"Anne HIDALGO, future Présidente" par Amadou Bal BA

Une Femme, Mme Anne HIDALGO sera, pour la première fois, en 233 ans, Présidente de la République française, le 24 avril 2022. L'Histoire est en Marche. Même après une Longue Nuit, l'Aube viendra et le Jour se lévera. Je paraphrase Victor HUGO.

bb0f8e1e-e5f5-41df-b525-910e3a96be40-1-796x432

«Mme Anne HIDALGO sa déclaration de candidature : une première femme présidente 40 ans après François MITTERRAND» par Amadou Bal BA -

  • Dans une déclaration du dimanche 12 septembre 2021, matin, à Rouen, Mme Anne HIDALGO a posé officiellement sa candidature pour l'élection présidentielle d'avril 2022. Cette déclaration a été complétée par un entretien télévisé sur France 2 ce dimanche à 20 h. «J’ai parcouru la France. J’ai écouté les Françaises et les Français. J’ai rencontré des femmes et des hommes de bonne volonté, engagés partout. Ils m’ont dit leurs colères, ils m’ont dit leur tristesse. Ils m’ont dit leurs rêves, leurs interrogations et leurs espoirs. Nous avons entrepris un grand rassemblement. Aujourd’hui, je suis prête. C’est pourquoi, avec cette force chaleureuse qui m’entoure, humblement, consciente de la gravité de l’instant, et pour faire de nos espoirs la réalité de nos vies, j’ai décidé d’être candidate à la Présidence de la République Française. Je veux que tous les enfants de France aient la même chance que celle qui m’a été donnée. Je suis candidate pour offrir un avenir à nos enfants. A tous nos enfants» dit Mme Anne HIDALGO, dans sa déclaration de candidature à Rouen.

     

    La candidature de Mme Anne HIDALGO j’en ai rêvé, comme de millions de Républicains, et quand cela arrive finalement, on est sans voix. En effet, cette candidature de Mme Anne HIDALGO, souhaitable et souhaitée, était attendue, depuis qu’elle est devenue, de facto, la patronne et cheffe de file de la Gauche, qui était menacée de disparition, aux municipales de juin 2020. La Résurrection de la Gauche a été confirmée lors des régionales de 2021.

    En 2022, nous voulons créer un tremblement de terre encore plus grand que celui du 10 mai 1981. Certes, il y a de la concurrence à Gauche, mais c’est une concurrence saine et chaque candidat est légitime et respectable. «Au 1er tour, on choisit, et au 2ème tour, on élimine» suivant une logique du système majoritaire. Veillons, tout de même, que la Gauche, et en particulier Mme Anne HIDALGO, soit la première femme présidente de la République française, depuis plus de 233 ans, le 24 avril 2022.

    Je sais que M. Emmanuel MACRON, élu sur Front Républicain, droite et lepénise la vie politique pour ramener le 2ème tour à un simple affrontement entre lui et la petite entreprise familiale. Cependant, et je l’ai dit, par deux fois, aux dernières élections municipales et régionales, les électeurs ont sévèrement sanctionné cette vision vichyste de la Politique. En particulier, le candidat Emmanuel MACRON, avec son slogan fumeux «Ni de Droite, ni de Gauche» a en réalité trahi toutes ses promesses, marginalisé les Socialistes qui l’avaient accompagné et il s’entiche maintenant avec des Sarkozystes, et célèbre Napoléon et Colbert.

     

    Certains doutent encore de la Politique, compte tenu des trahisons constatées depuis 2021. Cependant, Mme Anne HIDALGO s’est engagée à redonner l’espoir et l’espérance, pour «réinventer des solutions» du bien-vivre ensemble. «Malgré les incertitudes, les angoisses, je sais qu’il y a dans notre pays une force immense, une capacité à se relever de tout, la volonté de bâtir un bel avenir. Je sais qu’il y a en France des femmes et des hommes généreux, de toutes les générations, engagés chaque jour pour inventer des solutions qui nous permettent de vivre ensemble, en sécurité, des solutions qui protègent nos biens communs» dit-elle à Rouen.

     

    Il fut un temps, pendant ces réformes injustes de la Macronie, mâtées à coup de gourdins, et même Alexandre BENALLA, un garde du corps touche à tout, y a été mis à contribution un 1er mai, on disait aux Gilets jaunes, aux retraités et aux chômeurs que l’Etat ne pouvait rien pour eux. Le déficit doit être maintenu à 3%. Et voilà que pendant cette pandémie, mal gérée, des milliards pleuvent, mais les ménages n’en ont eu que «le ruissellement», l’essentiel étant allé aux amis de la Haute Finance, ceux de la Samaritaine. Par conséquent, Mme Anne HIDALGO a eu raison, dans son projet de «République du respect» de s’engager à doubler le salaire des enseignants, et à revaloriser bien des catégories sociales, particulièrement méritantes. On nous dit comme financer tout cela ? On prendra l’argent là où il est.

