alicelancien@gmail.com
Urbanisme, participation citoyenne et études urbaines.
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2020

#3 Le dépôt de plainte: « Il ne vous a pas frappée? Alors je ne peux rien faire »

[Archive] Troisième et dernier épisode de cette série sur le harcèlement et les agressions sexistes dans les transports en commun. Cet épisode porte sur les limites et les insuffisances des dispositifs d’accompagnement aux victimes, qui contribuent à invisibiliser les agressions faites aux femmes.

alicelancien@gmail.com
Urbanisme, participation citoyenne et études urbaines.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le surlendemain de l’agression (voir épisode #2), je décide d’appeler le 3117, le fameux numéro "victimes ou témoins, donnez l'alerte" mis en place par la RATP, largement diffusé dans les campagnes de communication contre le harcèlement dans les transports en commun les mois précédents (voir épisode #1). En appelant, j’espère y trouver un espace d’écoute, d’accompagnement et de conseil. La réalité est toute autre. Après deux sonneries, un homme décroche le téléphone. Premier étonnement : je ne m’attendais pas à avoir à raconter à un homme les circonstances de mon agression. Je lui explique la scène. Raisonnant en gestionnaire qui applique les critères qu’on lui a fournis, il se contente de me dire qu’il ne peut rien faire car le délai est dépassé : plus de 24h sont passées. Puis il me pose une dernière question : « vous avez été frappée ? ». La question m’étonne, ainsi que l’usage de la forme passive pour me demander ce qui m’est arrivé. Ce à quoi je lui réponds : « Non, il m’a menacée avec une bouteille de bière ». « Ah... Bon bah il faut aller au commissariat déposer plainte. J'espère que j'ai répondu à votre question. Merci, au revoir madame. » me répond-il. Accompagnement expéditif.

Je décide donc d’aller le lendemain au commissariat de police pour déposer plainte, afin qu’il y ait une trace et que cette agression soit comptabilisée, mais également pour être informée si des démarches peuvent être engagées pour retrouver l’agresseur. Au commissariat, après avoir déclaré à l’accueil que je souhaite déposer plainte pour agression sexiste, je suis accueillie par un fonctionnaire de police -à nouveau un homme-. Il écoute ma situation, me pose quelques questions auxquelles je réponds, il prend note. À aucun moment il ne m’informe de mes droits, de la différence entre un dépôt de plainte et une main courante, des différents types de qualification des faits en fonction de ce qui m’est arrivé. Je ressors du commissariat une dizaine de minutes plus tard avec une main courante pour injures.

Plus de dépôt de plainte, pas de mention d’agression ni encore moins du caractère sexiste de l’agression. Quelles sont les raisons qui peuvent expliquer cela ? Je ne peux faire ici que des suppositions : mauvaise interprétation de la loi par le fonctionnaire de police, classement en main courante pour éviter d’ouvrir une information judiciaire qui engorgerait encore davantage des services déjà saturés, point de vue masculin ayant tendance à minimiser les faits...

La scène vécue correspondait cependant bien à une agression ayant fait l’objet d’injure verbale à caractère sexiste. J’aurais sans doute pu porter plainte au vu de la Loi n° 2018-703 du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes. La réalité a été toute autre1.

Le récit des différentes étapes de cette scène d’agression ordinaire met en évidence l’ensemble des dimensions structurelles qui contribuent à invisibiliser l’ampleur des agressions faites aux femmes : délais de prescription, erreur dans la qualification des plaintes, manque d’accompagnement…

À l’évidence, les moyens mis en place pour lutter contre les violences faites aux femmes dans les transports en commun comme ailleurs sont encore bien insuffisants voire défaillants, et contribuent à ce que perdurent les violences structurelles dont elles font l’objet. Il est urgent d’y remédier.

1 Voir plus en détail les termes juridiques définissant les types d’injures ici, ainsi que la loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau