Les contrats obsèques, une assurance coûteuse, flirtant avec l'arnaque

Souscrire un contrat obsèques relèverait plus de l’arnaque que d’une solution efficace pour les bénéficiaires. C’est en tout cas ce que révèle une étude publiée au mois d’octobre dernier par l’association 60 millions de consommateurs, qui conseille la plus grande prudence au moment de la prise de décision.

Faut-il souscrire un contrat obsèques ? Il semblerait que non selon 60 millions de consommateurs qui a sorti récemment une enquête sur le sujet. Et les conclusions de l'association démontrent que la nécessité d’acquérir ce type de contrat reste très relative, voir totalement inutile.

Une souscription peu avantageuse

Pour rappel, un contrat assurance obsèques doit permettre au souscripteur de préparer ses obsèques dans les meilleures conditions. En échange de versements, qu’ils soient uniques ou mensuels, l’assurance permet au bénéficiaire désigné de percevoir un capital pour organiser les obsèques. Selon les options choisies, cela prend en charge l’ensemble des coûts inhérents à cette période, de l’assistance matérielle aux prestations funéraires.

Sur le principe, ce type d’assurance évite toutes les tracasseries financières durant le temps du deuil grâce à une organisation préparée en amont. Cela présente un intérêt, notamment dans deux situations :  éviter les potentiels désaccords qui pourraient subvenir entre les héritiers mais aussi permettre aux personnes sans proches le respect de leurs choix. Sauf que les conditions de souscription sont loin d'être optimales, pour ne pas dire à la limite de l'arnaque.

En effet, aujourd'hui, souscrire à un contrat obsèques c'est l'assurance de perdre de l'argent. Mis à part dans de très rares contrats, le montant de l'argent investis ne correspond pas au montant reversé après le décès, celui-ci étant revu à la baisse. Cela s'explique en raison des faibles taux d’intérêts, auxquels s'ajoutent les frais ponctionnés par les assureurs. Il est donc indispensable de vérifier l'ensemble des conditions proposées pour éviter les mauvaises surprises.

Si les compagnies d'assurance réaffirment que les contrats obsèques ne sont pas un produit d'épargne, et donc qu'il existe un risque de payer à fonds perdus, le système est construit tel qu'il est préférable de décéder tôt pour profiter au mieux de son contrat. Cela s'applique particulièrement aux personnes ayant choisi un versement mensuel. De la même manière que vous payez une complémentaire santé sans avoir mis les pieds dans un hôpital, choisir une assurance obsèques peut être parfaitement inutile si vous avez la bonne idée de vivre vieux.

Un contrat qui garde la côte auprès des français

Enfin, l'étude de 60 millions de consommateurs relève un second piège auquel font face de nombreux bénéficiaires, la perception des fonds. Cette étape reste toujours compliquée car le décès en lui-même ne permet pas automatiquement de débloquer l'argent promis. Beaucoup de contrats exigent ainsi la justification de plusieurs documents, comme par exemple l'original du contrat. Cela peut être une grande difficulté pour les héritiers dans les cas où celui-ci a été conclu plusieurs années auparavant, voir si ces derniers ne sont pas du tout au courant d'un tel contrat.

Cependant, et malgré ces difficultés, les assurances obsèques restent encore très populaires puisque plus de 4 millions de personnes en ont déjà souscrit, ce qui a représenté, en 2015, 1,3 milliard d'euros de cotisations. Reste tout de même que des solutions alternatives existent, notamment avec les contrats d'assurance vie traditionnels. En tout cas, préparer ses obsèques ne doit plus être synonyme de perte systématique de capital.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.