Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

62 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2022

Bowie, nous, l'éternité et un jour

David Bowie vit le jour le 8 janvier 1947 à Brixton, un quartier populaire du sud de Londres. Jour béni que celui de la venue au monde de David Robert Jones. "God bless you", aimait-il à dire à son public lors de ses concerts envoutants, magiques. God bless him.

Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

    David Bowie, aurait eu 75 ans aujourd'hui. Difficile de dissocier ce jour anniversaire de son voyage définitif vers l'au-delà. Le 10 janvier 2016, deux jours suivant ses 69ans, il rejoignait les étoiles après dix années de retrait silencieux dues à la maladie. Longue période douloureuse mais féconde au cours de laquelle il peindra et produira ses deux derniers albums. Deux perles, aux parfums d'adieux :  The Next Day,  annoncé à l'occasion de ses 66 ans, sorti en mars 2013 ; puis Blackstar, son cadeau ultime, édité trois ans plus tard, le 8 janvier. Son dernier 8 janvier.

     Blackstar, album spectral et testamentaire, à propos duquel  l'écrivain Daniel Salvatore-Shiffer a  écrit sans conteste, les mots les plus profonds, les plus ciselés (1). Nous laissant ce chef-d'oeuvre en guise d'au revoir, David Robert Jones quittait ce monde, tel un anonyme, en l'absence de toute de cérémonie publique, selon ses voeux. Ses cendres auraient été dispersées sur l'île Indonésienne de Bali, qu'il affectionnait particulièrement, dans un lieu tenu secret, sans doute préservé de toute intrusion . A moins qu’il ne repose dans son refuge des îles Moustique, confetti paradisiaque de l'archipel caribéen.

     Sa mort a provoqué une sorte de sidération aux quatre coins de la planète, un sentiment de perte majeur qui perdure. Nous l'aimions finalement peut-être mille fois plus qu'il ne s'aimait lui-même, même s'il était clairement conscient du caractère unique, éclectique de son oeuvre arc-en-ciel, mue par un fil conducteur : une peur de la folie héritée de désordres familiaux, un tempérament iconoclaste, une quête d'ailleurs jamais assouvie. David, l'enfant doué de Brixton, devenu star, icône sanctifiée du rock, souhaitait que l'on ne se souvienne que de sa musique.

     Il a cependant perdu son pari -si tant est que ce fut le cas- de ne redevenir que cendres. Ashes to Ashes...certes.  Le monde entier continue de vibrer avec David Bowie. Dead or Alive. D'aimer passionnément le chanteur- compositeur, le musicien, l'homme. Incandescent, flamboyant, passant du fou rire au sourire des yeux, d'où perçait la mélancolie. Habité par une spiritualité nourrie de christianisme et de bouddhisme, Bowie était ouvert aux syncrétismes religieux, à la philosophie, à toutes les influences artistiques. Lecteur compulsif, il s'enrichit très tôt d'un bagage de choix, tant musical que littéraire et  poétique, lequel influença son cheminement hors-norme : de William Burroughs, à Jack Kerouac, George Orwell, en passant par Baudelaire, Lautréamont ou Jean Genet pour ne citer qu'eux (2).

     Son cursus scolaire à la Burnt Ash Junior School dès l'âge de 8 ans, puis au lycée technique de Bromley, banlieue londonienne plus cosy où il étudie l'art, la musique et le design, contribuent très tôt à développer ses talents multiples -chant, poly-instrumentisme- aiguisent sa créativité  stylistique, picturale et graphique (la pochette d'Outside, album sorti en 1995,est de sa main). Sans oublier l'art de la pantomime, étudié au  Bradford Art College, dans les années soixante, où il fréquente le mime Marceau. Une chance inouïe pour cet enfant d'une famille modeste de la middle-class né dans le Londres populaire d'après-guerre..

   Après la parution  du 45 tours "Lazy Jane" en 1964, sous le nom du groupe Davie Jones & the King Bees, la renommée de David devenu Bowie décolle en 1969 avec la sortie de Space Oddity,  invitation onirique au voyage, album culte dont le titre et la chanson du même nom sont inspirés du film de Stanley Kubrick, 2001 l'Odyssée de l'Espace sorti en 68. Epoque où la conquête de l'univers, l'aventure intersidérale peuplaient les imaginaires : le 21 juillet 1969, Neil Amstrong, membre de la mission Appolo 11, posait les premiers pas sur la lune. 

     Sa passion pour le Japon, visité dès le début des années 70, est au coeur de ses représentations scéniques jusqu'au début des années quatre-vingts. D'emblée, sa rencontre avec l'illustre créateur de mode,  Kansaï Yamamoto (1944-2020) est décisive. Lequel conçoit et réalise pour lui une série de costumes : capes, bodies, combinaisons psychédéliques, et notamment ce fameux body/jambière en laine bariolée. Des tenues excentriques aux couleurs chatoyantes, associant le caractère raffiné des parures et tissus du Japon traditionnel à un avant-gardisme inégalé.  Maquillage, chevelure au roux flamboyant, gestuelle, toutes les composantes, codes du  théâtre Tabuki et du Nô lui sont parallèlement enseignés par des maîtres nippons. Ziggy ne serait pas sorti de sa chrysalide sans cette influence née de son amour pour le pays du Soleil-Levant. Le photographe Masayoshi Sukita, auteur de la pochette de l'album Heroes, immortalisera nombre de ces tenues. Un article-hommage publié en 2016 par le Journal du Japon témoigne de ce rendez-vous amoureux du jeune Anglais avec ce pays insulaire, -très ouvert au demeurant à tous les courants de l'art occidental. Projeté une décennie plus tard, dans les salles obscures  Furyo, film de Nagisa Oshima, beau et troublant, atteste de la permanence de cette passion.

     Ziggy Stardust, androgyne futuriste et fascinant, né de ces multiples nourritures, inspiré du mouvement britannique dandy, fruit de la rébellion du jeune David Robert Jones âgé de 25 ans, propulse le chanteur aux premiers rangs de la pop internationale. Personnage aux mille facettes, au travers duquel il se  joue de tous le codes moraux et vestimentaires d'une époque corsetée, Ziggy/Bowie se hisse d'emblée au faîte de la scène glam-rock, se met à nu, interrogeant les genres, exposant et dévoilant sa fragilité masculine. Provocant et humaniste, l'album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars (1972) est un message de paix lancé par un extraterrestre à la planète bleu. Ziggy en voyage aux USA se raconte dans  Aladdin Sane, en 1973. Année où il saborde son personnage dans un concert mémorable au Hammersmith Riverside studios de Londres.

     Sans transition, il passe à autre chose, en 1974 avec l'album Diamond Dogs, oeuvre plus sombre inspirée des écrits de William Burroughs (3), où le rock se fait plus âpre, avec des accents punk. Album culte lui aussi, dans lequel Bowie aborde les thèmes de la violence, de la drogue et de la fascination pour le pouvoir. Le titre Rebel Rebel sera l'hymne de toute une génération avide de liberté.

     S'ensuit la longue épopée que l'on connaît, ponctuée notamment par sa trilogie berlinoise. Berlin où The Thin White Duke épuisé (Station to Station, Young Americans, The man who fell to earth paraissent entre 1975-1976) vient se ressourcer en 1977. Berlin-Ouest où sont réalisés en partie : Low (1977)  l'incontournable Heroes (1977), le premier des deux ayant été composé en partie au Château d'Hérouville. Lodger (1979) moins connu, est le troisième de cette trilogie.

    Blues, rock, punk, dance, world, mais aussi jazz, David puisera dans tous les registres musicaux ne cessant de se remettre en question, d'innover. Heartling (1997) à la pochette mythique le représentant aux couleurs du drapeau de l'Union jack, contient quant à lui une série de hits entrés dans la légende : Modern Love,  Law,  Dead man walking, I'm afraid of Americans.

Avec Hours (1999) et Heathen (2002) -l'un ses albums les plus aboutis au cours de cette période-, Bowie se rassemblé en lui-même. Délesté d'une partie de ses fantômes, il  y marie mélodies complexes, subtiles et textes plus personnels.

     Reality sort l'année suivante. D'une facture plus classique, cet album rock contient un bijou-ovni intitulé Bring me the disco king : flash-back, -évocation nostalgique des jours en allés, des heures fanées- , ce long morceau crépusculaire, écrit au début des années quatre-vingt-dix, est magistralement porté par le tempo jazz, lent, dénudé du pianiste Mike Garson. (Une version plus éthérée est remixée pour la bande-son du film Underworld). Il est interprété pour la première fois sur scène lors du Reality tour qui sonne la fin de ses tournées mondiales en 2004. New-York accueillera son dernier concert live en 2006.

Hammersmith riverside Studios, Reality Tour, 2003. My favorite one © Bal 42 Youtube

     David Bowie adorait la scène. Un  miroir sans filtre pour l'artiste solaire, élégant, raffiné, so british. Visionnaire, il anticipera, sublimera jusqu'au mitan des années 70, les exubérances, désirs, frustrations et questionnements d'une partie des sixties/seventies. Ses compositions ultérieures, aux  atmosphères et styles musicaux relevant d'univers différents, constitueront chaque fois un événement. Accueilli  avec ferveur, chacun de ses nouveaux et nombreux  albums  recueillera un succès jamais démenti. De l'ouest à l'est des pays occidentaux, en passant par  l'Amérique du sud, jusqu'aux confins de l'Asie.

     Généreux lors de ses prestations scéniques, il fuyait en revanche les excès induits par la célébrité.  Redevenant David Robert Jones à la ville, introverti, secret, anonyme parmi les anonymes autant que faire se peut. A ses amis célèbres, il confiait, facétieux, sa "recette" lui évitant d'être sollicité, poursuivi par une nuée de fans hystériques. Une ruse de gosse résumée en quatre points : porter des vêtements passe-partout, couleur de muraille, visser casquette sur sa tête, chausser des lunettes noires ... sans oublier l' élément essentiel : avoir sur soi un journal grec ostensiblement tenu sous le bras. Humour et flegme britannique. S'il affectionnant sa vie new-yorkaise,  il envisageait cependant de retrouver Londres, son berceau natal, l'accent cockney qu'il prenait plaisir à entretenir, resté confiant qu'il fut en sa guérison jusqu'à la rechute fatale du cancer qui l'emporta.

     Reste son œuvre foisonnante, unique, cette beauté ineffable, cette photogénie incroyable, fixées sur la pellicule par les plus grands photographes dont Mick Rock  qui vient de s’éteindre. Son objectif a merveilleusement capturé le visage, la silhouette longiligne de Ziggy/Bowie. La A Gallery  présente de son côté, une sélection de portraits de l'artiste, sans nul doute, les plus singuliers, les plus conceptuels. En osmose avec leur modèle, Steve Shapiro, Marcus Klinko et Ron Galella ont indéniablement le mieux capté son caractère iconoclaste, son oeil intérieur. Dans un entretien donné à Elle en 2016, Shapiro, l'un des maîtres de la photo argentique, revenait, quarante après, sur sa première rencontre avec le charismatique Thin White Duke. Le début d'une longue complicité.

     Reste cette voix pareille à nulle autre, grave, chaude, envoutante, à la tessiture saisissante et sensuelle. Voix se faisant parfois cri. Déchirure, acmée de sentiments jaillis des entrailles.Le Vibrato d'une âme inquiète en quête permanente de sens sur la vie et la mort. David Bowie, artiste majuscule, dont la  jeunesse semblait immuable -lors du Reality tour, en 2004, il a 57ans-, fit de sa vie une oeuvre inclassable,  presque magique d'où son aura si particulière, intergénérationnelle..

     La métaphore de Larazus, ressuscité par Jésus dans les Evangiles, c'est lui. Absent, si présent, éternel. Tel  l'Oiseau bleu, symbole de liberté et de renouveau dans les légendes japonaises et amérindiennes, David Lazarus s'est élancé vers le ciel, nous laissant sur ces mots : "Look up here, I'm in heaven... Oh I'll be free, Just like that bluebird"...

     Anticipant cette date anniversaire du 8 janvier, Toy, sélection rock de titres anciens des années soixante -réenregistrés en 2000 à New-York avec ses musiciens, oublié puis piraté- vient d'être réédité dans un coffret de trois CD (4). Sans aucun doute, est-ce le début d'une série de reéditions et remix en tous genres, de publications d'inédits, le tout orchestré par le label Warner Music Group (5). 

(1) https://blogs.mediapart.fr/daniel-salvatore-schiffer/blog/100118/david-bowie-blackstar-requiem

(2) David fut approché par ce dernier au milieu des années soixante-dix, venu lui proposer à Londres de jouer le rôle de Divine,  jeune et bel assassin  transgenre, dont Genet tomba fou amoureux à la prison de Fresnes, où fut écrit  Notre-Dame-des-fleurs en 1942. David rêva d'emblée d'interpréter le rôle de Divine. Associé au producteur Christophe Stamp, -frère de Terence Stamp- Il demanda à l'écrivain  de composer une adaptation pour le cinéma. Bouclé en 1975, le scénario ne sera jamais tourné, le manuscrit n'ayant été retrouvé qu'en 2002

(3) The Wild Boys :A Book of the Dead, paru en 1971, traduit en français par Mary Beach et Claude Pélieu en 1973, éditions Christian Bourgeois.

(4) https://www.lemonde.fr/culture/article/2022/01/08/quand-david-bowie-s-amusait-a-reprendre-ses-anciennes-chansons-des-annees-1960_6108677_3246.html

(5) Ses héritiers ont récemment  vendu son "catalogue" pour 250 millions de dollars à la société d'édition et de production Warner Music. 100 millions de dollars reçus en héritage, c'était si peu

♦♦

2003 © DR

                                                                     

© DR

                                                                           

1999 © DR

♦♦

Think about you. Missing and beloved Bo-We.

Sadness's always on my mind.

Gary Oldman, your genious twin,

so very close old friend must be sad too.

Even if  he  keeps on living with you like a sort of widow,

carried by so many crazy, wonderful, precious and cherishing  memories.

For love is much more powerful than money.


Magical smile © Sannaols5582 You tube

Gael Ann Dorsey, femme-oiseau sublime, guitare-basse au sein du groupe de David Bowie à partir de 1995.

 "It's about how it was to work with David. It is basically how it felt to suddenly be whisked away in one of the coolest bands in the world, and to be travelling, performing, and appearing all over the world with one of the greatest and most charismatic artists of our time. Magical is the word that comes to mind. It felt like being caught in a fairytale, one of those things that doesn't happen to you, but to someone else, someone luckier than you. Well, this time I was queen for a day, and it is a time I will always remember. If you look closely at the lyrics, I make many references to the names of Bowie songs : Little Wonder, Heroes, Fame. The chorus begins 'I want to dance', which is a play on 'Let's Dance'. Stuff like that. I was trying to have fun with it."

[Lyrics]

You are the bright, white light in my streets of darkness
A storyteller with wings I envy
Baby, I've been waiting for you, waiting for you all my life
What did I know before you came?

One in million flowers on my pillow
One of  kind hands reaching out to me
Baby, you're my shining armour ; beauty and dressed to kill
Nothing I know can be the same

I wanna dance; pick me up and turn me round
One foot out, one foot down, all my senses hit the ground
I close my eyes, I feel so free, and it comes so easily
It Can Be Magical...

My little heroe, never short of wonder
Wherever we go racing it's to win
Straight into the arms of parlours, straight into the halls of fame
Into this handsome honeymoon

I wanna dance ; pick me up and turn me round
One foot out, one foot down, all my senses hit the ground
I close my eyes, I feel so free, and it comes so easily
It Can Be Magical... It Can Be Magical...

I want to fly, for real
I want to get high for real this time
Cause magic we're made of, a mystic parade of desires... desires...

I was a picture of a prima donna that was stranded on the edge of town
Only a face without a name...

Now, I wanna dance ; pick me up and turn me round
One foot out, one foot down, all my senses hit the ground
I close my eyes, I feel so free, and it comes so easily
It Can Be Magical... It Can Be Magical

Auteurs-compositeurs : Jessica Hilda Mauboy, Audius Mtawarira. (Musixmatch

 Play-list anniversaire Deezer

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Migrations
« On verra bien » : à la frontière polonaise, des réfugiées optent pour le retour en Ukraine
Depuis près d’un mois, des Ukrainiennes ayant trouvé refuge en Pologne choisissent de rentrer dans leur pays. Si chacune a ses raisons, toutes constatent que si le conflit s’installe dans la durée, leur ville d’origine semble désormais « plus sûre ».
par Nejma Brahim
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana