Alice_D
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 août 2022

Alice_D
Abonné·e de Mediapart

Colum Mc Caan : dévérouiller l' imaginaire

L'écrivain irlandais Colum MC Cann, ami de Salman Rushdie publiait hier, 27 août, une tribune dans Libération sur l'attentat perpétré le 12 août dernier contre l'écrivain sous le coup d'une fatwa depuis 33 ans.Il analyse ce que cette tentative d'assassinat exprime, dans une époque apparemment ouverte, en réalité rétrécie. Extraits en partage

Alice_D
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Titre :  «L’une des choses que Salman Rushdie a toujours réclamées est de penser aux autres avec sympathie»

[...]

Un homme de 24 ans, du New Jersey, Hadi Matar, a été accusé de meurtre au second degré. Il a laissé Salman Rushdie avec des séquelles à vie et le monde en état de choc, nous rappelant que rien n’est jamais vraiment terminé, surtout pas le désir de se claquemurer dans les pièces étriquées de nos haines.

Tout le débat autour de la liberté de parole, et même de la liberté d’expression, s’est une fois de plus retrouvé sous la lumière halogène d’un hôpital.

[...]

Il ne fait guère de doute que l’ombre mordante de la fatwa de l’ayatollah Khomeini planait sur l’acte violent, et il est facile de le rejeter comme étant celui d’un fou, une gueule de bois du passé ou l’influence d’un régime lointain. Mais il est tout aussi impossible de dissocier ce genre d’acte du climat politique actuel aux Etats-Unis. N’oublions pas que l’agresseur de Rushdie a grandi dans les rues du New Jersey.

[...]

Nous vivons à une époque qui souffre de plus en plus d’auto-conviction. «Entrez dans ma pièce si vous me ressemblez. Entrez dans la pièce si vous parlez comme moi. Entrez dans ma pièce si vous votez comme moi. Entrez dans la pièce si vous partagez ma soi-disant foi.» La grande ironie de notre ère technologique est que nous vivons dans un monde qui devrait être ouvert à tous, mais qui est en fait vicié par la pire étroitesse qui soit. Nous nous recroquevillons encore et encore dans un vortex qui va se rétrécissant. Nous choisissons les règles plutôt que la créativité. Nous nous confinons. Fermons les rideaux. Créons des hiérarchies. Verrouillons nos imaginaires sur des coordonnées GPS données. Disons que votre liberté de parole n’est pas la même que notre liberté de parole.

La véritable question n’est pas de savoir si vous aimez ou non les Versets sataniques. La capacité à faire réfléchir, en tant qu’œuvre d’art et en tant que provocation, enrichit autrement plus l’esprit humain que nier sa capacité à exister. Il est vrai que nous ne devrions pas intentionnellement offenser des personnes, des groupes ou des religions. (A mon sens, Rushdie n’a pas intentionnellement offensé, et était bien plus intéressé par l’idée de critique créative.) Mais il est également vrai que nous ne devrions pas invoquer la censure pour apaiser une minorité qui entend patrouiller aux frontières de ses propres mondes autoproclamés.

C’est une affaire délicate. C’est compliqué. C’est difficile. Mais, dans l’esprit spinoziste, tout ce qui est excellent est aussi difficile que rare.

L’une des choses que Salman Rushdie a toujours réclamées est la capacité de penser concrètement et avec sympathie, de manière contrapuntique, aux autres. Nous devons comprendre les vies par-delà la nôtre. Ouvrir les rideaux. Déverrouiller les coordonnées. Et pas juste au niveau de la société civile, mais aussi dans l’art et le journalisme et à la maison, et peut-être par-dessus tout dans nos salles de classe.

[...]

 Une fois qu’il aura récupéré, je suis sûr qu’il extraira la beauté et l’intelligence des branches et les fera tourbillonner dans les airs.

Après tout, il a lui-même, dans le passé, cité D.H. Lawrence qui a dit, de manière assez optimiste et saine : «Nous devons vivre, peu importe combien de cieux nous sont tombés dessus.»]

...................................................................................................................................

L'intégralité de cette tribune a initialement été publiée dans the Irish Independant :

 https://www.irishtimes.com/culture/books/2022/08/14/colum-mccann-says-his-friend-salman-rushdie-will-have-something-even-more-profound-to-say-after-recovery/

Elle a été traduite par Christophe Lucchese pour Libération :

https://www.liberation.fr/idees-et-debats/colum-mccann-lune-des-choses-que-salman-rushdie-a-toujours-reclamees-est-de-penser-aux-autres-avec-sympathie-20220828_EEUBZMXF2VBZXLAGYVBVNZNLSY/?redirected=1

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« Je ne vois pas comment cet embrasement s’arrêterait »
Il y a une semaine, les ouvriers de la plus grosse usine de production d’iPhone se révoltaient, ouvrant la voie à un mouvement de protestation dans toute la Chine, exaspérée par la politique « zéro Covid ». Entretien avec la sociologue Jenny Chan, spécialiste du monde ouvrier chinois.
par Eric Sautedé
Journal — Justice
À la mairie de Saint-Étienne : « Après Perdriau maître chanteur, voici Perdriau maître censeur »
Un nouveau conseil municipal sous tension s’est tenu lundi à Saint-Étienne, dix jours après la censure préalable d’un article de Mediapart. Les appels à la démission du maire se sont multipliés, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôtel de ville. Inflexible, Gaël Perdriau a déclaré qu’il ne démissionnera pas, même s’il est mis en examen. 
par Mathieu Martinière (We Report)
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d'évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan