"Soumaïla CISSE, libéré" par Amadou Bal BA

Soumaïla CISSE, l’opposant malien, a été libéré. Quelle suite dans la nouvelle vie politique caporalisée par l’Armée ? Va-t-il rejoindre le Mouvement M 5 qui a contribué de façon décisive à la chute d'IBK, mais leur victoire a été volée par la Junte ? Cette libération est également une belle occasion pour la France de réévaluer sa coopération avec l'Afrique.

Soumaïla CISSE, l’opposant malien, a été libéré. Quelle suite dans la nouvelle vie politique malienne caporalisée par l’Armée ? Quelle nouvelle coopération entre la France et l’Afrique ?

Soumaïla CISSE, l'opposant malien enlevé à la vieille des législatives de mars 2020, a été finalement libéré. Curieusement Soumaïla CISSE est devenu libre, juste après que la junte militaire ait réussi son coup d’Etat, en marginalisant le M.- 5, par sa désobéissance civile, qui avait contribué, de façon décisive à la chute d’IBK. C'est dans ce contexte que les Maliens ont appris la levée des sanctions de la CEDEAO à l’encontre la junte malienne.

Soumaïla CISSE aura sans doute beaucoup de choses à dire, ayant combattu, sans concession IBK, il retrouve un Mali dont les données politiques ont fondamentalement changé. En effet, la junte qui a volé la victoire du M.-5, avec un discours rassurant, a formé son gouvernement, dominé par les militaires, à tous les postes clés. Quelle place va donc jouer Soumaïla CISSE dans le champ politique malien ? Soumaïla CISSE, connu jadis comme un nationaliste résolu, va-t-il, maintenant, rallier le M.-5, ou la Junte dont les premiers actes n’augurent rien de bon pour l’avenir ?

On estime que c’est Soumaïla CISSE qui avait, en fait, gagné les précédentes élections présidentielles contre IBK, l’ex-président qui n’avait pas suffisamment protégé ses opposants.

Apparemment Soumaïla CISSE et Sophie PETRONIN, 75 ans en charge d'une organisation humanitaire, ont été libérés en contrepartie de  la libération de 206 prisonniers séparatistes détenus au Mali et en Côte-d’Ivoire. Je crois aussi que la junte, en déficit de légitimité, qui a volé la victoire du M5, vient de donner un gage à la Françafrique. Après le coup d’Etat militaire du 18 août 2020, que la France n’a pas vu venir, la Macronie prétend n'avoir pas été associée à ces négociations menées, uniquement, par la junte militaire malienne. A quoi donc aura servi la présence militaire de la France au Mali ?

Depuis 2013, 43 jeunes militaires français sont morts au Mali. La France, en dépit de ses coups de menton, a été impuissante au Mali, contre les séparatistes au Nord qu’elle n’avait pas vraiment combattus, le Mali étant toujours divisé. Le terrorisme a continué de prospérer. L’intervention militaire française au Mali, un véritable fiasco, est devenue un bourbier coûtant de l'argent et des vies humaines, une situation à l'Afghane.

Finalement, le parti colonial, dans son soutien aveugle aux dictateurs africains, devrait se rendre compte que 60 ans après cette indépendance dans la dépendance, La Françafrique de Charles de GAULLE est en train de mourir de sa belle mort, les Chinois et les Russes gagnent du terrain. Or, la France, en raison de l’Histoire a toute sa place dans le continent africain, il est grand temps de revoir la coopération de la France avec les pays africains, en s’inspirant de principes de justice, d’équité, de respect et d’avantages mutuels.

En ce mois d’octobre 2020, je suis saisi de vertige quand je contemple l’écart des promesses électorales du candidat Emmanuel MACRON et son projet de loi actuel sur le séparatisme, d’inspiration fascisante, et que le Rassemblement national ne renierait pas. En effet, de nos jours, le parti colonial, ne voit l’Afrique qu’en termes d’immigration, d’islamisme et de pillage de ses richesses naturelles.

Pourtant, dans sa campagne électorale de 2017, le président MACRON, qui a une fois de plus tenu ses promesses, avait posé un diagnostic lucide que je partage, à savoir, en condamnant la vision colonialiste et paternaliste du parti colonial. En effet, le candidat aux présidentielles, Emmanuel MACRON, considérait  l’Afrique comme un «continent d’avenir». Environ 10% de la population française a des origines africaines et 300 000 ressortissants français résident en Afrique. La langue française est un trait d’union évident, en créant une intimité naturelle dans les relations. Ces liens humains sont un atout pour la France. «Si la France devait regarder l’Afrique avec uniquement un mélange de condescendance et de misérabilisme, elle commettrait une erreur historique» dit-il dans son projet présidentiel.

Pour le candidat, Emmanuel MACRON, l’Afrique, ancrée à part entière dans l’Histoire et le monde, est une chance pour tous. Sans angélisme, ni naïveté, la France doit donc regarder cette «vérité africaine» en face, sans idées préconçues ni clichés, et définitivement débarrassée du «surmoi de la colonisation et de la Françafrique». L’époque du pré-carré, de l’aide compassionnelle entremêlée de cynisme et des situations de rente entretenues par des réseaux occultes, est révolue. «Il est grand temps que la France regarde au contraire l’Afrique comme un partenaire économique au même titre que la Chine, l’Inde, le Brésil ou la Turquie» avait dit, fort justement, le candidat Emmanuel MACRON.

Paris, le 6 octobre 2020, par Amadou Bal BA - 

17002334-303

120825489-10159234690734301-6746330656445128499-n

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.