alt.jean-claude@orange.fr
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2019

Les ventes d’armes de la France et la coalition en guerre au Yémen

La prise récente du palais présidentiel d’Aden samedi 10 août par le Conseil transitionnel du sud (CTS), marque la fin de l’illusion d’une quelconque légitimité du Président Hadi et fait craindre une nouvelle escalade dans la guerre au Yémen.

alt.jean-claude@orange.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La légitimité du Président Hadi.était déjà contestée depuis 2014 par les forces Houthis, elle l’est également maintenant ouvertement par les forces séparatistes du sud. Celles-ci sont soutenues par les Emirats arabes unis qui codirigent pourtant avec l’Arabie saoudite la coalition défendant ce même gouvernement Hadi dans cette guerre. Le bombardement de la ville d’Aden par l’Arabie saoudite, faisant plus de 40 morts et 260 blessés, fait craindre un affrontement direct entre ces deux pays sur le territoire yéménite, ce qui qualifierait juridiquement le conflit de conflit international.

La coordinatrice humanitaire des Nations Uniesau Yémen Lise Grande a de nouveau appelé : « toutes les parties au conflit à s'acquitter des obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire[1] ». La Croix Rouge internationale a suspendu ses opérations à Aden, dénonçant les arrestations arbitraires et les déplacements forcés de populations civiles[2].

Le gouvernement  français soutient l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis dans cette guerre auxquels elle a livré depuis le début du conflit en 2015 respectivement pour 4,76 et 1,15 milliard € d’armes[3]. Ces armes ont été utilisées dans la guerre du Yémen où la coalition dirigée par ces deux pays est responsable de crimes de guerre, voire de crimes contre l’humanité.

Action Sécurité Ethique Républicaines (ASER) s’interroge une fois de plus sur le respect du droit international par le gouvernement français et la cohérence de sa politique d’exportation d’armes dans la région.

Pour rappel : ASER avait saisi le tribunal administratif de Paris en 2018 pour violation de l’article 6 du traité sur le commerce des armes (TCA) des Nations Unies et va faire appel de la décision de ce tribunal qui refuse de contrôler la conformité au TCA des ventes d’armes françaises.

Selon une projection du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) 230 000 personnes, dont 140 000 enfants de moins de 5 ans, seront mortes entre 2015 et 2019si le conflit garde cette même intensité.

ASER est membre du Réseau d'Action International sur les Armes Légères (RAIAL),

ASER a le statut consultatif spécial ECOSOC aux Nations Unies

[1]https://reliefweb.int/report/yemen/scores-civilians-killed-and-wounded-fighting-aden-enar

[2]https://reliefweb.int/report/yemen/irc-programs-suspended-aden-due-new-violent-clashes

[3]Annexe 9 rapport exportation d’armes de la France au Parlement : https://aser-asso.org/wp-content/uploads/2019/06/Rapport-au-Parlement-2019-sur-les-exportations-darmement-de-la-France-Ministere-de-la-defense-juin-2019.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux