demandant la réouverture des jardins au public, 4 militants ont été placés en garde à vue pendant près de 48h. Ils comparaitront devant le tribunal de St Pierre le 27 octobre prochain. Un rassemblement de soutien est prévu. Ils étaient pour certains membres du "QG Zazalé" qui a contribué depuis le début à populariser et médiatiser cette lutte. Placés sous contrôle judiciaire, ces militant·e·s ont l'interdiction de se rendre sur le territoire de la commune de St Joseph et de se rencontrer avant la tenue du procès.

Plus que jamais, si la mairie n’a rien à cacher pourquoi ne pas rendre public l’ensemble des informations et des projets liés à Manapany-les-Bains ?

Dans un des 34 hotspot de la biodiversité mondiale comment peut-on développer un projet de bétonisation sur un littoral abritant de la faune et de la flore hautement protégés ?

Face à ces questionnements, la majorité municipale répond par voie de presse : « la commune a des ambitions pour Manapany. C’est un bien qui peut être valorisé pour rapporter à la commune ».

Cela semble donc désormais assumé, à Saint-Joseph, le profit passe avant la protection de la nature et du patrimoine historique réunionnais.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes