A propos de confinement

Monsieur le président,

Monsieur le président,

 

en principe entre deux guerres il y a la paix.

 

C’est du moins ce qui c’est passé la plupart du temps et ce jusqu’à présent.

Tout d’abord il y a une fin des hostilités, puis un armistice, puis des pactes de non-agression, et puisque la guerre a tout détruit d’abord on décide de plans pour la reconstruction, puis d’accords bilatéraux, commerciaux de libre échange. Et on parle de respect réciproque, de libre arbitre, et on organise à grands coups de pompe des congrès, symposiums, commissions et sous commissions et on crée des organismes internationaux délibérant de toutes sortes de principes d’égalité, fraternité et de respect des uns et des autres.

Et puis à force de parler de tout cela, d’organiser la paix et tout le reste pour tous et pour chacun, à force de promouvoir en temps de paix, la libre circulation des biens, à force de dire que le droit est à préserver et défendre pour tous et chacun, petit à petit les égoïsmes reviennent, les inégalités se creusent les dominants dominent et les mêmes, encore, de nouveaux subissent.

 

Chez moi, en Italie, après la fin de la dernière guerre, dans la paix de l’après-guerre le pays fut à plusieurs reprises au bord de la guerre civile!

 

14 juillet 1948, Attentat contre P.Togliatti (député)

Dans les années cinquante gouvernement autoritaire Scelba, en 1960 gouvernement autoritaire Tambroni, puis dans les années 70 80 Attentat de Pizza Fontana à Milan, attentat de la gare de Bologne, séquestration et mort du premier ministre A Moro...

Et ailleurs ...

Guerre de Corée, 1ère guerre du Viêt-Nam 1954-1962, guerres autour du canal de Suez, 2ème guerre du Viêt-Nam 1963-1973, la Guerre d'Algérie 1956 1960, guerre Israélo-Égyptienne de 1968, crise américano-soviétique autour de Cuba 1963, assassinats de J F Kennedy 9 octobre 1967 … guerre soviétique en Afghanistan, après, suite au départ de soviétiques les Américains les remplacent...

Et puis aussi les goulags staliniens, les interventions de l’armée Soviétique en Hongrie puis en Tchécoslovaquie … en France tous ces Algériens jetés par-dessus bord du canal st. Martin, dans la Seine et écrasés contre les grilles fermées du métro Charonne…

Sans parler de la guerre en Irak, au Liban, en Syrie, en Libye…

Et les conflits meurtriers contre toutes sortes de terrorisme…

Et encore, encore ...

La guerre contre les conditions climatiques, la guerre contre la faim, la guerre contre la lèpre, le choléra, la tuberculose, le sida, les coronavirus…

Et cette liste, hélas, n’est pas exhaustive…

Et maintenant...

la GUERRE contre la pandémie du coronavirus 19...

En fait nous sommes toujours en guerre. En temps de paix mais en guerre !

 

Oui bien sûr il y a guerre et guerre ! Oui bien sûr ici les bombes ne nous tombent pas sur la tête! Mais nous sommes la cinquième puissance économique mondiale et la troisième puissance marchand d’armes ! Quel beau record ! Nous sommes soi-disant en paix chez nous et, comme bien d’autre états nous alimentons et fomentons toutes sortes de guerres partout dans le monde ! Business oblige! Guerres d’influences stratégiques, guerres économiques très souvent avec une présence militaire qui préserve nos intérêts. Bien sûr sans parler de maintenant, puisque nous sommes soumis à l’état d’exception de guerre contre le terrorisme, à l’état d’exception sanitaire contre le Covid 19 ! Et donc un état qui nous dicte et impose toutes sortes de règles, d’interdits, de couvre-feu, de procédures à respecter justifiant le moindre de nos placements, comportements. Et qu’en est-il des idées ? Et tout cela sous couvert de commissions, d’avis savants stratégiques, scientifiques bien souvent contradictoires ! De plus en plus, des pressions psychologiques qui de fait, tendent à nous conditionner dans un comportement de soumission face à des dictas de toutes sortes ! Plus question des revendications des gilets jaunes, des revendications syndicales, d’un service de santé digne de ce nom ! Il n’est plus question du manque de personnel dans la santé publique mais du sacrifice de celui-ci dans la guerre contre le Covid 19 ! À nouveau nous voila avec nos martyrs !

 

À quand les remerciements de la nation à leur sacrifice ! À quand les monuments aux morts de la patrie reconnaissante ! À quand les médailles posthumes ! Ne pourrait-on dire les merdailles posthumes !

 

Il n’y a pas si longtemps suite à ce type de lois d’exceptions on a bâillonné puis entraîné les peuples souverains dans la guerre !l’histoire se répéterait-elle ? Fatalités inéluctables? Ou bien? Ou bien serions-nous sourds aux leçons du passé? Sourds et pourquoi? Comment? Surdité endémique ou désirée, voulu voire orchestrée ?

Désire d’oublier pour les uns, de passer outre pour les autres. Simple désir de tourner la page ou un non-dit expressément voulu, organisé, une mémoire intentionnellement à effacer.

Et pourtant...

Résurgence d’un passé avec les mêmes maux, les mêmes racines. Égoïsmes, désir de pouvoir, des profits sans limites ! Oubli et vérité, dire ou se taire, nommer en invoquant une incontournable conscience collective.

Ou bien, l’histoire se répète, la conscience est trahie et le non-dit persiste…

 

Oui en principe entre deux guerres il y a la paix…

Mais quelle paix ?

Même en temps de paix nous sommes en guerre ! Vous l’avez dit !

 

Monsieur le Président, vous l’avait dit !

En guerre contre le virus ! A 72 ans, vous m’avez confiné, et maintenant vous programmez mon dé-confinement progressif, car il parait que nous les vieux, faibles, il faut davantage nous protéger !

Monsieur le Président nous avons travaillé toute une vie en citoyens dignes et responsables souvent, pour beaucoup d’entre nous, dans des conditions plus que précaires. Oui vieux nous sommes, mais dignes et citoyens responsables, nous n’avons pas besoin que vous pensiez pour nous, que vous nous dictiez comment se comporter! Nous savons bien mieux que vous ce qu’est la guerre en temps de paix !

La guerre, encore la guerre, toujours la guerre !

 

Monsieur le Président, de grâce permettez-moi de vous dire svp pour les quelques années qui nous restent à vivre, la paix, et encore la paix…

Foutez-nous la paix…

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.