Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

62 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 janv. 2022

Vaccin Novavax, retards et priorités

Très forts refus des vaccins ARNm, tension sociale et hospitalière paroxystiques, l'Elysée a annoncé que le vaccin Novavax sera distribué en priorité dans les DOM-TOM selon le Quotidien du médecin. Les premières livraisons sont retardées et le nombre de doses est revu à la baisse .

Alicia Deys
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Article du QDM publié le 28/01/2022  :  Le vaccin anti-Covid de Novavax sera distribué en priorité dans les outre-mer, annonce l'Élysée

lire l'article : https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/sante-publique/le-vaccin-anti-covid-de-novavax-sera-distribue-en-priorite-dans-les-outre-mer-annonce-lelysee?xtor=EPR-1-%5BNL_editionnumerique%5D-%5B20220128%5D&utm_content=20220128&utm_campaign=NL_editionnumerique&utm_medium=newsletter&utm_source=qdm

     Doit-on en déduire que E Macron décide seul des publics prioritaires en fonction de critères sanitaires objectifs mais aussi d'éléments d'ordre social et politique?

     Plus largement, où en est-on des commandes de ce vaccin et de sa livraison en France?  Le nombre des premières  doses disponibles a été divisé par trois entre les annonces officielles faites la fin décembre et celles de la mi-janvier .

     Pour rappel, Le 20 décembre dernier, L''Agence européenne du médicament avait donné son feu vert  pour la commercialisation du Nuvaxovid  après analyse des résultats de la phase 3 des essais cliniques du vaccin Novavax. Autorisation confirmée le 14 janvier par la  Haute Autorité de santé  mi-janvier. Ce vaccin fabriqué selon un procédé déjà éprouvé (il est déjà utilisé pour la coqueluche, l'hépatite B, notamment),  pouvant de surcroît  être "une alternative utile" selon l'HAS pour les quelques 5 millions de personnes adultes non vaccinées (1), dont nombre restent inquiets, d'autres hostiles, à l'endroit des vaccins ARN messager. Les personnes dites "antivax" idéologiquement étant estimés à 2% de ce chiffre.

     Anticipant cette décision, le ministère de la Santé avait  annoncé que la France allait recevoir 3,2 millions de doses au premier trimestre avec  une option d'un nombre identique de doses supplémentaires au 2nd trimestre. une livraison étant attendue fin janvier, les premières injections devaient commencer début février, . Selon les dernières informations fournies par ce même ministère le 18 janvier, cette première livraison est reportées à la dernière semaine de février. Chez Olivier Véran, on précise que la France ne recevra qu'un "volume de doses relativement restreint de doses, entre 1,1 et 1,2 million, vers le 21 février."  800 000 doses seraient attendues chaque semaine à partir de  mars.(2)

     Ces annonces interviennent dans un contexte assez biaisé, le gouvernement ayant décidé comme d'autres pays européens de laisser filer la circulation du virus. A une différence près et  de taille : contrairement à nos voisins, la France n'enregistre pas  une chute de la courbe des contaminations, ni davantage des décès si l'on s'en tient aux données de Santé publique France. Ainsi que l'avait anticipé L'Institut Pasteur, le choix du tout vaccinal ne suffit pas, le relâchement vis-à-vis des gestes barrières compte pour beaucoup dans la propagation du virus ... Sans compter l’absence des mesures de prévention efficaces en milieu scolaire.

     Une  singularité peu enviable que le pouvoir fait semblant de ne pas voir, le calendrier politique prévalant sur le sanitaire .L'Elysée a officiellement vaincu le Covid... Circulez y'a rien à voir. La politique du "en même temps" macronien est plus que jamais en vigueur : entrée en vigueur du pass vaccinal le 24 janvier pour emmerder les non-vaccinés- prétendument coupables à eux seuls de cette flambée de contaminations-, couplée à un discours continuant d'affirmer qu' Omicron est beaucoup moins dangereux, puis quasiment dans la foulée, première  étape de levée de restrictions et de gestes barrières, prenant effet le lundi 2 février.

     Des choix et annonces  équilibristes, quelque peu cyniques , d'abord dictées par les échéances électorales.  En effet les chiffres ne permettent pas de conclure à un tel optimisme soudain.(voir ci-dessous). Faute de réelle amélioration, les mesures de prévention devraient rester de mise comme le demandent nombre de médecins et scientifiques.

1) Il resterait  13,6 millions de personnes non vaccinées. mais si  l’on y retire les quelque 9 millions de moins de 12 ans, encore très rarement vaccinés, le nombre de non-vaccinés chez les adultes est environ de  5 millions.

(2) pour ce qui est du vaccin Valvena, plus personne n'en parle en France (scientifiques, politiques) . Cela sans qu'aucun argument persuasif soit explicité. La Bourse semble en revanche avoir son mot à dire. 

PS : La vaccination avec Novavax se fait en deux temps : la dose de rappel intervient 3 semaines après la première injection.


Quand les chiffres sont têtus.

 Selon les données officielles de Santé publique France le Covid circule toujours de façon ascendante, avec près de 400 000 contaminations quotidiennes. Hormis 6/7 départements -dont la Guyane où la décrue est franchement amorcée-. mais où les taux d'incidence restant très élevés, supérieurs à ceux de novembre, le  nombre de contaminations moyen est toujours en hausse dans le reste de la France. Si les hospitalisations en soins intensifs marquent un léger recul, le nombre de décès de décélère pas, voire continue de progresser, bien qu'Omicron soit devenu majoritaire*. dans un rapport publié le 28 janvier.  La direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du ministère de la santé (Drees), indique  que ce variant concerne la majorité des décès hospitaliers . 263 morts ont été comptabilisés le 28 janvier, une hausse de 27% en 2 semaines.  Principales victimes : les plus fragiles dont beaucoup ne sont pas vaccinés et Les personnes immunodéprimés.

Des Chiffres à compléter par ceux de la Drees cependant.

.https://data.drees.solidarites-sante.gouv.fr/chart/?dataChart=eyJxdWVyaWVzIjpbeyJjaGFydHMiOlt7ImFsaWduTW9udGgiOnRydWUsInR5cGUiOiJjb2x1bW4iLCJmdW5jIjoiU1VNIiwieUF4aXMiOiJzY19wb3VyY2VudF9vbWljcm9uIiwic2NpZW50aWZpY0Rpc3BsYXkiOnRydWUsImNvbG9yIjoicmFuZ2UtQWNjZW50In1dLCJjb25maWciOnsiZGF0YXNldCI6ImNvdmlkLTE5LXJlc3VsdGF0cy1wYXItYWdlLWlzc3VzLWRlcy1hcHBhcmllbWVudHMtZW50cmUtc2ktdmljLXNpLWRlcC1ldC12YWMtc2kiLCJvcHRpb25zIjp7InJlZmluZS5kYXRlIjpbIjIwMjIvMDEiXX19LCJ4QXhpcyI6ImFnZSIsIm1heHBvaW50cyI6IiIsInRpbWVzY2FsZSI6IiIsInNvcnQiOiIiLCJzZXJpZXNCcmVha2Rvd24iOiJ2YWNfc3RhdHV0Iiwic3RhY2tlZCI6InBlcmNlbnQifV0sImRpc3BsYXlMZWdlbmQiOnRydWUsImFsaWduTW9udGgiOnRydWUsInRpbWVzY2FsZSI6IiJ9

(*) https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/29/covid-19-la-majorite-des-deces-a-l-hopital-sont-desormais-lies-au-variant-omicron-selon-sante-publique-france_6111475_3244.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse