Alexis Chaussalet
militant associatif
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2020

Les jardins de Manapany doivent rester publics!

Abattage d’arbre exotique centenaire, mise en péril de l’espèce protégée du Gecko de Manapany (Ile de la Réunion), bétonisation du littoral, insultes publiques proférées par le maire… l’affaire des jardins de Manapany embourbe l’équipe municipale de Saint-Joseph, contrainte à des justifications approximatives, bien loin de répondre aux inquiétudes légitimes des opposant·e·s.

Alexis Chaussalet
militant associatif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le site de Manapany-les-Bains

Depuis maintenant 10 semaines un conflit oppose la mairie de Saint-Joseph et des citoyen·ne·s réunionnais·es qui défendent l’accès public aux « jardins de Manapany ».

A l’origine de cette situation, au sortir du confinement, l’apparition de panneaux avec l’inscription « interdit au public » apposés tout autour d’un lieu bien connu des riverain·e·s pour accueillir des activités culturelles en tout genre et des pique-niques dominicaux.

Malgré des demandes répétées de la part du « Collectif des usagers des jardins de Manapany » la mairie a attendu 8 semaines avant de leur proposer une rencontre en mairie. Hasard, ou pas, du calendrier, c’est durant cette réunion que des travaux de bétonisation autour du jardin ont commencé abattant notamment un bois noir, un arbre exotique centenaire.

Jouant sur l'ambiguïté du statut du terrain, la mairie prétend qu’il s’agit d’un domaine communal privé, alors que l’ensemble des habitant·e·s du quartier l’ont toujours considéré comme un jardin public. En effet, il s’agit d’un lieu connu et fréquenté depuis toujours par les familles réunionnaises qui viennent pique-niquer sur ce site naturel exceptionnel. Si l’on reconnaît son statut dans l’usage, à savoir celui de jardin public, il serait alors impossible à la mairie de procéder à quelconque aménagement et modification du lieu, en vertu de l’article L 121-47 du code de l’urbanisme.

Par ailleurs cette petite zone de l’île qu’est Manapany-les-Bains, abrite une espèce endémique, protégée et en danger critique d'extinction : le gecko vert de Manapany.

Le gecko vert de Manapany

Outre ces caractéristiques naturelles remarquables, ce lieu était également connu pour la richesse de l’offre culturelle qu’il permettait. Manapany surf festival, Dimanches du Sud Sauvage .. concerts, ateliers, formations, espaces de lecture, bref un lieu qui brassait, mélangeait et qui n’a jamais occasionné de quelconque nuisance pour les riverain·e·s.

Face aux nombreux doutes qui habitent les usager·e·s de ce site à propos de son avenir, il est impossible d’obtenir des réponses précises de la mairie. De nombreuses rumeurs circulent sur des travaux d’extension du bassin de Manapany et sur le possible aménagement d’une plage privée. On peut légitimement considérer avec sérieux ces inquiétudes quand l’on sait qu’un projet hôtelier 4* et SPA, conduit par le propriétaire des Casinos de Saint-Pierre, a été lancé habilement au lendemain des élections municipales. Mais malgré de nombreuses interpellations, le lancement d’une pétition, la mairie se contente de calomnier les opposant·e·s et n’apporte aucune réponse concrète et précise sur le devenir de ces lieux.

De quoi le maire a t-il peur pour ainsi caricaturer des amoureux de ce site et des protecteurs de la nature ? L’opération a atteint son paroxysme de l’absurde lorsque le maire et ses adjoints, interpellés sur le devenir de ce lieu par des opposant·e·s, se sont fendus d’insultes et de provocations :

« Heureusement que j’ai le masque parce que j’ai peur de cracher à votre figure »

« na in boug kan i coz la i san la merde »

« ou lé un con-tribuable ou ? en 2 mots »

« i arang a ou ou giyn RSA »

« alé rode un travay au lieu de vivre aux crochets de la société »

« vous avez 6 ans pour crever »

« out travay c’est de vivre du RSA connard »

On appréciera la profondeur des réponses politiques. Après le scandale suscité par de tels propos le maire de Saint-Joseph sera contraint de se justifier en vidéo. Comme dans un aveu de culpabilité, il ne fera au cours de 4 minutes que calomnier les opposant·e·s et ne répondra à aucun moment sur l’avenir de ce projet.

Pour avoir manifesté sur les lieux en demandant la réouverture des jardins au public, 4 militants ont été placés en garde à vue pendant près de 48h. Ils comparaitront devant le tribunal de St Pierre le 27 octobre prochain. Un rassemblement de soutien est prévu. Ils étaient pour certains membres du "QG Zazalé" qui a contribué depuis le début à populariser et médiatiser cette lutte. Placés sous contrôle judiciaire, ces militant·e·s ont l'interdiction de se rendre sur le territoire de la commune de St Joseph et de se rencontrer avant la tenue du procès.

Plus que jamais, si la mairie n’a rien à cacher pourquoi ne pas rendre public l’ensemble des informations et des projets liés à Manapany-les-Bains ?

Dans un des 34 hotspot de la biodiversité mondiale comment peut-on développer un projet de bétonisation sur un littoral abritant de la faune et de la flore hautement protégés ?

Face à ces questionnements, la majorité municipale répond par voie de presse : « la commune a des ambitions pour Manapany. C’est un bien qui peut être valorisé pour rapporter à la commune ».

Cela semble donc désormais assumé, à Saint-Joseph, le profit passe avant la protection de la nature et du patrimoine historique réunionnais.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar