"Donald TRUMP le putschiste" par Amadou Bal BA

Donald TRUMP, le putschiste et sa haute trahison. Destitution immédiate ! Au-delà de la personne médiocre, minable et empreinte d'insanité de Donald TRUMP, ce putsch, est aussi et surtout, une condamnation sans appel de la démagogie, du populisme et de toutes les démocraties ethnicistes occidentales.

Donald TRUMP, le putschiste et sa haute trahison – Une condamnation sans appel de la démagogie, du populisme et de toutes les démocraties ethnicistes occidentales

 

capitol

Donald TRUMP, le putschiste et sa haute trahison – Une condamnation sans appel de la démagogie, du populisme et de toutes les démocraties ethnicistes occidentales

Le 6 janvier 2021, on s’attendait au double sacre des Démocrates, avec la certification de la victoire de Joe BIDEN ainsi que la célébration de leur conquête du Sénat. En effet, le ticket BIDEN-HARRIS a fini par remporter les 2 sièges de sénateurs en Géorgie. Raphaël WARNOCK et John OSSOFF, ont gagné les sénatoriales de la Géorgie, la Vice-présidente, Mme Kamala HARRIS étant membre et présidente de droit du Sénat, les Démocrates ont donc obtenu une voix. Merrick GARLAND, un juge de la Cour suprême, est pressenti pour le poste d'Attorney General (Ministre de la Justice). Pendant son mandat, Donald TRUMP a utilisé la justice et il a gracié ses proches,. La nomination de Merrick GARLAND, est un signal fort pour rétablir l'état de droit aux Etats-Unis.

Finalement, c’est une situation insurrectionnelle qui a ravi la vedette au sacre de Joe BIDEN. En effet, une foule de supporters de Donald TRUMP, appuyé par Ted CRUZ, a envahi le Capitol Hill suspendant, provisoirement, la procédure de certification de voix des grands électeurs déclarant Joe BIDEN, 46ème président des Etats-Unis. Ce que l’Histoire retiendra de cette journée du mercredi 6 janvier 2021, c’est le coup de force de Donald TRUMP ayant instrumentalisé ses militants. En effet, Donald TRUMP répète sans cesse que sa victoire aurait été volée par les Démocrates.  Ce dernier coup d’éclat de Donald TRUMP, un fasciste, ne s'avouant pas vaincu, est Du jamais vu. C'est un véritable coup de force, digne d'une république bananière. Si c’étaient des Noirs qui avaient commis ces attaques du Capitol Hill, Donald TRUMP qui se cache, aurait envoyé la troupe pour les liquider, immédiatement. C'est donc un coup d'Etat, un putsch qui ne dit pas son nom, d’un président complotiste et conspirationniste, un adversaire résolu de l’Etat de droit et de la démocratie. Comment les Américains avaient-ils pu élire Donald TRUMP, en 2016, président des Etats-Unis ?

Donald TRUMP, un président déchu, refusant d'accepter la réalité, qui a perdu tous ses recours constitutionnels, et maintenant utilise la méthode insurrectionnelle. Donald TRUMP, un grand malade mental, incapable de distinguer la réalité du mensonge, le Bien du Mal, devrait être immédiatement destitué suivant le 25ème amendement, avant le 20 janvier 2020.  Auparavant les Démocrates avaient eu raison d’engager contre lui la procédure d’empeachment. Certains des amis de Donald TRUMP, commencent à démissionner, avouant, tardivement, qu’ils sont horrifiés par l’insanité de leur patron. Pendant l’affaire George FLOYD, Donald TRUMP, un répressif à outrance, avait envoyé l’armée et ses «Proud Boys» contre les Noirs et la jeunesse américaine. Toutes les personnes, des suprémacistes, ayant participé à ce putsch, rentrées tranquillement chez elles, devraient être recherchées et jugées. L’Amérique de Donald TRUMP est bien un régime raciste ; quand on est Blanc, tout est permis. Double standard !

Ce coup de force aura de graves conséquences, au moment où des milliers d'Américains sont en train de mourir du Coronavirus, très massivement. Après son meeting, Donald TRUMP est parti se cacher à la Maison Blanche, regarder tranquillement à la télévision, l’étendue des dégâts qu’il a causés à la démocratie américaine.  Au lieu de demander la dispersion pacifique de ses militants qu’il a incités à prendre le Parlement, son tweet n’est pas à la hauteur de la situation. Aussi, le président élu, Joe BIDEN, appelle Donald TRUMP, le président encore en exercice, à faire une déclaration télévisée, pour calmer cette insurrection commise en son nom. En créant cette situation explosive et putschiste, Donald TRUMP pourrait être jugé pour haute trahison. A titre conservatoire, et dans l’attente du 20 janvier 2021, Donald TRUMP, un homme dangereux et fou, devrait être écarté du pouvoir et répondre de ses crimes devant la Justice. En tout cas, Donald TRUMP, prétendu partisan de la loi et de l’ordre, vient d’administrer, une fois de plus la preuve de son indignité pour occuper la fonction présidentielle. En effet, il a refusé jusqu’ici de collaborer à une transition pacifique, en dépit des millions de morts du Coronavirus, ne s’occupant que de lui-même : «Make America Great Again» disait-il. Mme Muriel BOWSER, la maire de Washington, a décrété le couvre-feu dans la capitale à partir de 18 heures, et l’armée a été appelée à rescousse.

Après avoir perdu les présidentielles et la majorité au Sénat, Donald TRUMP, qui a collecté des millions de dollars en vue des échéances de 2024, va, sans nul doute, faire exploser le Parti républicain dont une bonne l'a suivi, aveuglément, dans sa folie et son déni de la réalité.

Dans ces élections, Mme Stacey ABRAHAMS, cheffe des Démocrates en Géorgie, a réalisé une formidable mobilisation de la communauté noire, souvent réfugiée dans l’abstention et donc dans la marginalisation. Ce qui se passé en Géorgie est un puissant message pour les racisés en France. En effet, la politique reste une affaire de volonté. Quand on veut, on peut changer le cours de l’Histoire. Quand on est citoyen on participe en refusant que les autres décident à notre place. Les régionales de juin 2021 et les présidentielles de 2022 sont des moments majeurs.

Naturellement que tous les grands pays occidentaux, dans leur indignation sélective, ont condamné ce coup d’Etat de Donald TRUMP. «Ce soir, à Washington, la démocratie a été l’objet d’un coup de force. Ces scènes de chaos, après les propos irresponsables du président sortant sont une offense aux démocraties du monde entier. J’apporte mon soutien au peuple américain qui saura faire à cette attaque indigne contre ses institutions» écrit François HOLLANDE, le promoteur du projet de loi sur la déchéance de la nationalité, le mentor de Manuel VALLS et d’Emmanuel MACRON ; celui-là même qui avait interdit le concert de Black-M. «We believe in democracy. We are one (nous croyons à la démocratie. Nous sommes unis et égaux)» écrit le président le président Emmanuel MACRON. Quand il dit «nous croyons à la démocratie ?». Il serait bienséant de préciser laquelle ?

Le président MACRON est lui-même l’initiateur d’un projet de loi vichyste, séparatiste, islamophobe, négrophobe et franchement raciste. Ce sont pas là des procès d’intention, mais des faits vérifiables. En effet, ce texte vise, dans cette démocratie maintenant ouvertement ethnique, comme jadis dans le Sud des Etats-Unis, à légaliser le Code de l’Indigénat. A la suite de l’affaire George FLOYD, c’est le président Emmanuel MACRON, dans le plus grand déni des siècles d’esclavage et de ce lourd héritage du colonialisme, toujours prégnant, qui refuse toujours de déboulonner certaines statues ; le racisme institutionnel et systémique, ainsi que les violences policières ne seraient que des vues de l’esprit. Il a fallu que des ripoux, à Paris, dans le 17ème arrondissement, ayant commis de surcroît, un faux en écritures publiques (prétendues rébellions et menaces à leur encontre) soient filmés dans leurs violences criminelles, pour qu’on se dise : «mais c’est vrai ceux qu’ils racontent ces indigénistes !».

C’est de notoriété publique, le Rassemblement national, un parti légal et devenu légitime, dans cette France avec son prétendu message universel de défense des droits de l’Homme, ses idées nauséabondes sont en train de triompher, au-delà des clivages politiques traditionnels. Un Code l’Indigénat, une démocratie ethnique est donc en voie d’être officialisé. Si le Rassemblement national a des électeurs, ce serait, pour certains, la source même de sa légitimité. HITLER était aussi venu au pouvoir par les élections «L’accession de Hitler au pouvoir fut légale selon la règle majoritaire, et ni lui ni Staline n’auraient pu maintenir leur autorité sur de vastes populations, survivre à de nombreuses crises intérieures ou extérieures et braver les dangers multiples d’implacables luttes internes au parti, s’ils n’avaient bénéficié de la confiance des masses», écrit Hannah ARENDT. Donald TRUMP aussi a été élu en 2016. Jair BOLSONARO au Brésil, Boris JOHNSON en Grande-Bretagne avec son BREXIT, Giuseppe CONTE en Italie, Viktor ORBAN en Hongrie et Mateusz MORAWIECKI en Pologne ; tous ces gouvernements populistes, de plus en plus nombreux, et ouvertement racistes, ont aussi reçu l’onction de leur peuple.

Ce qui s’est passé aux Etats-Unis, une des plus grande démocratie du monde et qui était respectée jusqu’en 2016, devrait faire réfléchir, ici en France. Donald TRUMP a eu un grand mérite, c’est celui d’administrer la preuve que les démocraties, un combat de chaque instant, restent toujours fragiles. Rien n’est acquis définitivement, dans le combat des droits de l’Homme. En effet, il y a des lignes rouges à ne pas franchir. «Rien n’est plus dangereux que d’arrêter de penser. Le danger consiste en ce que nous devenions de véritables habitants du désert et que nous nous sentions bien chez lui» écrit Hannah ARENDT qui estimait que l’Occident peut basculer dans la dictature. George ORWELL, dans son livre 1984, ne s’adressait pas seulement qu’aux dictatures communistes. Le monde prétendument «libre» n’est pas à l’abri d’une dictature «Big Brother is watching you !».

Donald TRUMP, un putschiste claustré à la Maison Blanche et refusant toute passation de pouvoir, va partir le 20 janvier 2022, dans la honte et le déshonneur.  Compte tenu de ses réformes scandaleuses, et notamment de cette loi sur le séparatisme, M. Emmanuel MACRON ne sera que le président d’un seul mandat. Il partira, lui aussi, couvert d’opprobre. «Même la nuit la plus sombre prendra fin. Et le soleil se lèvera» dit Victor HUGO.

Vite Mme Anne HIDALGO ! Préparez-vous pour sauver la République !

Paris, le 6 janvier 2021, par Amadou Bal BA -



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.