     

    Il s’agit donc d’un «choix de conviction», d’oser se diriger vers des chemins nouveaux et innovants, en réalisant la promesse républicaine d’égalité. «La plus grande des injustices, c’est de se voir assigné de là où on est né, là où on a grandi, de voir l’horizon réduit en fonction des moyens des parents ou de leur niveau d’éducation, et d’être en permanence renvoyé à ses origines. Je veux m’engager pour donner du sens à cette promesse républicaine qui doit être concrète et être présente, pour chaque enfant qui grandit dans ce pays. Nous savons les conséquences, si cette promesse est déçue ; c’est la violence, le repli sur soi qui sont le nid du populisme, et c’est sans issue. Il faut redonner la confiance à tous» dit Mme Anne HIDALGO qui envisage de revaloriser certains salaires, notamment des enseignants et des personnels soignants.

     

    Le débat n’avait pas eu lieu en 2017, tous les Républicains au 2ème tour s’étant rangés derrière M. Emmanuel MACRON qui les a trahis «Dans un an, notre pays a rendez-vous avec lui-même. Les Français auront à choisir leur destin, et ce choix sera décisif (climat, injustices) et dire ce qu’ils souhaitent pour eux, en termes d’avenir en commun. Ce qui nous rassemble, c’est une République sociale et laïque. Il faudra être déterminé, créatif et audacieux. La transition écologique sera le moteur de notre projet politique et industriel. La crise sanitaire a montré à quel point nous étions mal préparés et donc vulnérables. Nous proposerons un projet qui nous rendra notre souveraineté sanitaire, industrielle, énergétique et climatique, qui nous rendra notre fierté» disait à Villeurbanne, Mme Anne HIDALGO.

    Une des lignes de force dégagée par Mme Anne HIDALGO est la  «République de la considération et du respect». En effet, depuis 2017, une fois au pouvoir, dans sa monarchie républicaine, Jupiter a choisi de décider seul «ces 5 dernières années n’ont pas été marquées par le sceau de l’efficacité. Pourtant, il y avait des promesses, mais les idées ne pouvaient pas venir d’en haut, quelle que soient l’inspiration, l’intelligence ou la formation, nous sommes dans un monde où nous devons être curieux les uns des autres. Si nous ne considérons pas que nous apprenons les uns des autres ; ça ne peut pas marcher ; l’intelligence est collective» dit Mme Anne HIDALGO à Villeurbanne. Mme Anne HIDALGO s’engage pour un dialogue intense, éthique et respectueux avec tous «Je veux commencer par mettre fin au mépris, à l’arrogance, au dédain, à la condescendance de ceux qui connaissent si mal nos vies mais décident loin de nous, de tout, tout le temps, sans nous. Cela crée tant de colères, tant de révoltes, tant d’injustices qui empoisonnent le pays, nourrissent la défiance et minent la démocratie. Le quinquennat qui s’achève devait unir les Français. Il les a divisés comme jamais. Il devait régler les problèmes sociaux, il les a aggravés. Il devait protéger notre planète, il a tourné le dos à l’écologie» dit Mme Anne HIDALGO à Rouen.

    Mme Anne HIDALGO, particulièrement tenace et visionnaire, a toujours relevé les grands défis : «Je sais qu’avec du travail, l’amour des autres et du courage, on peut changer la vie, on peut changer le monde» dit-elle à Rouen. «Ce que je veux vous dire à ce moment, c’est que pour construire notre chemin, nous devrons oser. Nous serons audacieux, rigoureux, cohérents. Nous dépasserons les divisions stériles» dit Mme Anne HIDALGO à Rouen. En effet la Première Femme présidente de la République française aura du pain sur la planche :

     

    • Transformer le capitalisme financier français de la Banque Rothschild, en capitalisme industriel, et relocaliser les entreprises expatriées en France. Cette crise sanitaire, avec les gros mensonges de la Macronie, nous a décillé les yeux sur le capitalisme rapace qui prend beaucoup et donne peu. On n’avait pas assez de masques, de respirateurs, les lits manquaient à l’hôpital, les tests chaotiques, les personnels soignants, les Gilets jaunes, les retraités et les chômeurs matraqués, parfois éborgnés ;

     

    • De Grands travaux pour préparer les JO de 2024 et surtout un vaste programme de constructions de 3 millions de logements ;

     

    • Des réformes justes et concertées ; la réforme n’a jamais voulu massacrer les faibles et cajoler les puissants ; elle doit être basée sur la Justice, l’efficacité, des solutions de fond durables ;

     

    • Des solutions innovantes pour les questions de sociétés, et notamment une bonne intégration au lieu de la stigmatisation ; une Maison d’Afrique à Paris pour la réussite du bien-vivre ensemble ;

     

    • La fin des guerres locales injustes, inefficaces, coûteuses et sans objectifs atteignables ;

     

    • Une autre politique de coopération avec les pays africains, fondée sur des avantages mutuels, le respect et la démocratie, en mettant fin à la Françafrique.

     

     Paris, le 12 septembre 2021 par Amadou Bal BA 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.