"Régionales et présidentielles" par Amadou Bal BA

Les régionales placées à 10 mois des présidentielles sont loin d'être seulement qu'un scrutin ; c'est un test national, face des candidatures, potentiellement multiples, de clarification du paysage politique. Ce sera quitte ou double. Mme Anne HIDALGO, après une période de Chaos de la Gauche, avait renoué avec l'espérance aux municipales de 2020 en créant une alliance avec des Verts.

187395549-10159810277724301-8369503455667126851-n

Ces régionales et départementales des 20 et 27 juin 2021 si décisives pour les présidentielles de 2022

Le lundi 17 mai 2021 est le dernier jour pour le dépôt des listes des régionales et des départementales. Mme Audrey PULVAR est tête de liste en Ile-de-France, et Mme Aissata SECK est à la tête de la liste départementale en Seine-Saint-Denis, et Mme Dieynaba DIOP, aux Yvelines. La Droite détient 7 des 13 régions et la Gauche. Il y a donc des bastions à prendre et notamment la reconquête de l’emblématique et symbolique région parisienne. Cependant, et pour l’instant, personne ne semble se préoccuper de ces régionales et départementales. Après une année maudite et déprimante, ce qui polarise l'attention reste la perspective de réouverture des bars et restaurants. Paris, sans ses cafés et ses touristes, n'est plus Paris. Le besoin de vivre et de s'évader a considérablement éclipsé ce scrutin majeur des régionales des 20 et 27 juin 2021.

 La démarrage de la campagne électorale pourrait redonner un certain  intérêt pour cette campagne, dès que les séances de lutte démarreront. Les régionales placées à 10 mois des présidentielles sont loin d'être seulement qu'un scrutin ; c'est un test national, face des candidatures, potentiellement multiples, de clarification du paysage politique. Ce sera quitte ou double.  Mme Anne HIDALGO, après une période de Chaos de la Gauche, avait renoué avec l'espérance aux municipales de 2020 en créant une alliance avec des Verts. Des bastions historiques de la Droite, comme Marseille et Bordeaux, sont tombés, au bon endroit. L'objectif est donc de rééditer cet exploit ; ce serait une balle de break en vue des présidentielles de 2022.

C'est mal parti pour la Macronie dans le Sud, en PACA. La Droite s'est rebiffée et a stoppé cette offre publique d'achat. La vie politique ce n'est pas la gestion d'une start up. «Tout le monde n'est pas à vendre» disent les élus les Républicains. On se souvient que les municipales de 2020 avaient également commencé par ces coups foireux, de la Macronie, qui se sont terminés par une Bérézina. Dans cette stratégie «ni de droite, ni de gauche», en tentant de débaucher les Républicains les Marcheurs ont pris une rouste : «il y a des hommes qui placent leurs convictions avant leurs ambitions personnelles» disent des élus de Droite accusant le chef de l'Etat de «mettre toute son énergie à tenter de faire disparaître» leur parti. «Votre seule ambition se résume à être un président par défaut en 2022. Mais vous n'y parviendrez pas» disent-ils au président MACRON.

Et si M. Édouard PHILIPPE se présentait aux présidentielles, pour rassembler la Droite, ce serait amusant, ce combat contre Mme Anne HIDALGO.

Que la bataille des régionales et des départementales commence donc !

N'oubliez pas, dans le 20ème arrondissement de Paris, cette législative partielle du 30 mai et 7 juin 2021, en soutenant notre candidate, Mme Lamia EL AARAJE.

Paris le 17 mai 2021 par Amadou Bal BA -

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.