"La France et ces mauvais vents" par Amadou Bal BA

Des vents mauvais soufflent, très fort, sur notre chère France républicaine. Dans ce conflit entre le Bien et le Mal, les partisans du Chaos, minoritaires et fort bruyants, sont en train de prendre le dessus sur les adeptes de l’Harmonie, l’immense, mais silencieuse majorité.

152179959-10159591374114301-7711168548220921782-n

«Des vents mauvais soufflent, très fort, sur notre chère France républicaine» par Amadou Bal BA

Dans ce conflit entre le Bien et le Mal, les partisans du Chaos encore minoritaires, mais fort bruyants, sont en train de prendre le dessus sur les adeptes de l’Harmonie, l’immense majorité, restée silencieuse. «La haine fait beaucoup de bruit, mais il y a dans un monde beaucoup plus d'amour qu'on ne l'imagine» écrit Charlie MACKESY, dans «l’enfant, la taupe, le renard et le cheval», une ode à l'innocence et à bienveillance dans ce monde de brutes. La seule, et la vraie France, c’est celle de la République, respectueuse de la diversité des croyances et des origines ethniques. Jadis, c’est à Paris, dans les années 20, que les artistes et écrivains noirs américains de Harlem Renaissance (Langston HUGUES, Richard WRIGHT, Chester HIMES, James BALDWIN, Miles DAVIS, Sidney BECHET, Joséphine BAKER, etc.), fuyant la ségrégation raciale aux Etats-Unis, étaient venus se réfugier en France. De nos jours, Ta-Nehisi Coates a perpétué cette tradition. C’est à Paris, dans les années 30, que la Négritude et diverses associations d’étudiants luttant pour les indépendances, ainsi qu’une maison d’édition, Présence africaine d’Alioune DIOP (1910-1980), ont pu éclore et s’épanouir. C’est pendant également la IVème République, avant qu’elle ne sombre dans ses odieuses guerres coloniales, que des Ministres noirs, de haut rang, comme Léopold Sédar SENGHOR (1906-2001) et Félix HOUPHOUET-BOIGNY (1905-1993), ont pris d’importantes responsabilités gouvernementales.

Pour autant, la France, dans le déni permanent de son passé colonialiste et esclavagiste, refuse, obstinément, d’assumer son multiculturalisme. Le président MACRON veut laver plus Blanc que l'entreprise familiale LE PEN. En effet, de nos jours, la France, pays des droits de l’Homme avec son message universel, a le triste privilège d'avoir le plus puissant parti d'extrême-droite ayant lepénisé une bonne partie de l'opinion publique. La liberté d’expression ou la laïcité, détournées de leur sens noble, sont devenues des prétextes hypocrites commodes, pour calomnier et vilipender les racisés. A mon sens, ces amoureux de la haine ne sont pas la France, ce sont des imposteurs. Dans résurgence du conservatisme, des idées monarchistes rappelle les années sombres, où Louis IX, Saint-Louis (1214-1270), tant glorifié de nos jours, avait expulsé de France, par ordonnance du 3 septembre 1258 les Juifs et voulant obliger les Juifs à se convertir au Christianisme, il leur avait imposé le port d’un «Signum» ou signe distinctif, appelé «Rota», pièce de tissu circulaire de couleur safran. Celui qui ne portait pas la rouelle avait une amende et son vêtement était confisqué. Louis XIV, «Le Roi Soleil» (1738-1715), porteur de Lumière, persécutait pourtant les Protestants, en ratifiant en 1685 l’Édit de Fontainebleau, il mit fin à la pluralité des religions pour n’en tolérer qu’une seule : le catholicisme. La révocation de l’Edit de Nantes avait plongé la France dans le Chaos. Le Maréchal Philippe PETAIN (1856-1951), dans son infamie, utilisait la délation et la police française dans ses rafles contre les Juifs, et bien sûr personne n’a rien vu, rien entendu quand on venait chercher son voisin.

Cette loi immonde de la Macronie de 2021, sur le séparatisme, rétablissant le Code de l’indigénat, est un héritage de ces idées nauséabondes. L’actualité de notre temps, foisonne du tintamarre des adversaires de la République. Ainsi, un enseignant, en mal de popularité et instrumentalisé par une Macronie islamophobe, négrophobe et vichyste, jette sa Fatwa, au nom d'une fausse défense de la laïcité, sur 32 000 habitants, d'une ville, Trappes, qui deviennent, tous, de dangereux séparatistes, menaçant la République. Les autres peuvent croire, ou ne pas croire, mais les musulmans sont devenus comme les Juifs pendant l’Occupation ; chaque jour, notre chère France s'enfonce un peu plus dans la banalisation des idées nauséabondes d’un passé qu’on croyait révolu à jamais. Ali RABEH, un socialiste, devenu premier Français d'origine musulmane maire de cette ville de Trappes, est obligé de solliciter une protection de l'Etat, sa sécurité étant menacée. Je rappelle quand même que Trappes c'est la ville natale, notamment de Omar SY, de Djamel DEBBOUZE, artistes, et de Nicolas ANELKA, footballeur. La banlieue ce sont aussi des pépites d'Or comme Kylian M’BAPPE que le monde entier célèbre du haut de ses 22 ans.

Depuis que le communisme a presque disparu, le redoutable ennemi, c’est le Musulman, l’immigré ou celui qui n’a pas la bonne couleur. A les entendre, tous ces braves habitants et ces héros du quotidien de ces zones de relégation, sont tous, par principe, et en raison de leurs origines ethniques et leur religion, de dangereux terroristes. Pourtant, dans leur écrasante majorité, ces racisés ont fondamentalement contribué à garantir la liberté, le développement et le bien-être de ce pays, jadis durant ces deux guerres mondiales, et maintenant en ces temps de pandémie, dans les maisons de retraite, les hôpitaux, les cantines, les transports, etc. Un jour, il va falloir que tous les racisés cessent de travailler, afin de montrer leur vraie place dans cette société. Dès qu'un racisé commence à percer, à gravir l’ascenseur social, la fachosphère s’acharne, aussitôt, à le discréditer et à le délégitimer. Mesdames Christiane TAUBIRA, Danièle OBONO, Assa TRAORE, Maboula SOUMAHORO, Rama YADE, Sibeth N’DIAYE ; la liste est longue de ces personnes victimes du lynchage, comme le «Strange Fruit» de Billie HOLIDAY (1915-1959). Les racisés sont toujours au fond de la cale, comme au temps de l'esclavage ; contre ceux qui relèvent la tête, c'est le fouet. Seule Rachida DATI a pu résister aux nombreux assauts qui n'ont pas pu, jusqu'ici à la briser.

Notre faiblesse d'organisation et notre grande lâcheté, mais surtout notre incapacité à utiliser les armes de la République (vote et combat citoyen) ont favorisé ces lynchages. Et comme par hasard, Mme Audrey PULVAR, tête de liste socialiste aux régionales en Ile-de-France de juin 2021, est sommée de s'expliquer, non pas sur son projet, mais sur la conduite de son père, il y a de cela plusieurs décennies. Doit-on demander au jeune Emmanuel MACRON comment il s’est infiltré dans la famille de Brigitte TROGNEUX et d’André-Louis AUZIERE (1951-2019), et comment il a trahi la confiance de son mentor, François HOLLANDE ainsi que le Front républicain l’ayant porté au pouvoir, contre le RN en 2017 ? Je rappelle quand-même que Mme Carla BRUNI avait une proximité bizarre avec ses parents ; son mari, promoteur de l’identité nationale, probablement l'assassin de Mouammar KADHAFI (1942-2011), trainant de nombreuses casseroles, ne quitte plus le président MACRON, et a pu même promouvoir ses lieutenants au sein du gouvernement. Pire encore, Moussa DARMANIN, accusé de viol, est maintenu Ministre de l'intérieur, en dépit de la «jurisprudence Balladur». Johnny HALIDAY, accusé également de viol, et devant plus 9 millions d'euros au fisc, au eu droit à des funérailles nationales aux frais des contribuables. Les BALKANY, Carlos GHOSN et Roman POLANSKI, nous narguent toujours. Et ces magistrats qui vont déjeuner dans des restaurants clandestins ? De qui se moque-t-on ?

De mauvais vents soufflent sur notre chère France républicaine menacée dans son fondement par des mensonges, des calomnies et des instrumentations. Le président MACRON, dans son ignominie, au lieu de rassembler tous, s’évertue à nous diviser. Ainsi, le président MACRON envisage de célébrer, en grandes pompes, le bicentenaire de la mort de Napoléon, le 5 mai 2021, celui-là même qui avait rétabli l’esclavage le 20 mai 1802. Dans la glorification de sa démocratie ethnique, le président MACRON avait déclaré le 14 juin 2020 «La République n'effacera aucune trace ni aucun nom de son histoire. Elle n'oubliera aucune de ses œuvres. Elle ne déboulonnera pas de statues». Les racisés des choses, des sous-hommes n’inspirant de sa part aucun respect ou dignité. On tape sans retenue, chaque jour, sur les racisés. Les théories complotistes fleurissent et sont relayées, massivement et officiellement par la Macronie. On ne parle plus d’Islam, de cette religion de paix, mais «d’Islamisme», pour faire peur. Dans sa grande bassesse, Frédérique VIDAL, une Ministre de la République, qui a raté une occasion de se taire, invente même le terme «d'islamo-gauchisme». Ce concept, sans aucune valeur scientifique, une rhétorique assumée d’extrême-droite, est une arme de guerre contre les racisés, pour les calomnier et les exclure. Dans la presse très conservatrice, «Le Figaro», Jacques JULLIARD, un germaniste, s’interroge : «Pourquoi ces intellectuels, pour la plupart agnostiques et libertaires, se sont-ils brusquement pris de passion pour la religion la plus fermée, la plus identitaire, dans sa version islamiste, la plus guerrière, la plus violente ?». Le concept «d’islamo-gauchisme», une sorte de police académique, s’inspire d’une théorie complotiste «Alt-Right» (Alternative Right ou Alt Droite), une galaxie de néo-nazis et de militants du Ku-Klux-Kan, lancée en 2008 par Richard Bertrand SPENCER, un néonazi originaire de Boston : «L’Amérique était il y a encore une génération, un pays blanc fait pour nous et [pour assurer] notre prospérité. C’est notre création, notre héritage et elle nous appartient» dit-il.  Par conséquent, «Alternative Right» est donc une organisation suprémaciste, raciste et antisémite prônant un nettoyage ethnique ainsi qu’une supériorité de la race blanche, donc un mouvement d’extrême-droite ayant favorisé l’ascension au pouvoir, en 2016, de Donald TRUMP en qualité de président américain, et de Jair BOLSONARO au Brésil. Il n’est pas étonnant qu’il y ait eu des attaques antisémites dans les synagogues américaines. Si le Rassemblement national, pour des raisons tactiques, pour conquérir le pouvoir, ménage la communauté juive, elle-même virulente à l’égard des Musulmans à travers le CRIF, il y aura un jour un désastre dans ce pays. La montée du racisme et de l’antisémitisme écrasera, un jour, tout sur son passage. Nous devrions donc tous rester solidaires, dans la lutte contre la bête immonde menaçant la République.

Pendant qu’on cogne sur les racisés, le diable et son racisme décomplexé, est devenu respectable dans ce pays des droits de l’Homme. A la première invitation de Jean-Marie LE PEN, le 13 février 1984, il y avait des protestations violentes devant Antenne 2. En 2002, les abstentionnistes honteux et fumistes disaient «Plus jamais ça». En 2017, certains républicains tièdes disaient «c'est normal que les fachos soient représentés, ils sont soutenus par les Français qui sont excédés». Hitler était venu également au pouvoir par les élections. Si le Rassemblement national accédait au pouvoir quelle sera la conduite des Républicains ? Le ver est dans le fruit.

Maintenant c'est aux républicains authentiques de se justifier dans leur lutte contre les fachos, dans leur croisade contre les racisés. Les temps changent, et les vents mauvais soufflent fort. Quand la Défenseure des droits, Mme Claire HEDON, dénonce ces contrôles d'identité au faciès ayant conduit à ces 113 jeunes étouffés à mort, tout de suite les chiens sont lâchés. Christophe CASTANER ayant seulement osé entrevoir des sanctions disciplinaires contre les ripoux, est immédiatement viré par les syndicats de police qui acclament maintenant la loi sur le séparatisme rétablissant le Code l’Indigénat. Ceux qu’on encense et célèbre, ce sont ceux qui crachent leur haine sur les racisés.

De nos jours, loin d’être un délit un délit, le racisme, quand il ne vise que les racisés, est devenu une valeur politique hautement estimable, pouvant rapporter des voix aux élections. Ainsi, j'apprends aussi que divers milieux d'extrême-droite font monter la mayonnaise, afin que Éric ZEMMOUR, pour se présenter aux présidentielles, dans le but de réduire l'influence de la petite entreprise familiale. Pour «Valeurs actuelles» un journal d’extrême-droite, si Eric ZEMMOUR était élu «La première rupture concernerait bien sûr la politique d'immigration, […] c'est la question essentielle, voire existentielle», dit-il. En premier lieu, la suppression du regroupement familial incluant l'abolition de la naturalisation par le mariage. De même pour le droit d'asile, le droit du sol, les allocations familiales pour les étrangers ou encore la double nationalité pour les non-Européens. Conclusion : «Revenir à ce qui se faisait en France jusqu'aux années 1970». Il appliquera, strictement la préférence nationale.

A les écouter les problèmes fondamentaux de ce pays, ce n'est la mauvaise gestion de cette pandémie et le défaut de projet industriel (Masques, vaccins, Respirateurs) de la Macronie, ainsi que le manque de lits dans les hôpitaux, mais tout est de la faute des racisés, qui bossent et courbent l’échine. Le président MACRON ayant constaté la cuisante défaite de Donald TRUMP, essaie de sauver sa tête, pour rééditer son confrontation à Marine LE PEN, et forcer ainsi la main aux républicains. On connaît la formule de Charles PASQUA (1927-2015) pour noyer le poisson, il faut déplacer le problème, en créant à côté un autre buzz. «Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l’affaire de l’affaire, jusqu’à ce que personne n’y comprenne plus rien» disait l’ancien Ministre de l’Intérieur et le fondateur du SAC.

Par conséquent, cette loi macronienne sur le séparatisme est la plus grande forfaiture de notre temps, un crime grave contre la République. Les digues sont tombées ! La France est la dernière puissance coloniale au monde, avec d'importantes colonies rebaptisées, pudiquement, «départements d'outre-mer». Aimé CESAIRE (1913-2008) dans son poème, «Moi Laminaire», écrivait : «J’habite une blessure sacrée. J’habite des ancêtres imaginaires. J’habite un vouloir obscur. J’habite un long silence. J’habite une soif irrémédiable. J’habite un voyage de mille ans. J’habite une guerre de trois cent ans». Quand on est un citoyen de la République, il faut refuser l'injustice, la servitude et l'ignominie et savoir dire NON dit Edwy PLENEL, patron de Médiapart, qualifié «d’islamo-gauchiste» par les fachos. Dans notre hétéronymie, l’écrivain Fernando PESSOA (1888-1935) nous exhorte à ne pas arrêter de penser et d’agir. Par conséquent, personne ne fera le travail de défense de notre dignité à notre place.

Par conséquent, il faut s'inscrire massivement sur les listes électorales et reprendre le Conseil régional d'Ile-de-France avec Mme Audrey PULVAR. C'est un point d'appui majeur pour sanctionner, gravement, Emmanuel MACRON le séparatiste en 2022, et élire, pour la première fois, une femme présidente, Mme Anne HIDALGO.

Tiens bon Ali RABEH, maire de Trappes ! Audrey PULVAR tu vas reconquérir le Conseil régional d'IDF, en juin 2021 !

Paris le 18 février 2021 par Amadou Bal BA -

 

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.