Bruit des bottes

Les gris et les noirs

 Le gris et les noirs

Il faut croire que les printemps se suivent

Mais ne se ressemblent pas

De nouveau tout recommencerait il?

 

Les gris et les noirs

Bruns

Mémoire enfuie d'un passé pas si passé

Au loin, tout près

Bruit des bottes et ses chemises brunes

Tout resurgit en fanfare

L'espérance se mute

La douce brise du printemps se ternit

 

D'Est à West les gris et les noirs

Grisaille d'une fin de cycle

Noir et blanc d'un film bien trop vu

Terne sans brillance ni couleur

Tout se rhabille nonchalamment

Chacun se terre sans vigilance

Sous une fatalité qui est silence

 

Les gris et les noirs

Bruns

Le brun et ses chemises noires

Pantalons en zouave avec ses bottes cavalières

Cadencées en fanfare!

Mais non, bien sur que non

Qu'on se di insouciants incrédules

Tout ne pourra plus être comme avant

Et pourtant!

 

Ici tout près et ailleurs

Bruit de bottes

Les gris et les noirs

Les bruns

Gallons et épaulettes sur des chemises noires

 

Vous ne le voyez pas!

Vous ne l'entendez pas!

Vous ne le sentez pas venir tout cela!

Orage et tempête

Ha que oui, loin tout près

À grand pas le passé resurgit

 

Vigilance

Réveillez vos consciences

Oui vigilance car;

Avec

Clairons et trompettes en fanfare

" La bête immonde est toujours féconde"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.