Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

66 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2016

40 ème anniversaire du coup d'Etat militaire en Argentine

Le 24 mars 1976, à 6 heures du matin, le fracas des blindés réveillait les Argentins. Présidente depuis la mort de son époux en juillet 1974, Isabel Peron était démise de ses fonctions par le coup d'Etat militaire fomenté par le général Videla. Disparitions, torture, vols de la mort, assassinats par milliers, enlèvements d'enfants, l'Argentine sombrait au cœur des ténèbres. Commémoration.

Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Au total, un million d'Argentins ont dû s'exiler lors de ces années de plomb. Rassemblant plusieurs organisations et associations, dont le Collectif Argentin pour la Mémoire, l'Assemblée des citoyens argentins de France (ACAF), l'Association d'ex-prisonniers politiques chiliens en France et France-Amérique Latine, la Coordination de la Commémoration du 40ème anniversaire du coup d'Etat en Argentine organise ce jeudi 24 mars 2016, un rassemblement à 18h30, square Lamartine, en face du "centre Piloto", l'ancien siège des services secrets de la dictature argentine installé clandestinement à Paris, de 1978 à 1982 et dirigé par l'Etat-major de la Marine argentine. Parmi ses membres, le funeste Alfredo Astiz, alors capitaine de corvette, chargé d'infiltrer les opposants exilés à Paris ainsi que les comités de soutien au peuple argentin tel le CAIS (comité argentin d'information et de solidarité). Condamné par contumace, en 1990, par la justice française pour l'assassinat des deux religieuses françaises, Astiz, surnommé "l'Ange blond de la mort", en raison de sa responsabilité dans l'organisation des vols de la mort au-dessus du Rio de la Plata, début des années 80, fut également l'un des bourreaux de l'ESMA, le principal centre de torture de la Marine au coeur de Buenos-Aires, devenu  musée de la mémoire. D'abord amnistié comme l'ensemble des putchistes sous les présidences de Raul Alfonsin et de Carlos Menem, Astiz  -à l'instar de Videla et d'autres criminels de la Junte- a été arrêté en 2003 et inculpé de divers chefs d'inculpation, le président Nestor Kirchner ayant abrogé les lois d'amnistie de 1986 et 1987 (ley de Punto final et d'Obediencia debida)   Condamné à perpétuité en 2011  (pour l'enlèvement et l'assassinat des religieuses françaises, il est aujourd'hui assigné à résidence.

Plusieurs événements ponctueront cette commémoration jusqu'au début avril :

- le 30 mars, une table ronde faisant le point sur "La situation des Droits de l'Homme dans l'Argentine actuelle", se tiendra à la Maison de l'Amérique Latine (1) de 19 heures à 20h30. Ouverte à tous, cette conférence sera animée par :

-Inès Vasquez, ancienn présidente de l'Université populaire des Mères de la Place de Mai,

- Carlos Schmerkin, membre de l'Assemblée des citoyens argentins de France et  auteur (avec Félix Kaugman) de l'ouvrage "La Colombe entravée : récits de prison 1975-1979",

-José Muchnick, poète et anthropologue, auteur du livre "Chupadero", un roman prenant ses quartiers au centre de détention "El Vesubio", situé dans les faubourgs de la capitale argentine.

Cette événemement fait écho à la pétition signée récemment par un collectif et publiée dans  le Monde du 23 février*, appel faisant état de déclarations révisionnistes proférées par le ministre de la culture de Buenos-Aires et pointant également certaines initiatives attentatoires aux libertés publiques décidées par le nouveau Président de la République, Mauricio Macri. Une lettre ouverte ** -mentionnant également la question de l'extradition de Sandoval- , a d'ailleurs été remise au Président français,  à l'occasion de sa visite de ce dernier à la Casa Rosada, le 24 février dernier.

* http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/23/halte-a-la-decredibilisation-des-droits-de-l-homme-en-argentine_4870100_3232.html

 ** https://blogs.mediapart.fr/carlos-schmerkin/blog/160216/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-francaise

- Le 26 mars, soit quelques jours plus tôt, Estela Belloni, membre de la direction du Collectif argentin pour la mémoire, tiendra une conférence où sera interrogée la question du devoir de mémoire et de sa transmission. Celle-ci sera accueillie par le Patronage Laïque Jules Vallès, situé 72, avenue Félix Faure dans le XVème arrondissement de Paris. Ce même jour, s'ouvrira l'exposition  de l'artiste Natalia Buch  intitulé "Transmutations, à 10 ans de la récupération de l'ESMA" (Ecole supérieure mécanique de la Marine)

- le samedi 2 avril, la parole finale sera laissée à Estela Carlotto, présidente des Grands-mères de la Place de mai qui clôturera cette série d'événements à la Mairie du IVème arrondissement de Paris.  

(1)  Maison de l'Amérique latine

         217, boulevard Saint-Germain,

         75007 Paris. M° Solférino/Rue du Bac

         Tél. : 01 49 54 75 00.

         Galerie d'exposition  :

        - ouverte de 10H à 20 H (samedi 14H à18H )

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie