"Anne HIDALGO et sa Gauche plurielle" par Amadou Bal BA

Une candidature commune de la Gauche aux présidentielles de 2022 autour de Mme Anne HIDALGO ? Un paysage politique morcelé ; certains défaitistes se disaient que pour les présidentielles de 2022, ce serait «plié» d'avance. Et voila que se dessine, pour la Gauche, une espérance de rassemblement.

Vers une candidature commune de la Gauche aux présidentielles de 2022 autour de Mme Anne HIDALGO ?

En vue des présidentielles de 2022, il bruisse de partout, à Gauche, comme à Droite, des candidatures. On avait connu le 21 avril 2002, et tout le monde avait dit deux choses : «Plus jamais ça !», et il faudrait «faire la politique autrement». Les abstentionnistes, la mort dans l’âme, jurant de tous les Dieux, ils ne se feront plus avoir, face aux menaces pesant sur la République.

Dans ce paysage politique morcelé, certains défaitistes se disaient que pour la Gauche, aux présidentielles de 2022, ce serait «plié» d'avance. Dans le camp de la Macronie, on se rassure avec des sondages, une photographie de l’instant, mais les données politiques sont en train de changer, dramatiquement, pour eux. «Qui rira bien, rira le dernier», dit-on. Par conséquent, c'est trop vite aller en besogne, méconnaître la force tranquille et la grande détermination de Mme Anne HIDALGO, une femme visionnaire, rassembleuse et solide comme un roc. En effet, Mme Anne HIDALGO sait ce qu'elle veut, ce qu’elle fait, et aussi où est-ce qu'elle va.

Le président Emmanuel MACRON, élu en 2017, sur un Front Républicain et un slogan plein de dissimulations nous disait que le socle de sa politique c’est «Ni de Gauche, Ni de Droite» ; en réalité, la Macronie maintenant lepénisée, a viré à Droite et même l’extrême-droite. Dans la lutte contre cette pandémie, une sorte de «guerre» engagée contre un tueur invisible, le président MACRON avait même annoncé «une société d’après», une réouverture des restaurants le 20 janvier 2021, puis maintenant en mai 2021 : «Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent» dit un diction. «Si le Macronisme est un peu énigmatique, cela s'explique. Pendant un temps, il y a eu le discours sur le Nouveau monde qui allait supplanter l'Ancien monde et puis la désillusion, la chimère s'est évanouie. Maintenant ce qui frappe c'est qu'Emmanuel Macron n'est pas inscrit dans l'Histoire, il est le produit d'un moment. Au fond sous le Macronisme, on trouve toujours Macron puisqu'il s'agit d'une aventure, d'un destin purement individuel» écrit avec brio, l’ancien premier ministre, Lionel JOSPIN.

Jupiter, du haut de son Olympe, avait, un certain temps, fait illusion, en déstabilisant les forces de Gauche et tous les partis politiques traditionnels. Les flagorneurs avaient même prévu un recentrage de la vie politique, Gauche-Droite, ce serait des concepts dépassés.

Et puis patatras, les révoltes des «Gilets Jaunes», des retraités et des personnels soignants ont été mâtées, férocement, avec des éborgnés. L'épisode de Alexandre BENALLA, venu tabasser des grévistes, à la Place de la Contrescarpe, à Paris, le 1er mai 2019, et la nomination d'un préfet ultra-répressif, Didier LALLEMANT, en remplacement du grand républicain et professionnel, M. Michel DELPUECH, ont mis en lumière, les pratiques détestables de la Macronie. En fait, Jupiter est descendu de son piédestal ; ce n'était que le président des riches, prêt à tout, dans ses réformes fondamentalement injustes, à se maintenir au pouvoir.

Cependant, et à la veille des municipales de 2020, dans un contexte de pandémie, d'une Gauche émiettée et déprimée, Mme Anne HIDALGO, ayant franchi, allègrement, le périphérique, a entrepris de rassembler, à travers toute la France, les forces de progrès. Ces municipales de juin 2020, avec de nouvelles villes conquises (Marseille, Bordeaux) et une éclatante victoire à Paris, ont redonné l'espoir et l'espérance. La donne, avec une Renaissance de la Gauche plurielle, a donc considérablement changé la donne, dans ce paysage politique où la Macronie voulait mener la République dans le camp de la honte du déshonneur.

Depuis quelques temps, des boules puantes sont lancées contre Mme Anne HIDALGO ou ses amis, mais cela ne trompe personne. Ces tirs groupés à l'encontre de Mme Anne HIDALGO, devenue de facto, la patronne de la Gauche sociale et écologiques, cela inquiète naturellement la Macronie. En effet, dans ses calculs mesquins et diaboliques, et comme si les municipales n'ont jamais eu lieu, tablant sur une prétendue «mort» de la Gauche fragmentée, le président MACRON a décidé, en accord avec lui-même, que les présidentielles de 2022 auront lieu, au 2ème tour, entre lui et l'héritière de cette entreprise familiale. Aussi, Jupiter, se prenant pour Napoléon, a rétabli le Code de l'indigénat, avec sa loi sur le séparatisme, droitisant ainsi plus que jamais le débat politique en France. Par ailleurs, il n'a échappé à personne que notre pays, en raison d'une gestion calamiteuse de la pandémie, nos gouvernants ayant choisi de privilégier l'économie au détriment de la santé, a dépassé les 100 000 morts. Mais l’empathie, ce n’est pas la qualité première du président MACRON, ce monstre froid de la finance.

Erreur tragique du président MACRON, dans son «Et en même temps», incapable de décider ou dégager des lignes claires et cohérentes, pour qui tout est communication, qui s'est gravement fourvoyé dans sa stratégie politique ! En effet, cette attitude de mépris et de diatribe, à l'encontre de Mme Anne HIDALGO, s'est révélée désastreuse pour la Macronie aux municipales de 2020. Si l'on dénigre constamment Mme Anne HIDALGO, cela veut qu'elle est au centre du jeu politique, et cela inquiète, plus que jamais, la Macronie. «Qu'on parle de moi, en bien ou en mal, peu importe. L'essentiel, c'est qu'on parle de moi !» disait fort justement, Léon ZITRONE (1914-1995).

Tout paraissait incertain dans cette bataille des présidentielles, et voila que se dessine, pour la Gauche, une espérance de rassemblement. En effet, en dépit des bleus et des blessures, Mme Anne HIDALGO, une femme debout, à qui on voulait assigner à son milieu, a survécu, haut la main, de tous les coups de griffes qu'on lui avait infligée, fort injustement et va engager la reconstruction de la Gauche plurielle : «La Gauche aujourd'hui est minoritaire en France, mais elle a toujours été minoritaire dans son histoire. En réalité, elle est la force, et peut-être la seule, si Emmanuel Macron continue d'aspirer la force qui se situe à droite et chez les Républicains, susceptible d'empêcher la répétition du tête à tête Emmanuel Macron - Marine Le Pen, dont ils disent ne pas vouloir. Les seuls moment où la Gauche a gagné c'est lorsqu'elle s'est rassemblée» écrit Lionel JOSPIN.

On disait que ce n'était pas possible l'unité de la Gauche, et Mme Anne HIDALGO est en train de créer une dynamique pour la victoire. Le vent tourne, et dans le bon sens ! Certes, M. Jean-Luc MELENCHON un ancien socialiste, est déjà en campagne ; mais l’on se retrouvera, ensemble au 2ème tour. D’autres Socialistes qui avaient rejoint la Macronie, ou l'ont déjà quitté, observent encore là où le balancier va tourner. «Ce n'est pas la girouette qui tourne, mais c'est le vent» disait le président Edgar FAURE (1908-1988), un radical de gauche. Pour ces Socialistes égarés chez la Macronie, un président des riches, je reprendrai à mon compte ce slogan de Martin Luther KING : «Il n'est pas trop tard de faire ce qui est juste». A ces anciens camarades, marginalisés et humiliés au profit des Sarkozystes et des Juppéistes, nous leur souhaitons : «Bienvenue à la «Grande Maison !» qui vient de célébrer son centenaire. On en a vu d’autres crises qui ont été surmontées.

En définitive, tenace, visionnaire, stratège et rassembleuse, dans le calme et la sérénité, Mme Anne HIDALGO est en train de faire un travail remarquable, pour faire gagner la Gauche aux régionales des 20 et 27 juin 2021, une étape cruciale, et être, par la suite, la première Femme à remporter les présidentielles en France en 2022.

Pour l’instant, aux habitants du 20ème arrondissement, et en vue de cette législative partielle de la 15ème circonscription, des 30 mai et 6 juin 2021, n'oubliez pas d'aller voter pour Mme Lamia EL AARAJE.

Paris le 18 avril 2021 par Amadou Bal BA -

 

174474136-10159738031044301-3764255084828201691-n

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.