amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

538 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2021

"HIDALGO, campagne audacieuse, innovante" par Amadou Bal BA

Anne HIDALGO laboure le terrain de la France profonde. Cette campagne audacieuse et innovante, contrastant avec M. MACRON, marchand de canons cajolant la dictature saoudienne. Valérie PRECESSE s'est ciottisée et lepénisée. La République est en danger. De fortes attentes pèsent Anne HIDALGO (Maison d'Afrique, coopération africaine, crise aux Antilles, place des banlieues).

amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Anne HIDALGO laboure le terrain de la France profonde : une campagne électorale audacieuse et innovante» par Amadou Bal BA - 

Il existe un grand contraste entre trois campagnes électorales : celle du président MACRON, des forces du Chaos et de la Gauche.


Le président MACRON a choisi d'être le VRP de l'industrie de la guerre, un marchand de canons, générateur de cadavres, de larmes de sang ainsi qu'un flot de réfugiés et probablement de djihadistes. La France a d'autres atouts à proposer en termes d'agriculture, d'environnement (eau, lutte contre la déforestation), infrastructures, etc.


Le président MACRON va cajoler le dictateur d'Arabie Saoudite celui-là même qui a découpé en petits morceaux un journaliste opposant. Est-ce donc ce message universel des droits de l'homme, à géométrie variable, que notre pays devrait distiller ? L'Arabie Saoudite, régime wahhabite, avec son régime islamique rigoriste, est le plus grand pourvoyeur du fondamentalisme dans le monde. En effet et pour l'essentiel le commando du 11 septembre était composé de Saoudiens, à leur tête Oussama BEN LADEN (1957-2011). Et pourtant c'est l'Afghanistan qui a été punie. Les guerres de l'Occident contre ce pays se sont traduites par la victoire des odieux Talibans et l'abandon de ceux qui avaient trahi leur pays, pour se ranger aux côtés des Occidentaux.


A Droite, incarnation des forces du Chaos, le racisme est devenu décomplexé. L'arrivée en tête des primaires de la Droite ami de Éric CIOTTI, au 1er tour, partageant les mêmes Valeurs que le Rassemblement national, est une grave source d'inquiétude pour la République. Éric CIOTTI a été battu au 2ème tour de cette primaire de la Droite, mais le poison de la haine qu'il a semé est désormais repris par Valérie PECRESSE. En effet désormais, cette Droite dure, lepénisée, versaillaise, n’est plus centriste ; les Fillonistes, les amis de Bruno RETALLEAU, Éric ZEMMOUR et le R.N., les fachos sont maintenant à même de conquérir le pouvoir au 2ème tour de la présidentielle d'avril 2022, dans un contexte d'une Gauche divisée.

Ce qui avait sauvé la République jusqu'ici, c’était l'idiotie de Jean-Marie LE PEN, dans un système électoral à tour, croyant qu'il pouvait gagner seul le pouvoir, avec un discours antisémite. Désormais les fachos peuvent, potentiellement, faire tomber la République. Valérie PECRESSE, victorieuse au 2ème tour de la primaire de la Droite, contre Eric CIOTTI, que rien distingue des fachos, dans sa déclaration du 4 décembre 2021, envisage de faire appel à «toutes les forces» ; entendez par-là, celles de l’extrême-droite que Éric CIOTTI a réhabilitées dans le camp de la Droite. Les digues sont rompues. Ainsi, Eric ZEMMOUR, dans une lettre, assure aux militants «Les Républicains», notamment les 40% ayant voté pour Eric CIOTTI, cette frange ultraconservatrice et raciste, qu’ils peuvent compter sur lui pour «hisser de nouveau très haut le drapeau de notre patrie. En portant Éric Ciotti en tête du premier tour de votre congrès, vous aviez choisi un homme bien, droit, fiable et sincère. Un indiscutable patriote, fidèle aux convictions que nous partageons. Je m’enorgueillis d’entretenir avec lui une réelle amitié. Je veux que vous sachiez que je pense à vous avec affection. Soyez certains de mon désir de nous voir, prochainement, monter à l’assaut de la fatalité, et hisser de nouveau très haut le drapeau de notre patrie» écrit-il. Et après le second tour du 4 décembre 2021, Eric ZEMMOUR comme Marine LE PEN se sont adressés, directement, aux électeurs d’Eric CIOTTI, «Vous pouvez compter sur moi et je sais que c’est réciproque. Je vous attends, demain, bientôt» leur dit Eric ZEMMOUR.

Les Républicains n’ont rien de républicains dans leur projet politique fortement lepénisé. Ainsi, Valérie PRECRESSE, née à Neuilly-sur-Seine et une versaillaise, qui n’est plus centriste s’est largement ciottisée ; elle préconise, notamment la «territorialisation des peines», c’est-à-dire que pour un même délit, un racisé sera plus sévèrement châtié que le résident blanc dans les beaux quartiers. Valérie PRECRESSE veut mettre des limites insupportables à l’acquisition de la nationalité par le droit du sol, une règle établie depuis la Révolution et faire passer l’âge légal de la retraite de 62 à 65 ans, compter la suppression de 200 000 postes de fonctionnaires et encore plus des cadeaux fiscaux à ses amis.


Cette étrange défaite de la République, cette lente, progressive, mais inexorable trahison des valeurs républicaines remonte au déni de la classe politique de faire un sérieux examen de conscience sur le passé colonial et esclavagiste de ce pays. Les idées d’Arthur de GOBINEAU (1816-1882) et son «essai sur l’inégalité des races humaines», et la Collaboration en 1940 de Philippe PETAIN (1856-1951), pourtant vainqueur de Verdun, ont brouillé le combat pour la victoire des valeurs républicaines. Le président François MITTERRAND (1916-1996) avait commis l'erreur tragique, pour casser la Droite aux élections européennes, de faire inviter, à la télévision, pour la première fois, Jean-Marie LE PEN, le 13 février 1984, à «l'heure de vérité» de François-Henri de VIRIEU (1931-1997). Auparavant, l'extrême Droite, devenue dédiabolisée, avait déjà  commencé son ascension politique aux élections municipales du 11 septembre 1983, Jean-Pierre STIRBOIS (1945-1988), Secrétaire général du Front national, ayant ravi aux Socialistes la mairie de Dreux. Nicolas SARKOZY, avec son concept «d'identité nationale» et son discours à Dakar «l'Afrique n'est pas entrée dans l'histoire», a banalisé la rhétorique de l’extrême-droite. François HOLLANDE, un président socialiste, à travers son projet de loi sur la déchéance de la nationalité et la nomination de Manuel VALLS en qualité de Premier ministre, après la défaite aux municipales de 2014, a enfoncé le clou et légitimité, plus que jamais les idées racistes dans ce pays. M. Emmanuel MACRON, élu sur un front républicain en 2017, fait une campagne, pour les présidentielles d'avril 2022, ouvertement, et parfois, sur des thèmes d'extrême-droite (loi sur le séparatisme, augmentation substantielle et injustifiée des droits d'inscription des étudiants étrangers, allongement des délais de rétention des sans-papiers, célébration de Napoléon et glorification de Jean-Baptiste COLBERT, deux esclavagistes, etc.).


Marine LE PEN, présidente du Front National, depuis 2011, a changé sa dénomination en Rassemblement national et abandonné, provisoirement, le discours antisémite et révisionniste, de son père, en concentrant ses attaques contre les Noirs et les Arabes, la partie inorganisée, la plus faible et sans conscience politique de la population, avec ses abstentions électorales record. L'arrivée de Éric ZEMMOUR et de Éric CIOTTI ont changé, fondamentalement, la donne politique. L'extrême Droite a été, par deux fois au 2ème tour des présidentielles, mais sans alliés au 2ème tour. Cette troisième participation, en 2022, fait peser de graves menaces sur la République. Il n'a échappé à personne que la Gauche divisée est menacée de disparition.

Après 25 présidents de la République française hommes, sans une seule femme, dans ce 1er tour de la présidentielle d’avril 2022, trois femmes présentes : 2 représentantes des forces du Chaos (Marine LE PEN et Valérie PRECESSE) et Mme Anne HIDALGO du camp républicain.


Dans ce contexte de grave crise, pour conjurer cette étrange défaite de la République Mme Anne HIDALGO a choisi de labourer la France profonde, afin de mieux coller aux attentes des Français. Les problèmes fondamentaux de la France de notre temps ne sont pas les questions d'immigration, de prédation, de violence et de haine, à l'égard des plus faibles. Ce qui préoccupe profondément tous, c'est les questions d'emplois, de réindustrialisation, d'innovation, de logement, de pouvoir d'achat, de défense du service public et notamment de la santé, d'une retraite, après une vie laborieuse, décente, de bonnes et performantes relations avec nos partenaires, notamment l'Afrique.


En particulier ce qui nous unit, c'est la République et l'impérieuse nécessité d'apprendre à vivre ensemble dans le respect mutuel. La promesse républicaine d'égalité devrait être poursuivie et développée. Partout où la haine s'est logée dans le cœur des Hommes, cela s'est traduit par un venin de destruction d'un pays. A la fin de la Guerre mondiale les Allemands se sont rendus compte que leurs vrais ennemis n'étaient ni les communistes, les résistants, les Noirs, les francs-maçons ou les Juifs ; c'était bien Adolphe HITLER (1889-1945). De nos jours ceux qui évoquent cette France pétainiste, raciste et xénophobe sont les vrais ennemis de la France.


J'espère que Mme Anne HIDALGO, candidate de Gauche, entendra ma proposition d'une Maison d’Afrique à Paris où dialoguent les cultures et où on s'enrichit mutuellement. On souhaiterait être associés à sa campagne, au sein de son QG, afin mieux la relayer.

Les racisés ont d’autres demandes particulières en direction de la candidate, Mme Anne HIDALGO :

  • Des Etudes africaines, dans toutes les universités françaises. Cette question du bien-vivre ensemble est actuellement polluée par les forces du Chaos. En revanche, les citoyens républicains sérieux et raisonnables ont été écartés de ce débat sur le bien-vivre ensemble, notamment les questions de la mémoire, l’accès aux archives coloniales (Camp de Thiaroye, divers massacres en Algérie, à Madagascar, au Cameroun), de meilleurs rapport entre les jeunes et la Police républicaine, la justice pour les familles des 113 jeunes étouffés à mort par les forces de l’ordre, une autorité disciplinaire indépendante ;
  • Une tournée de Mme Anne HIDALO aux Antilles, dans un contexte de grave crise sociale et contre les méthodes coloniales faites d’injustices (vie chère, continuité du territoire, autonomie, grèves de 2009 et 2021, voir mes articles) ;
  • Une tournée de Mme Anne HIDALO en Afrique (Mali, Sénégal, Guinée), la Françafrique est devenue «marmite est sale», suivant une jeune Burkinabé, qu’il faudrait récurer ; les Africains ont besoin de démocratie et coopération mutuellement avantageuse, d’une francophonie rapprochant les peuples et l’annulation de la hausse injustifiée des droits d’inscription des étudiants étrangers africains, remettant en cause cette francophonie. La France a sa place en Afrique, mais son image a été dégradée par des pratiques inacceptables de la Macronie ;
  • Une tournée des banlieues, en raison des taux élevés d’abstention électorale des racisés. C’est l’occasion d’abandonner les stratégie électoralistes fondées sur la consommation ; les racisés ont besoin d’accéder aux lieux de décision politiques, économiques et culturels. En cette fin d’année, c’est par la périphérie que le centenaire du Goncourt de René MARAN (1887-1960, voir mes différents articles), le Goncourt du 3 novembre 2021 de Mohamed M’Bougar SARR, le Prix Nobel de Littérature de Abdulrazak GURNAH, ont illuminé les scènes littéraires de France et du monde entier. De «grands remplacements» de ce genre, nous en avons besoin, par millions.

Inscrivez-vous sur les listes élections ! ce scrutin des présidentielles d’avril 2022 n’est pas comme les autres, la République est, gravement, en danger.

 Paris, le 4 décembre 2021 par Amadou Bal BA - 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes