Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

66 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2015

le Cirque Tzigane Romanès ouvre de nouveau son coeur au flamenco

Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Transféré, cet été du XIIème arrondissement parisien à la périphérie du XVIème (voir ci-dessous), le Cirque Romanès va réouvrir ses portes au public avec le nouveau spectacle de Casa Planète intitulé "Corazón Flamenco".  

Au menu, Paloma Pradal, cantoara, fille du poète-compositeur Vicente Pradal et Samuel Rouesnel dit Samuelito, jeune guitariste plein de fougue à la technique déjà fort maîtrisée, lequel devrait s’imposer dans les années à venir s’il persiste à sonder l’âme andalouse et puise aux tréfonds de cet art-passion. Ces deux jeunes  talents prometteurs avaient déjà été réunis par Casa Planète sous ce même chapiteau  lors de la soirée organisée, il y a un an, en hommage au maestro des maestros, Paco de Lucia, brutalement disparu, le 25 février 2014. Ils se retrouveront sur cette scène, vendredi prochain, 9 octobre, à 20 heures 30.


Plateau qui sera enrichi par la présence d’artistes consacrés tel  Cristo Cortès, cantaor français, parmi  les plus talentueux de l’Hexagone, si ce n’est le plus. Né dans la cité phocéenne, il y a 44 ans, d’une famille gitane andalouse d’Alméria, sur scène dès sa  plus tendre enfance, Cortès a, dès la fin des années 90,  affiné son art du cante, aux côtés de représentants majeurs du flamenco, telle la cantaora Carmen Linarès, les danseurs, José Maya et Andrès Marin, El Grilo, le guitariste Tomatito, ou Nino de Pura pour ne citer qu'eux. Mexique, Etats-Unis, Canada, Suisse, Allemagne, Grèce, Japon, depuis 1999, Cristo Cortès se produit aux côtés de maîtres du flamenco, lors de Giras internationales et figure à l’affiche des festivals de flamenco incontournables tels celui Nîmes ou de  Séville. En 2004, sous la direction du musicien  Vicente Pradal qui compose alors une interprétation magistrale de Romancero gitano, suite de quinze poèmes sublimes du jeune Federico Garcia Lorca évoquant l’Andalousie gitane, Cristo Cortès est à son zénith. Voix "chargée de l’authenticité de la Tierra » comme le qualifie le fondateur de Casa Planete, Cortès est toujours en quête du souffle, de l’essence du duende. Un cantaor au faîte de la maturité.

Ruben Molina. Galerie du site officiel  (http://rubenmolina.fr/)

Autre figure, de la danse cette fois-ci, à ne pas manquer : le baïlaor soliste et chorégraphe Ruben Molina. Natif de Cordoue, Molina -bien enraciné dans la tradition andalouse- a très tôt jeté des ponts en direction de la danse contemporaine et travaillé ces quinze dernières années au sein de compagnies de danse réputées en Espagne: ballet de la RTVE, Cie Antonio Marquez, Ballet théâtre espagnol. En 2013, il quitte Madrid pour Paris pour se lancer dans la chorégraphie et la production de spectacles. Le succès est fulgurant. Ceux qui n’ont pu savourer la vibrante beauté de son spectacle « Suspiro » au théâtre du Marais (Paris),  se voient offrir une formidable occasion de découvrir ou de revoir ce danseur au style épuré, racé et élégant.

Alejandra Hernandez. Photo : Lisiane Sfair

Au féminin, c’est Alejandra Hernandez danseuse extrêmement sensible qui représentera le baïle flamenco. Compagne de José Maya, la danseuse mexicaine se positionne dans le sillage de Manuel Carrasco et de Farruco, ses deux mentors. Excellant dans le registre de l’intime, elle affectionne particulièrement la solea, palo d’origine gitane à la structure rythmique alternant temps longs et temps courts où priment solennité et expression du sentiment.  

« Corazon Flamenco », ayant mis la danse à l’honneur, le public pourra également  découvrir d’autres horizons plus éloignés du flamenco puro avec Nathalie James. Chanteuse, danseuse, pianiste, compositeur, celle-ci a visité des univers musicaux fort divers - musique brésilienne et jazz notamment- et retrouvé ses racines via la danse flamenca (1).

Soirée éclectique donc, au cours de laquelle flamenco puro et flamenco fusion feront mano a mano.

(1) Son premier album de jazz fusion auquel participent des artistes de flamenco andalous et français sera dans les bacs le 10 octobre.

 Nouvelle adresse du Cirque Romanès!   

Casa Planète, "Corazón flamenco"

Vendredi 9 octobre 2015 à 20 heures 30

Chapiteau du Cirque Tzigane Romanès - Square Parodi-
Boulevard de l’Amiral Bruix - 75016 Paris.
Métro Porte Maillot - Ligne 1 (sortie 5).
Bus : PCI arrêt station Marbeau.
Réservation : contact@casaplanete.com ou par téléphone : 06 60 05 91 22

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com