La PROBLÉMATIQUE CENTRALE de la DÉMOCRATIE PLURALISTE en AFRIQUE.

La PROBLÉMATIQUE CENTRALE de la DÉMOCRATIE PLURALISTE en AFRIQUE est de DONNER du CONTENU à la SOUVERAINETÉ du PEUPLE en rendant le pouvoir politique plus représentatif socialement. Cette restauration de la souveraineté du peuple passe par un RÉENRACINEMENT SOCIAL du POUVOIR à un double point de vue.

La PROBLÉMATIQUE CENTRALE de la DÉMOCRATIE PLURALISTE en AFRIQUE est de
DONNER du CONTENU à la SOUVERAINETÉ du PEUPLE en rendant le pouvoir politique plus représentatif socialement.

Cette restauration de la souveraineté du peuple passe par un RÉENRACINEMENT SOCIAL du POUVOIR à un double point de vue.

PREMIÈREMENT : les partis politiques doivent être rétablis dans leur rôle fonctionnel qui est de faire participer les masses au gouvernement du pays, d'assurer la défense et la représentation politiques des intérêts, des besoins existentiels de, des valeurs de la diversité des catégories de la société .

La légitimité des partis politiques doit , à cet effet, être déterminée par la capacité de leurs dirigeants à élaborer et à formuler en offres politiques, un programme rationnel, cohérent et crédible de gouvernement à partir des besoins et des demandes des catégories de la société.

Certes en raison de la contingence intrinsèque de l'histoire et de la complexité des circonstances toujours particulières dans lesquelles se déroule l'action politique, l'on ne peut garantir avec certitude la réalisation de toutes les promesses contenues dans un programme de gouvernement.

Néanmoins l'action politique partisane en démocratie pluraliste est inconcevable sans programme économique, politique et social de gouvernement et sans déclaration publique de ses grandes directrices. La lisibilité et la crédibilité des programmes partisans doivent être, pour cela, un impératif incontournable dans nos démocraties.

DEUXIÈMEMENT : La légitimité de l'élu doit, par principe et pour cela , être déterminée par sa capacité à représenter effectivement les intérêts de son électorat et à réaliser le programme de son mandat électoral. Cette légitimité est conditionnée par son arrimage social à son électorat autrement dit par sa représentativité sociale.

Les procédures et les institutions de la démocratie pluraliste africaine doivent être déférées au service de la souveraineté du peuple et à la finalité ultime de ce régime de liberté qui est de transformer le pouvoir politique en service public des droits fondamentaux de la personne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.