amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

587 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2022

"Mort de IBK, ancien président Malien" par Amadou Bal BA

Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali de 2013 à 2020 et partisan de la Françafrique. Renversé par les militaires le 18 août 2020, sans effusion de sang, et à la suite d'une révolte populaire pacifique, son pays fait face à un embargo de la CEDEAO instrumentalisé par la France.

amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Décès de Ibrahim Boubacar KEITA dit I.B.K. (1945-2022), ancien président du Président du Mali», par Amadou Bal BA - 

L’ancien président malien, Ibrahim Boubacar KEITA dit IBK, vient est décédé le 16 janvier 2022. Marié à Aminata MAIGA KEITA, et père de quatre enfants, sa fille est mariée au président de l’assemblée nationale, organe maintenant dissout. «C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris la perte brutale, du Président Ibrahim Boubacar Kéita. Le Mali perd encore un de ses fils l'ayant servi au plus haut sommet. Puisse les meilleurs de ses actes lui servir auprès du Très miséricordieux Seigneur» écrit M. Choguel MAIGA, en hommage.

Né le 29 janvier 1945, à Koutiala au Mali, son grand-père est mort à la bataille de Verdun. IBK arrive en France en 1958, pour études secondaires au lycée Jeanson-de-Sailly. Il poursuivra ses études à la faculté des Lettres à Dakar, puis à la Sorbonne. IBK est titulaire d’une maîtrise d’histoire et d’un DEA en politiques et relations internationales. Militant à la F.E.A.N.F et ami d’Alpha CONDE, Ibrahima Boubacar KEITA sera chargé d’études au CNRS et enseigne la politique du tiers-monde au centre Pierre Mendès-France à Paris. En 1986, de retour au Mali, il devient conseiller technique principal du Fonds européen de développement et devient Directeur représentant «Terre des Hommes», une ONG.

La carrière politique de IBK, démarre vraiment à la chute de Moussa TRAORE, en 1991 ; il devient Directeur-adjoint de la campagne présidentielle de Alpha Oumar KONARE. En juin 1992, IBK devient conseiller diplomatique à la Présidence du Mali et en novembre, il est désigné ambassadeur du Mali dans différents pays africains (RCI ; Gabon, Burkina Faso, Niger).

Premier ministre de 1994 à 2000 et président de l'assemblée nationale de 2000 à 2007, IBK a été président du Mali de 2013 jusqu'au 18 août 2020. Il a été renversé par le colonel Assimi GOITA. Auparavant, le Mali avait été secoué par une désobéissance civile conduite par M. Choguel MAIGA maintenant premier ministre de transition depuis le 7 juin 2021.

La mort de tout être humain nous rend triste et nous prions pour le repos de son âme. Quel héritage ou souvenir IBK a-t-il laissé ?

IBK, un très fidèle allié de la France, était connu pour son goût pour le whisky et son indolence ; il dormait jusqu'à 18 heures. Homme discret et retiré de tout, IBK ne dérangeait personne. «Sa voix douce et suave, son français soigné jusqu'à en être parfois maniéré se sont faits rares sur les antennes et même, selon ses détracteurs, dans le pays» écrit dans un article, «IBK, le lymphatique hôte de Koulouba», Tanguy BERTHEMET, dans le «Figaro». Pour Cécil BENSIMON du journal «Le Monde», IBK jouissait pouvoir politique, sans l’exercer. Il avait acheté un avion présidentiel à 30 millions d'euros ; le FMI l'avait alors lâché. A sa chute, les jeunes sont venus se baigner dans la piscine de la luxueuse villa de son fils, Karim.

IBK disparaît au moment où son pays est dans une grande tourmente en raison des manœuvres de la Françafrique qu'il avait bien servi.

Mais la junte militaire devrait aussi raccourcir les délais de transition et ne pas se laisser piéger par le président MACRON (voir mon article sur l’embargo contre le Mali décrété par la CEDEAO, à l’instigation de la Françafrique).

 Références bibliographiques très sommaires

KEITA (Ibrahim, Boubacar), KEITA (Oumar), Mali d’abord : pour l’honneur du Mali, pour le bonheur des Maliens, Paris, L’Harmattan, 2013, 80 pages ;

BERTHEMET (Tanguy), «IBK, le lymphatique hôte du palais de Koulouba», Le Figaro  du 27 juillet 2018 ;

BENSIMON (Cécil), «IBK, le président malien qui jouissait du pouvoir sans l'exercer», Le Monde du 20 août 2020.

Paris, le 16 janvier 2022 par Amadou Bal BA 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra