"Kamala HARRIS a gravi la Montagne raciale" par Amadou Bal BA

Par sa brillante prestation, Kamala HARRIS vient de faire exploser tous les préjugés raciaux à travers le monde entier. 59% des sondés estiment que Kamala HARRIS a gagné le débat contre Mike PENCE. Un sourire radieux, un calme à toute épreuve, une détermination ainsi qu'une profondeur des analyses, Kamala HARRIS, une femme noire, a gravi, allègrement, la montagne raciale.

Mme Kamala HARRIS a franchi, allègrement, la «Montagne raciale» dans ce débat contre Mike PENCE

Par sa brillante prestation, Mme Kamala HARRIS, colistière de Joe BIDEN, vient de faire exploser, dans ce débat contre le Vice-président  tous les préjugés raciaux à travers le monde entier. 59% des sondés estiment que Mme Kamala HARRIS a gagné le débat contre Mike PENCE qui a refusé de se mettre en quarantaine.

En effet, un sourire radieux, un calme à toute épreuve, une détermination ainsi qu'une profondeur des analyses, Mme Kamala HARRIS, une femme noire, candidate à la vice-présidence aux élections du 3 novembre 2020, a été convaincante et dans ses points de vue. Mme Kamala HARRIS a explosé le plafond de verre, et a donc gravi, allègrement, la montagne raciale (The Racial Mountain) : «Nous, jeunes artistes Nègres qui créons, entendons désormais exprimer notre identité, sans crainte, ni honte. Nous construisons nos temples pour demain, aussi solides que nous pouvons, et nous nous dressons au sommet de la montagne libre, à l’intérieur de nous-mêmes» écrit Langston HUGHES (1902-1967) dans un article daté de 1926, «The Black Artists and the Racial Mountain». Le président Barack OBAMA, premier président noir des États-Unis avait déjà indiqué la voie. Maintenant avec Mme Kamala HARRIS, ce serait une extraordinaire chose qu'elle puisse, avec Joe BIDEN, vaincre ce président Donald TRUMP misogyne, suprémaciste, homophobe et irresponsable. «Le Nègre en Amérique était comme le phénix, et il surgirait, un jour, du feu auquel l’Amérique l’avait consigné» avait prédit, au début du XXème siècle, Langston HUGHES, qui encourageait les Noirs à assumer pleinement la dignité de leur personnalité, pour prendre toute leur place dans la société américaine, plombée par le racisme.

«The Coronavirus is the great failure of Donald TRUMP», la gestion de cette pandémie est le plus grave échec de Donald TRUMP dit Kamala HARRIS (212 000 décès à ce jour). En effet, le second débat entre Joe BIDEN et Donald TRUMP sera virtuel, le président en exercice, infecté par le virus du Covid-19 ayant quitté l’hôpital, avant l’expiration du délai de quarantaine. Donald TRUMP a transformé la Maison Blanche en un géant cluster ; ce président démagogue et irresponsable veut repartir en campagne.  Cependant, Donald TRUMP a refusé, catégoriquement, ce débat virtuel, proposé par la Commission électorale. Joe BIDEN estime que, dans ce cas, il s’adressera, seul, à tous les électeurs.

C'est un débat d'une très bonne tenue et digne, Kamala HARRIS n'ayant pas hésité à remettre Mike PENCE en place, qui  a tenté de l'interrompre : «Vice-président I Speak. If you do not mind, I will finish and after we are  going to have a consersation». En substance, «c'est moi qui parle maintenant» lui dit-elle. Mike PENCE, à plusieurs reprises, a dépassé son temps de parole, mais, Susan PAGE, la modératrice, n'a pas manqué, à chaque fois, de le rappeler à l'ordre. Et Mike PENCE a éludé toutes les questions délicates, comme celle de l’avortement ou le refus de Donald TRUMP d’accepter les résultats des élections du 3 novembre 2020, si elles lui sont défavorables.

Par ailleurs, a été question de différents sujets notamment du droit à l'avortement et du racisme institutionnel et systémique, du leadership, de l'unité du respect de la démocratie et  du résultat des élections du 3 novembre 2020.

Cette émergence de Mme Kamala HARRIS sur la scène politique américaine, tranche avec le déni du racisme institutionnel et systémique en France, pays des droits de l’Homme ; ce projet de loi sur le séparatisme mettant à jour une loi vichyste, islamophobe et négrophobe de la Macronie.

Dans les deux pays, la décision appartient aux électeurs. Ne laissez jamais les autres décider à votre place, allez voter à chaque fois que votre avis est sollicité.

Décidemment, Donald TRUMP est un dangereux virus pour l’Amérique et le monde entier. La seule réponse pour guérir de ce danger que représente Donald TRUMP c’est d’aller voter, massivement.

 «Get out and Vote !» dit Joe BIDEN.

Paris, le 8 octobre 2020, par Amadou Bal BA - 

120960746-10159239288509301-2506604968672312721-n

 

 

121190682-10159239288374301-4079524993011484815-n

121156665-10159239288274301-7657283384637257305-n

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.