amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

516 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mai 2021

"MACRON se prend pour Napoléon" par Amadou Bal BA

Le président MACRON célèbre les 200 ans de la mort de Napoléon, le 5 mai 2021. Mais y a-t-il vraiment quelque chose à célébrer, après les sanglantes batailles : 3,5 millions de mort, la perte de la France de son prestige, le rétablissement de l'Empire, censure et flicage, Code civil du Patriarcat. Et depuis plus de 200 ans après, pas une Femme présidente de la République.

amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le président MACRON se prend pour Napoléon : de vents mauvais sur notre France républicaine

Élu au 2ème tour des présidentielles en 2017, sur un Front républicain, pour faire barrage à cette entreprise familiale, le président MACRON a organisé des funérailles nationales pour un grand intellectuel, Johnny HALLIDAY (943-2017). On ne sait toujours pas s'il était belge, américain, suisse, monégasque ou français. Johnny HALLIDAY devait de l'argent au fisc.

De vents mauvais soufflent des bourrasques sur notre France républicaine. Le président François MITTERRAND avait parfaitement raison de dire qu'après lui, il n'y aura que des banquiers et des financiers. Je fêterai, comme il se doit, toute au long de cette année 2021, par une série d'articles, les 40 ans de la victoire du 10 mai 1981 annonçant une autre grande victoire en 2022, avec l'élection d'une Femme présidente de la République, Mme Anne HIDALGO.

Maintenant, le président MACRON qui se prend pour Bonaparte, a choisi de célébrer en grandes pompes le bicentenaire de la mort de Napoléon, le 5 mai 2021. Mais y a-t-il vraiment quelque chose à célébrer ? En quoi Napoléon incarnerait-il les valeurs républicaines de notre temps ?

Entre 1805 et 1815, les guerres napoléoniennes ont occasionné plus de 3 500 000 victimes civiles et militaires. La France a vu son territoire réduit, écartée du concertation des Nations, avec le triomphe de son ennemi juré, l'Angleterre. On peut occasionner tant de drames humains et devenir un héros !

Sur le plan interne plusieurs griefs peuvent être adressé à Napoléon. Vos héros sont nos bourreaux. Napoléon a rétabli l’esclavage, une réification du corps des Noirs devenus des biens meubles. La loi sur le séparatisme, de nos jours, a, en fait, rétabli le Code de l’indigénat, la servitude perpétuelle. Élu président de la République sur un grave malentendu, Napoléon a rétabli le pouvoir dynastique. Conseillé par TALLEYRAND, FOUCHE et SIEYES, appuyé par son frère Lucien, président du Conseil des Cinq-Cents, Bonaparte prit à son retour d’Egypte le risque d’un coup d’Etat qui eut lieu les 18 et 19 brumaire an VIII (9 et 10 novembre 1799), à Sèvres. Le parallèle avec le président MACRON est saisissant avec son «ni de droite ni de gauche», mais devenu bonapartiste.

Par ailleurs, la censure de la presse et les méthodes traumatisantes de Joseph FOUCHE, duc d’Otrante (1759-1829) son sinistre ministre de l'intérieur et de la police, sont encore restées gravées dans nos mémoires. La censure et le flicage de tous sont maintenant institutionnalisés, avec mes posts qui disparaissent et réapparaissent ou sont parfois supprimés.

Le Code civil de Napoléon de 1804, un vibrant éloge du patriarcat, a placé la femme sous la minorité, avec une tutelle du mari et de la famille. La réforme de 1973 du Code civil n'a pas fait disparaître tous les stigmates de cette servitude, en termes d'égalité salariale. Songez également qu'une Femme n'a jamais été présidente de ce pays. Ce sera réparé en 2022, avec l’élection de Mme Anne HIDALGO.

En définitive, il faudrait savoir dire non quand la ligne rouge est franchie ; Napoléon c'est l'esprit esclavagiste, le sexisme, l'empire et des millions de morts. Le développement, sans complexe, de cette idéologie vichyste, dans une France républicaine attachée aux droits de l’Homme, pourrait, un jour, conduire à une impasse majeure. On a vu aux États-Unis ce qu'avait donné, comme conséquences désastreuses, les quatre années de mandat calamiteux de Donald TRUMP ; le tout dans une atmosphère complotiste, couronné par un putsch avorté. Les Américains ont fini par sauver l'honneur de leur démocratie et aujourd'hui et après 100 jours seulement, l'équipe BIDEN HARRIS est auréolée d'un bilan particulièrement flatteur, dont bien des Français vantent les succès.

Par conséquent il est grand temps, en France, que tous les partisans de la République, dans un large front, par des démarches citoyennes reprennent de l'initiative, pour un bien-vivre ensemble dans le respect mutuel.

Paris le 5 mai 2021 par Amadou Bal BA - 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé