"France 2, Reportage sur la colonisation" par Amadou Bal BA

Ce film de France 2, de Pascal BLANCHARD, à une heure de grande écoute, avec la force de l'image, le poids des mots et des témoignages a montré, avec une réalité toute crue, tous les graves crimes commis pendant la colonisation. Le projet de loi sur le séparatisme de MACRON est vichyste, islamophobe et négrophe ; il s'inspire de cet esprit colonialiste et esclavagiste.

Une intéressante émission de France 2 sur la colonisation et ses monstrueux crimes

Le candidat Emmanuel MACRON, à Alger, avait dit à juste titre, en 2017 que la «colonisation fait partie de l’histoire nationale ; c’est un crime contre l’Humanité, et cela fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses». La réplique immédiate, à l’époque, de Moussa DARMANI, devenu maintenant son ministre de l’intérieur sarkozyste, et des forces conservatrices, est cinglante : «Honte à Emmanuel MACRON qui insulte la France de l’étranger !». Cette belle promesse de campagne, le temps d’un voyage en Algérie, fut vite oubliée par Emmanuel MACRON, coutumier des trahisons et du parricide. Loin de «civiliser», la colonisation, une domination d'un peuple sur un autre peuple, est fondée sur une logique de violence et de prédation. Ce déni permanent du racisme institutionnel et systémique, inspiré de l'esprit colonialiste et esclavagiste, loin de disparaître, imprègne plus que jamais la société française.

On n’écrit pas l’Histoire avec une gomme ; l’ignorance est la pire des choses. Ce film de France 2, de Pascal BLANCHARD, à une heure de grande écoute, avec la force de l'image, le poids des mots et des témoignages, a magistralement montré, avec une réalité toute crue : tous les graves crimes commis au nom du pays des droits de l’Homme. Gratitude et reconnaissance au service public, pour cette émission ; ce qui tranche avec certaines chaînes, comme CNews spécialisées, la chaîne de Vincent BOLLORE, installée dans les instrumentations, les calomnies et les dénigrements des racisés. Aussi, je vous invite ardemment, si vous avez raté cette émission et son débat, à la revoir en replay.

Ce qui caractérise la colonisation, c’est essentiellement l’exploitation au détriment de la mise en valeur. On asservit et on humilie, au lieu de respecter ou de coopérer. Les deux grandes guerres mondiales ont marqué le réveil des peuples africains aspirant à la liberté et à la dignité. Mais les vaillants Tirailleurs sénégalais n’avaient pas le droit de voter ; le seul droit qui leur a été reconnu est de mourir avec la mitrailleuse de leurs Ancêtres les Gaulois qu’ils venaient de libérer. Durant la colonisation, à chaque fois, au lieu d'apporter la bonne réponse aux revendications des colonisés de leurs demandes légitimes de dignité et de liberté, le colonisateur a sorti le bâton, par des massacres odieux. Ce fut le cas au Camp de Thiaroye, en 1944, ceux qui  avaient échappé aux camps nazis et ne réclamaient que leur solde, ont été abattus à l’arme lourde, une fois revenus dans leur pays. Les massacres du 8 mai 1945 à Sétif, en Algérie ont été le prélude à la guerre d’indépendance de 8 ans. A Madagascar, en Indochine, en Tunisie, au Maroc, au Cameroun, à chaque fois, le sang des Africains a coulé, pour préserver des intérêts de la Mère-patrie.

Point de dialogue, ni de considération pour ces sous-hommes. Les réformes timides et tardives (accès à la nationalité, sans vraie représentativité, communauté franco-africaine) n'avaient fait qu'aggraver la déliquescence de l'empire colonial qui a fini par se déliter. «L’Algérie, c’est la France» disaient les coloniaux. Depuis 1960, les Etats africains ne sont pas vraiment indépendants. C'est une indépendance dans la dépendance. Ce que la France appelle la coopération, c’est une aide à la recolonisation «C’est un fait que la décolonisation est notre intérêt. Cette aide et ce concours pourquoi nous les donnerions-nous si cela n’en vaut pas la peine ?» dit, cyniquement et franchement, de GAULLE. En effet, Charles de GAULLE et Jacques FOCCART ont mis en place, depuis 1960, cette fameuse Françafrique, c'est à dire des régimes monarchiques et dynastiques acquis à la France pour continuer de piller les matières premières africaines. Voir mon article «De Gaulle et l'Afrique». Leurs héros sont nos bourreaux. Les présidents ou opposants qui sortent du rang sont liquidés. L’humiliation permanente est une source de révolte. En effet, les peuples africains se réveillent timidement mais à chaque fois c'est la prédation et la violence qui domine au lieu de mettre en place une politique de coopération mutuellement avantageuse dans le respect mutuel.

La colonisation, ce n’est pas du passé, le racisme étant consubstantiellement lié à la colonisation et à l’esclavage «L’esprit qui a donné naissance à la colonisation perdure, il existe encore. En tout cas, il y a quelque chose qui demeure et contre laquelle le combat ne doit jamais cesser ; je veux parler du racisme, la matrice même du colonialisme» dit Aimé CESAIRE (1913-2008). Un de ces symboles du racisme institutionnel est naturellement la reconnaissance et la légitimation du Rassemblement national, dont le fond de commerce politique, est de s’attaquer, uniquement, aux colonisés en France que sont les Arabes et les Noirs.

Par ailleurs, les Afro-descendants vivant en France, au lieu d'être traités en citoyens de la République, continuent, à travers ce racisme institutionnel et systémique et ces violences policières, à être considérés comme des indigènes de la République. Ce projet de loi vichyste, islamophobe et négrophobe sur le séparatisme du président Emmanuel MACRON a moins l'avantage de la clarté dans la grande hypocrisie de cette démocratie ethnique : un système légalisé de ségrégation raciale se met en place en France, comme dans le Sud des Etats-Unis, et jadis, l’Apartheid en Afrique en Sud. Les Noirs et les Arabes sont en train de devenir, comme jadis, les Protestants et les Juifs de France.

L’émission de France 2 est d’autant plus importante que la colonisation est jusqu’ici restée, un tabou en France. Le parti colonial, au détriment des valeurs républicaines. Le nationalisme, qui flatte la grandeur de la France, ne tolère aucune critique contre l’esprit colonialiste et esclavagiste, profondément ancré dans ce pays. Le racisme et les violences policières contre les racisés n’existent pas au pays des droits de l’Homme, cela ne peut advenir qu’aux Etats-Unis. Aucune statue ne sera déboulée avait dit péremptoirement le président Emmanuel MACRON. Je n’ai jamais vu en France de boulevard Adolphe HITLER, ni de statues du maréchal Philippe PETAIN, de Louis Ferdinand CELINE ou d’Arthur de GOBINEAU. Depuis des siècles on nous tape dessus, et sans retenue. «Dans le débat public, sur les réseaux sociaux, dans les stades, c’est à l’égard des Noirs que s’exprime le racisme le plus cru, infériorisant et animalisant» écrit la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH), dans son rapport 2019.

Pourtant, que ce soit hier ou aujourd’hui, on ne demande pas la lune, mais une stricte application des lois républicaines d’égalité, de fraternité et de Justice, avec nos obligations, mais aussi tous nos droits. Dès que les Français issus de l’immigration dénoncent le racisme, tout de suite le parti colonial en France leur balance à la figure les termes de repentance, concurrence des mémoires, stratégie victimaire, indigénistes, identitaires, racisme antiblanc, terroristes, islamistes et maintenant : «Une civilisation qui s’avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente. Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte. Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde» écrit Aimé CESAIRE, dans son «discours sur le colonialisme».

Nés libres, nous briserons nos chaînes invisibles de l’esclavage et de la colonisation.  Nous refuserons la servitude permanente, ainsi que toutes les assignations et les déterminations. On combattra, sans concession, les forces du Chaos, aux régionales de 2021 et aux présidentielles de 2022 pour congédier ce raciste assumé qu'est le président MACRON.

Au lieu de s’abstenir aux élections, il faut aller voter, massivement, et intervenir, en permanence dans la vie citoyenne, pour réclamer notre juste place dans la société, le bien-vivre ensemble et dans la Fraternité.

Paris, le 6 octobre 2020, par Amadou Bal BA - 

121006003-10159235882614301-2150594015603910884-n
121004743-10159235882394301-2472994734870059464-n
120999333-10159235881764301-2485228112499850925-n
120999151-10159235882959301-5815881976200743200-n
120998244-10159235882854301-2430059537719411450-n
120998244-10159235882854301-2430059537719411450-n-1
120997906-10159235837409301-1647514857195090587-o

121006143-10159235883714301-3023707783897169752-n

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.