alicelancien@gmail.com
Urbanisme, participation citoyenne et études urbaines.
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2020

#3 Le dépôt de plainte: « Il ne vous a pas frappée? Alors je ne peux rien faire »

[Archive] Troisième et dernier épisode de cette série sur le harcèlement et les agressions sexistes dans les transports en commun. Cet épisode porte sur les limites et les insuffisances des dispositifs d’accompagnement aux victimes, qui contribuent à invisibiliser les agressions faites aux femmes.

alicelancien@gmail.com
Urbanisme, participation citoyenne et études urbaines.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le surlendemain de l’agression (voir épisode #2), je décide d’appeler le 3117, le fameux numéro "victimes ou témoins, donnez l'alerte" mis en place par la RATP, largement diffusé dans les campagnes de communication contre le harcèlement dans les transports en commun les mois précédents (voir épisode #1). En appelant, j’espère y trouver un espace d’écoute, d’accompagnement et de conseil. La réalité est toute autre. Après deux sonneries, un homme décroche le téléphone. Premier étonnement : je ne m’attendais pas à avoir à raconter à un homme les circonstances de mon agression. Je lui explique la scène. Raisonnant en gestionnaire qui applique les critères qu’on lui a fournis, il se contente de me dire qu’il ne peut rien faire car le délai est dépassé : plus de 24h sont passées. Puis il me pose une dernière question : « vous avez été frappée ? ». La question m’étonne, ainsi que l’usage de la forme passive pour me demander ce qui m’est arrivé. Ce à quoi je lui réponds : « Non, il m’a menacée avec une bouteille de bière ». « Ah... Bon bah il faut aller au commissariat déposer plainte. J'espère que j'ai répondu à votre question. Merci, au revoir madame. » me répond-il. Accompagnement expéditif.

Je décide donc d’aller le lendemain au commissariat de police pour déposer plainte, afin qu’il y ait une trace et que cette agression soit comptabilisée, mais également pour être informée si des démarches peuvent être engagées pour retrouver l’agresseur. Au commissariat, après avoir déclaré à l’accueil que je souhaite déposer plainte pour agression sexiste, je suis accueillie par un fonctionnaire de police -à nouveau un homme-. Il écoute ma situation, me pose quelques questions auxquelles je réponds, il prend note. À aucun moment il ne m’informe de mes droits, de la différence entre un dépôt de plainte et une main courante, des différents types de qualification des faits en fonction de ce qui m’est arrivé. Je ressors du commissariat une dizaine de minutes plus tard avec une main courante pour injures.

Plus de dépôt de plainte, pas de mention d’agression ni encore moins du caractère sexiste de l’agression. Quelles sont les raisons qui peuvent expliquer cela ? Je ne peux faire ici que des suppositions : mauvaise interprétation de la loi par le fonctionnaire de police, classement en main courante pour éviter d’ouvrir une information judiciaire qui engorgerait encore davantage des services déjà saturés, point de vue masculin ayant tendance à minimiser les faits...

La scène vécue correspondait cependant bien à une agression ayant fait l’objet d’injure verbale à caractère sexiste. J’aurais sans doute pu porter plainte au vu de la Loi n° 2018-703 du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes. La réalité a été toute autre1.

Le récit des différentes étapes de cette scène d’agression ordinaire met en évidence l’ensemble des dimensions structurelles qui contribuent à invisibiliser l’ampleur des agressions faites aux femmes : délais de prescription, erreur dans la qualification des plaintes, manque d’accompagnement…

À l’évidence, les moyens mis en place pour lutter contre les violences faites aux femmes dans les transports en commun comme ailleurs sont encore bien insuffisants voire défaillants, et contribuent à ce que perdurent les violences structurelles dont elles font l’objet. Il est urgent d’y remédier.

1 Voir plus en détail les termes juridiques définissant les types d’injures ici, ainsi que la loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart