Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 sept. 2021

9 sept. 2001- 9 sept. 2021. Un air de déjà vu

Il y a 20 ans, quatre mois après être venu solliciter l'aide de Europe, en vain, et avertir les Occidentaux des dangers d' Al-Qaïda, Ahmad Shah Massoud était assassiné dans son refuge de Khodja Bahauddine dans la vallée du Panjshir par deux faux journalistes affidés de Ben Laden. ll avait 48ans.

Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bruxelles, avril 2001. © DR

"Afghanistan, pays lointain, en guerre dont tout le monde se fout, ou presque".

( Christophe de Ponfilly, film 'Massoud l'Afghan".1998. Coproduction Arte/Interscoop.)

 Fahim Dashti, proche du commandant Massoud, ancien membre en l'Alliance du Nord et neveu d'Abdullah Abdullah, avait échappé par miracle à l'attentat du 9 septembre 2001.  Dimanche 5 septembre, il a été tué par les Talibans à Banzakar, capitale du Panjshir, ville de naissance de Massoud, lors d'une attaque menée dans la province rebelle, contre le Front national de résistance dirigé par  le fils de Massoud et l'ancien vice-président A Saleh dont il était le porte-parole. Les postes frontières étant coupés, aucun ravitaillement n'est plus possible ainsi qu'en témoigne notamment l'ONG italienne Emergency et l'ancien vice-président Saleh, au journal le Monde dans son édition datée du 7 septembre , une crise humanitaire et une famine imminente étant annoncées également par  l'ONU. Des manifestations, notamment de femmes, à Hérat, Mazâr-e-Charîf et à Kaboul notamment sont violemment réprimées.

Extrait de l'article du Monde : « Ces trois derniers jours, les combats ont été très intenses. Les talibans ont en outre bloqué la route vers le Panchir. Ainsi, aucun convoi de nourriture, de médicaments n’arrive à accéder à la vallée. Les gens non plus ne peuvent pas s’y rendre », explique un combattant du FNR, qui confirme que les hommes qui résistent aux talibans se sont repliés dans les montagnes et dans des provinces avoisinantes, dont celle de Parwan.Selon l’ONG italienne Emergency, présente dans la zone, « de nombreuses personnes se sont enfuies des villages de la zone ces derniers jours », précisant avoir reçu « un petit nombre de blessés au centre chirurgical d’Anabah ». Des propos qui tranchent avec ceux, plus sombres, tenus par l’ancien vice-président Amrullah Saleh, qui, du Panchir, a fait état d’une « crise humanitaire à grande échelle », avec des milliers de déplacés à la suite de « l’assaut taliban ».

[...] Près de 5,5 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur de l’Afghanistan, dont plus de 550 000 depuis le début de cette année, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM)."(1)

Sans compter tous ceux qui sont déjà exilés au Pakistan, en Iran (ce dernier pays a compté jusqu'à 3 millions de réfugiés afghans dans les années 80, mais en a expulsé depuis un grand nombre : on les estime aujourd' hui à 1 million, un autre million vivant dans la clandestinité) et ceux qui fuient par milliers  leur pays, sur les routes de l'exil en direction de  l'Europe. Le secrétaire d’Etat belge à l'immigration et l'asile a suggéré,  d’étendre aux Afghans l'accord de 2016 entre la Turquie et l'UE, relatif aux Syriens présents sur le sol turc et à ceux qui tentent la traversée vers l’Europe. Ce pacte, honteux et source de chantage permanent, confie à Ankara la tâche de garder les réfugiés syriens sur son sol, en échange d’une aide financière de 6 milliards d’euros.

Le gouvernement taliban (2), officiellement formé inclut notamment Sirajuddin Haqqani, nommé ministre de l'Intérieur, chef terroriste lié à Al-Qaïda, recherché par le FBI ainsi que le fils du Mollah Omar. une annonce qui démontre s'il en était besoin que les taliban n'ont pas changé depuis 1996, année de leur première conquête du pouvoir. N'était leur maîtrise des technologies de communication, à l'instar d' Al Qaïda et de l'EI. Cela même si les chancelleries occidentales font semblant de s'émouvoir, d'être surprises par le non-respect des engagements pris à Doha. Soutien du nouveau régime taliban, le Qatar, très choyé, est prié de négocier les évacuations au compte-goutte et avec 'l'ennemi officiel" par les Européens et Américains...et de les recevoir sur leur sol pour un nombre non négligeable d'entre eux. Dantesque.

(1) Intégralité de l'article : https://www.lemonde.fr/international/article/2021/09/07/apres-la-prise-du-panchir-les-talibans-annoncent-la-fin-de-la-guerre_6093678_3210.html

(2) compte quatre membres  libérés de Guantanamo en échange d'un prisonnier américain, (période 2012-2014), lesquels ont été transférés vers le Qatar, où depuis 2012, une ambassade taliban parallèle à celle du gouvernement afghan avait été installée. C'est là et depuis cette date, qu'ont été progressivement organisés des échanges et menées des négociations entre Américains et Taliban, pour aboutir à l'accord de Doha de 2020.

Rediffusion du documentaire : "11 septembre, l'avertissement du commandant Massoud"

(Réalisation . Nicolas Jallot . Auteure.  Françoise Causse. Nicolas Jallot)

suivie du film "Massoud l'Afghan"

Le 12 septembre à 23h10 sur France 5

Le 14 septembre à 1H10 sur France 3

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Salaires
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra