amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

631 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 sept. 2022

amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

"Me Malick SALL, Humaniste égaré en politique" par Amadou Bal BA

Maître Malick SALL, un extraordinaire Humaniste égaré en Politique. Ministre de la Justice, Garde des Sceaux du Sénégal du 7 avril 2019 au 19 septembre 2022 (3 ans, 5 mois et 11 jours), Maître Malick SALL avait succédé au professeur Ismaïla Madior FALL, qui reprend le poste.

amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Maître Malick SALL, un extraordinaire Humaniste égaré en Politique» par M. Amadou Bal BA,

Je souhaiterais rendre un vibrant hommage à maître Malick SALL, nommé par le président Malick SALL, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux du Sénégal du 7 avril 2019 au 19 septembre 2022 (3 ans, 5 mois et 11 jours). Maître Malick SALL avait succédé au professeur Ismaïla Madior FALL, qui reprend le poste.

En février 2019, lors de sa prise de fonctions en sa qualité de Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, alors qu’il est grand avocat d’affaires connu et reconnu, maître Malick SALL disait qu’il souhaitait continuer recueillir l’avis de tous. Durant ces 3 ans et 5 mois, maître Malick SALL qui connaît de l’intérieur la Justice, a rétabli le dialogue et la confiance, pour un meilleur fonctionnement du service public. En grand et extraordinaire humaniste, maître Malick SALL a surtout entendu la détresse des détenus, dans un pays aux températures caniculaires et à la surpopulation carcérale. Être détenu n’a jamais voulu dire, pour maître Malick SALL, perdre ses droits fondamentaux d’être humain. Aussi, c’est une grande première en Afrique, c’est maître Malick SALL qui a mis en place au Sénégal, le système de bracelet électronique, une alternative à la détention, pour certaines peines.

Militant de la cause du Sénégal Emergent, Maître Malick SALL est un homme politique atypique ayant refusé le griotisme, les flagorneries, le larbinisme ou le carriérisme. Ainsi, aux municipales du 23 janvier 2021, il avait renoncé à briguer le mandat de maire de la commune de Ogo. Il a pourtant battu la campagne électorale des municipales dans tous les 43 villages de cette ville-centre rurale.

Aux législatives du 31 juillet 2022, alors qu’il n’était pas candidat, maître Malick SALL est venu camper son village natal, Danthiady, qualifié de «Quartier Latin du Fouta». A travers son réseau important et exceptionnel, le camp présidentiel est sorti victorieux au Fouta-Toro. Sans cette victoire décisive, ayant évité à la majorité présidentielle la guillotine, le Sénégal serait depuis des semaines en cohabitation, et tous les espoirs de gagner en 2024, gravement compromis.

Aux présidentielles de 2019, à travers son mouvement MTM, aussi bien au Sénégal qu’en France, maître Malick SALL a mouillé la chemise, tenu des meetings, fait des porte à porte. Soutenir le président Macky SALL ne se limite pas seulement qu’aux comités d’accueil à l’aéroport de Charles de Gaulle à Paris, toujours nécessaire, mais peu suffisants quand il s’agit de convaincre la grande majorité, dans les foyers et en province. Il a organisé, à Danthiady, le Quartier Latin du Fouta-Toro, avec maintenant ses deux anciens Ministres (Education nationale avec Kalidou DIALLO, et Ministre de la Justice avec Me Malick SALL), le plus grand meeting, que le Nord n’ait jamais, depuis 1951, au premier passage de Léopold Sédar SENGHOR contre Lamine GUEYE.

Maître Malick SALL est resté stoïque et digne, face aux adversités de la vie politique. En effet, en dépit de sa démarche désintéressée, maître Malick SALL a parfois pris des coups, curieusement de certaines personnes de son camp, des «amis» qui lui «veulent du bien» et qu’ils le disent, publiquement, en violation grave à l’obligation de solidarité gouvernementale. Il a été aussi attaqué, fort injustement, par le camp d’en face, pour qui la politique se réduit au viol, à l’assassinat de 17 balles d’un adversaire, aux injures même d’un haut dignitaire religieux, à l’éthnicité, au vandalisme à l’Assemblée nationale. Si l’opposition, à chaque élection, pilonne et stigmatise les Foutankais et leurs diasporas, tout le monde est persuadé que sans eux, aucune victoire décisive n’est possible. Des fissures sont apparues au sein de la diaspora en France, mais le Fouta originel est resté, attaché au gouvernement, en raison de ces combats, désintéressé, que maître Malick SALL a menés victorieusement dans le Nord.

Si Maître SALL, devenu une voix qui compte dans l’expression de cette société civile, et une voix crédible au Fouta-Toro, c’est en raison de sa façon de concevoir autrement l’action politique. Ces derniers temps, et en raison des conséquences désastreuses de la guerre en Ukraine, on semble, subitement, découvrir le concept «d’urgence sociale», de la difficulté de certaines populations à joindre les deux bouts.

Né à Danthiady, une zone défavorisée du Fouta-Toro, brillant élève au lycée à Saint-Louis, maître Malick SALL, sans bourse, a failli abandonner les études. Bien avant de devenir membre du gouvernement, maître Malick SALL est resté attaché aux concepts de compassion, de solidarité avec les démunis ; le fameux «Neddo Ko Bandoum», tant travesti de nos jours et dévoyé de sa profonde signification est pratique maître Malick SALL resté solidaire avec les personnes dans le besoin.

Dans son engagement social et humanitaire, maître Malick SALL a compris mieux que quiconque, l’argent a tout pourri dans la société sénégalaise et qu’il fallait rompre avec la consommation et la dépendance, rendre les populations plus autonomes, à travers de projets innovants, mais aussi axer les interventions sociales dans des secteurs stratégiques. Aussi, maître Malick SALL, lui qui vient de Dakar, sait que l’école de la République peut favoriser l’ascenseur social. Aussi et avant même de devenir Ministre, en révolte contre ces abris provisoires, il a financé la réfection de certaines classes, des résidences pour les étudiants foutankais dans les grandes universités, des lycées, récompensé les élèves les plus méritants afin de favoriser l’émulation et l’excellence, et accompagné la pratique du sport. Tout le monde parle maintenant d’urgence sociale ou sanitaire, mais maître Malick SALL est en avance sur son temps ; il a, et continue, de prendre en charge une couverture médicale pour les plus démunis, et alloué des dons alimentaires, etc.

En définitive, dans son exemplarité, maître Malick SALL, cet extraordinaire Humaniste, sa façon de faire la Politique, est un appel profond à la rénovation de nos principes et valeurs. «Je suis née pour partager l’amour et la non la haine», fait dire Sophocle à Antigone, dans son dialogue avec Créon. Dans sa recherche de la justice sociale, de l’équité, de la compassion et de la bienveillance,  maître Malick SALL, avocat à Dakar, a choisi de ne pas s’enfermer dans sa villa, mais d’être à l’écoute des Foutankais. Maître SALL a pour ambition de servir et non de se servir. Il redonne ainsi ses lettres de noblesse à la Politique, encore considérée par une partie de la population, comme une affaire sale, des combinaisons et des magouilles, au détriment des pauvres. Le Politique, pour maître Malick SALL, c’est le Bien commun, comme l’entendait Aristote ?

La Politique, au sens noble, ce n’est pas d’attendre les échéances électorales, pour venir serrer les paluches. La Politique, au sens originel où l’entendaient les Grecs, c’est être, dans la proximité, à l’écoute des besoins de la population, notamment les plus fragiles, les plus démunis.

Homme politique atypique, maître Malick SALL représente, dans son action au quotidien, un extraordinaire humaniste égaré en politique. Dans les demandes anciennes des habitants Fouta-Toro, on retient un grand besoin  d’être mieux représenté dans les instances politiques et étatiques. En effet, jusqu’ici, alors que le Fouta-Toro est resté légitimiste à l’égard de tous les gouvernants, quelle que soit leur couleur politique, ses représentants se sont révélés de piètres élus, ne pensant qu’à leurs intérêts personnels. Les Foutankais ne veulent plus de ces politiciens véreux, folkloriques ou griotiques ; ce qui a gravement terni, l’image de la Politique. Ils souhaitent avoir une représentation digne qui défende énergiquement leurs intérêts, dans le sens de la Justice, de l’Equité et de la Compassion.

J’associe ces hommages à la fidèle équipe qui a toujours accompagné maître Malick SALL dans ses déplacements, fréquents au Fouta-Toro, notamment M. Abdoulaye Baïla N’DIAYE, Harouna Mamadou BAL, M. Alassane DIALLO et M. Amadou Harouna N’DIAYE,

Gloire et honneur à maître Malick SALL, à son équipe et son épouse Maïmouna SYLLA SALL.

Paris, le 19 septembre 2022, par M. Amadou Bal BA

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez