"France, Ramadan et mépris de l'Etat" par Amadou Bal BA

Le Ramadan en France et aucun message des autorités gouvernementales. Toujours ce silence méprisant. Le président Joe BIDEN, ainsi que les premiers ministres, Justin TRUDEAU et Boris JOHNSON, chaque année, adressent un message aux Musulmans de leurs pays respectifs, à l'occasion du Ramadan ou des fêtes religieuses.

Le Ramadan en France et aucun message des autorités gouvernementales. Toujours ce silence méprisant

Le Ramadan, un mois béni pour les Musulmans, démarre en France le mardi 13 avril 2021, pour 29 ou 30 jours maximum, le mois musulman étant lunaire. Pendant ce mois béni, du lever au coucher du soleil, sauf pour raisons médicales ou les femmes quand elles ont leurs règles, il est interdit de manger boire ou avoir des relations sexuelles. C'est en l'An 622, ou l'Hégire quand Mahomet est allé se réfugier à Médine qu'il a formalisé le Ramadan, en s'inspirant notamment de l'Achoura de la communauté juive de Médine célébrant la libération des Juifs de l'Égypte.

En effet, le Recteur de la Mosquée de Paris a validé le démarrage du Ramadan édition 2021. Cette Mosquée, une dette de sang, a été construite en 1924 en hommage aux Tirailleurs Sénégalais venus mourir pour la «Mère-patrie», pendant la Première guerre mondiale.

Comme d’habitude, les hautes autorités gouvernementales n’ont pas daigné adresser un message aux Musulmans de France ; c’est toujours ce silence méprisant de nos hautes autorités françaises dans leur islamophobie assumée.

En revanche, le président Joe BIDEN, des États-Unis ainsi que Mme Stacey ABRAMS ont adressé un message de soutien et de sympathie à la communauté musulmane de leur pays. C'est une rupture avec les pratiques racistes et islamophobes de Donald TRUMP dont le premier acte symbolique en 2016, a été d'interdire aux États-Unis l'accès des Musulmans. Le premier ministre du Canada, M. Justin TRUDEAU, ainsi que le pourtant controversé premier ministre de Grande-Bretagne, M. Boris JOHNSON, adressent traditionnellement des messages à leur communauté musulmane.

L'Islam est la 2ème religion de France. J'ai noté les nombreux messages de soutien et de compassion de républicains à l'égard des Musulmans de France. C'est ici l'occasion et sans les citer, car ces humanistes et républicains sont l'écrasante majorité. C’est une immense joie et satisfaction.

J'écrivais l'autre jour dans un post que «je m'interroge légitimement sur ces distinctions arbitres». Le questionnement est toujours là, sur ce vivre ensemble. Pourquoi cette démocratie, avec son prétendu message universel, est obsédée par une laïcité à géométrie variable ? De la part de nos gouvernants y aurait-il donc dans ce pays des religions respectables et d'autres maudites ? 

Dès qu’on parle de «Musulmans» ou «d’Islam», le chiffon rouge est agité, les poils se hérissent : «attention, c’est la laïcité !» ; la laïcité n’interdit pas de rémunérer les religieux en Alsace et Lorraine, de financer les réparations d’églises, les écoles ou crèches d’organisations confessionnelles, parfois extrémistes. Pourtant la République, protège le droit de croire ou de ne pas croire et surtout un traitement égal de tous les citoyens de la République. Avant d’aller jusqu’en Chine, j’ai envie de dire à ces esprits étriqués : «Hé ho ! Nous sommes là !», cette minorité invisible. Je crois que même si nous sommes différents, nous sommes membres de cette communauté nationale.

Par conséquent, mon coup de gueule de ce matin s'adresse à nos hautes autorités publiques qui s'empressent à certains dîners, et notamment du CRIF ; je m'en félicite, très vivement et c’est cela une Nation, quand elle est respectueuse de tous. Je vois également tout le tintamarre hypocrites fait autour des Ouïghours, ces Musulmans de Chine, une opération digne de la guerre froide. 

Cependant, dès qu'il s'agit des Musulmans de France, c'est le silence radio. Jusqu’ici le chef de l'Etat, une incarnation de la nation, s’entête à considérer les Musulmans de France comme des séparatistes, tout en allant à certains dîners. En revanche, et c’est une première, à ma connaissance, le Ministre des cultes, un certain Moussa DARMANIN, ministres de tous les cultes, a souhaité bon Ramadan aux Musulmans de France, juste après mon post ; c’est pour cela que je ne l’avais pas vu. C’est un timide revirement et j’attends une déclaration du grand séparatiste, le président MACRON. Pour nos gouvernants, les Musulmans de France, citoyens de seconde zone, indigènes de la République tout ce qu'ils méritent c'est une loi sur le séparatisme et toutes les calomnies. «Ces moutons que l’on égorge dans la baignoire !» disent certains esprits étriqués, pour la fête de l’Aïd, pourtant une bonne affaire, pour nos paysans. Ceux qui osent avancer une voix dissonante ne seraient que des «islamo-gauchistes». Un Code de l’Indigénat, en disant pas son nom est bien entré en vigueur.

En définitive, face à ce mépris, je crois fondamentalement, aux armes de la République, les seules efficaces et qui vaillent : celles du droit de vote et les actions citoyennes. J’insiste particulièrement sur le fait que l'abstention aux élections c'est l'inefficacité et la sanctuarisation du Code l’Indigénat, et éventuellement l’arrivée au pouvoir de l’héritière d’une entreprise familiale.

Par conséquent, je rappelle les régionales et les départementales des 23 et juin 2021 sont un prélude pour la victoire de la République aux présidentielles de 2022. Je dis aux Musulmans de France : quand est citoyen on participe et on élimine les islamophobes.

Il faudrait arrêter de ruminer des idées noires seul dans son coin en allant les sanctionner très sévèrement, en les mettant au chômage ! c’est ce qui s’est passé aux Etats-Unis.

Vite Mme Anne HIDALGO !

Paris, le 13 avril 2021, par Amadou Bal BA -

173321423-10159724685599301-4548001262311747486-n

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.