"MACRON le retour du bâton" par Amadou Bal BA

Dans son allocution télévisée, en raison des menaces d'une 4ème vague, le président MACRON annonce la vaccination obligatoire des soignants, le passe sanitaire et la réactivation de ses réformes injustes (Chômage, retraites). Il veut réindustrialiser le pays et le plein emploi. Comment pourra-t-il en 9 mois, ce qu'il n'avait pas fait en 5 ans ?

214472902-10159945422339301-3328046419232411810-n

Le président Emmanuel MACRON : une gestion approximative de la crise sanitaire ; un candidat aux présidentielles clandestin et ses réformes injustes

Le variant indien, dit Delta, plombe l’été ; une quatrième vague pointe du nez. Aussi, le président MACRON, installé dans le triomphalisme dans la gestion de la pandémie, commence à s’inquiéter ; il convoque le Parlement à une session extraordinaire, en vue d'une loi sur l’état d’urgence sanitaire :

- sur la vaccination obligatoire des personnels soignants ;

 - le passe sanitaire pour accéder à de nombreux lieux publics.

Si ces objectifs sont louables en soi, on a connu trop souvent les bonnes paroles du président MACRON, qui n’engagent que ceux qui les écoutent. Irrésolu et inconsistant dans ses décisions, sur quelle base légale le président MACRON sanctionnera-t-il, ceux qu'il avait matraqué à diverses manifestations de défense de l'hôpital public ?

Par ailleurs, dans sa stratégie de gestion de la pandémie, le président MACRON avait, jusqu’ici, choisi d’infantiliser les citoyens et de les culpabiliser. Maintenant comment l’Etat pourrait-il imposer, efficacement, le passe-sanitaire à moins encore de rejeter la responsabilité, la charge de travail et les tensions, aux propriétaires des lieux publics ? Les commerçants n’auront pas envie de perdre leurs clients.

A moins de 9 mois de la présidentielle, M. Emmanuel MACRON envisage de réaliser tout ce qu'il n'avait pas pu faire en 5 ans :

 - réindustrialiser et réarmer la France ; les milliards pleuvent, mais pour ses amis de la Samaritaine et de la banque. Que des miettes pour les ménages et les collectivités qui vont encore perdre d’importantes subventions. Ces milliards auraient pourtant pu servir à mettre en place de grands projets (logements, infrastructures, politique touristique, recherche et soutien à la reprise). Mais ce n’est pas son orientation politique ; la Finance prime sur tout.

- retour au plein emploi. Comme s’il suffisait de le dire, et la lumière fut !

Fini « le monde d'après» idéalisé de M. MACRON, un président des riches : faible avec les forts et dur avec les faibles (chômeurs, étrangers, racisés, retraités). Ainsi, les réformes injustes, et je le disais souvent, n’étaient que suspendues. Après avoir droitisé, lepénisé la vie politique et fortement divisé le pays, l’échec aux municipales et aux régionales contraint le président MACRON à redevenir ce qu'il a été toujours : le serviteur de la très haute finance. Le président MACRON a annoncé :

 - l’entrée en vigueur de réforme de l'assurance chômage au 1er octobre 2021 ;


- et réformes des retraites avec allongement de la durée de cotisation.

Vivement le mois d'avril 2022 pour une autre retentissante claque renvoyant le président MACRON à sa banque ! Pour son pot de départ, la quête est ouverte, à votre bon cœur.

Vite, Mme Anne HIDALGO, première femme présidente !

Paris, le 12 juillet 2021, par Amadou Bal BA -

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.