amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

582 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2022

"DIALLO BALEL candidat Ogo", par Amadou Bal BA

Municipales au Sénégal, du dimanche 23 janvier 2022, la Guerre pour la commune de Ogo (Matam) aura bien lieu. M. Abou DIALLO BALEL un candidat soutenu par maître Malick SALL, se dressera contre une classe politique vérolée, pour faire triompher la Probité et le Bien commun

amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Municipales au Sénégal, la Guerre de Matam aura bien lieu : Abou DIALLO BALEL en challenger à Ogo, pour la Probité et le Bien commun» par Amadou Bal BA - 

Dans un précédent article, je vous relatais les enjeux des locales (municipales et départementales) au Sénégal du dimanche 23 janvier 2022, l’éparpillement des candidatatures, y compris dans le camp présidentiel où foisonnent des listes «concurrentes» ou «complémentaires». On connaissait les rudes batailles pour certaines grandes villes comme Dakar, Saint-Louis, Kaolack, Thiès et surtout Ziguinchor.

Dans la région de Matam, la lutte fratricide se concentre autour de la commune de Ogo et des listes départementales. En particulier, à Ogo, capitale du N’Guénar, dans la région de Matam, au Fouta-Toro, Amadou Abou DIALLO, actuel maire sortant, homme d’affaires et agent immobilier, ayant patrimonialisé une bonne partie des terres de sa commune, avec des conflits graves d’intérêts, se représente à sa succession, en dépit de tout bon sens. La commune avait dû mal à s’acquitter de ses différentes factures, notamment d’électricité, et les différents projets d’envergure votés et débloqués, à 50 millions de FCA, soit 76 346 €, (postes de santé à Diandioly et Bélinaïdé), tardent encore à voir jour. En revanche, diverses délibérations avec attribution d’importants lots de terre, y compris au maire en exercice, Amadou Abou DIALLO, en violation grave de la réglementation, sont vite mises en œuvre. Cette gestion manquant, manifestement, de toute probité du maire sortant, a déjà été dénoncée par les populations, elles-mêmes, et bien avant cette bataille électorale du 23 janvier 2022 : «Depuis les dernières élections locales, l’histoire de la commune est ponctuée de haine et d’humiliation. (…). La racine du mal se trouve bien dans notre sol, dans notre terreau politique puant et putréfié de convoitises, de corruption et de lâchetés ; un pouvoir injuste, étouffant toute la population de la commune au lieu de la servir et de la protéger» disait déjà, en 2016,  «un collectif pour la défense des intérêts de la commune de Ogo», dans le journal «Le Ferloo», édition du 26 mai 2016.

En raison de cette contestation très sérieuse du bilan négatif du maire sortant, une autre candidature a émergé, celle de Abou DIALLO BALEL, originaire de Diandioly, membre fondateur de l’Alliance pour la République au Gabon et son généreux bienfaiteur. Je rappelle que son village, Diandioly, est l’un des plus anciens de la région de Matam. Le village de Diandioly est fondé vers 1354 ; ses habitants, des guerriers, en conflit avec le Satigui, Soulèye N’DIAYE, un roi Déniyanké, quittèrent Orkodiéré, pour s’y installer.

Dans cette bataille autour de la commune de Ogo, dans la région de Matam, deux poids lourds de la majorité présidentielle sont face à face : Farba N’GOM, maire de Agnam et maître Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice.

En homme loyal, et particulièrement discipliné à l’égard du chef de l’Etat, maître Malick SALL, initialement candidat pressenti du parti et candidat des populations de la commune de Ogo, s'est désisté pour  mettre le Président Macky SALL à l'aise. Pourtant, Maître Malick SALL, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, homme d’une grande intégrité et probité et particulièrement généreux à l’égard des populations défavorisées du Fouta-Toro, aurait pu être un maire idéal à Ogo, au regard des dérives graves constatées à l’encontre du maire sortant, Amadou Abou DIALLO. En effet, l’honneur de la Politique, contrairement à ce maire sortant qui veut se servir, Maître Malick SALL a pour crédo de servir loyalement, dans la compassion, et en toute probité, les populations foutankaises. En particulier, Maître Malick SALL a pour ambition de soulager les Foutankais des difficultés auxquelles ils sont confrontés, et non pas d’en rajouter.

Il était convenu, après le retrait de la candidature de maître Malick SALL à la commune de Ogo, que ses partisans soient représentés dans les listes à constituer. Or et de façon particulièrement surprenante et fourbe, Farba N’GOM, maire de Agnam, transformant le Fouta-Toro en «titre foncier», et dans une grande cupidité, s’est attribué la part du lion, dans la répartition des postes au sein des listes. Alors que sa commune ne représente qu’une population estimée de 26 000 habitants, la ville-centre de Ogo, à elle seule, recense 23 000 habitants, Farba NGOM a attribué 24 des 66 postes éligibles de la liste départementale, à ses partisans. L’ensemble de la communauté rurale de Ogo est composée de 36 villages et 8 hameaux, pour une population totale d’environ de 40 000 habitants. En effet, Farba NGOM, dans une démarche punitive, a relégué, très loin et à des places non éligibles, les amis de Maître Malick SALL

Par ailleurs, non content de s’être attribué la part léonine, dans ses coups de griffe saignants et sanguinolents, Farba N’GOM, maire de AGNAM, griot et milliardaire, en violation manifeste de la solidarité gouvernementale, a déterré, fort déloyalement et publiquement, la hache de guerre, par des attaques publiques, tendancieuse, mensongères, calomnieuses et déloyales, contre le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, maître Malick SALL.  «Me Malick Sall a trahi la coalition Benno Bokk Yaakaar pour les Locales en soutenant des listes parallèles, en l’occurrence celles de l’Union citoyenne «Bunt Bi» qui s’opposent à BBY dans le département de Matam. En tant que ministre qui représente la région au niveau du gouvernement, il devrait soutenir la liste de Macky Sall. Il n’est pas candidat et, donc, il devait appuyer ceux qui sont choisis par notre leader» déclare honteusement, Farba NGOM. La maire de Agnam, devenu un boulet pour l’équipe gouvernementale, a donc une relation particulièrement distendue à l’égard de la Vérité.

En revanche, et en dépit de ces attaques, en dessous de la ceinture, Maître Malick SALL, au-dessus la mêlée, resté digne, a adopté une attitude distanciée et pleine d’humour : «N’accuse pas le puits d’être trop profond ; c’est ta corde qui trop courte» dit un proverbe indien, que Maître Malick SALL a repris à son compte. Comme l’a fait remarquer, notre ami Samba Alassane THIAM, un énarque de Ouro-Sogui, si les 10 maires sortant de la région de Matam, avaient un bon bilan, pourquoi s’attaquer à Maître Malick SALL, qui ne se présente pas aux municipales de Ogo ? De quoi donc a peur Farba NGOM, maire de Agnam, à la veille des élections départementales et municipales du 23 janvier 2022 ?  En effet, Maître Malick SALL est resté particulièrement concentré sur les missions que lui a confiées le Chef de l’Etat, à savoir le rétablissement du poste de Premier ministre ainsi que la Présidence, par M. Macky SALL, de l’Union africaine.

«La guerre de Troie n’aura pas lieu», tel est le titre d’une pièce de théâtre de Jean GIRAUDOUX (1882-1944), jouée pour la première fois le 22 novembre 1935. A la veille de la Deuxième mondiale, Jean GIRAUDOUX voulait attirer sur cette classe politique vérolée par la duplicité, l’instrumentalisation et les manipulations. A Ogo, le mandat de Amadou KANE DIALLO, fait de cupidité, n’a pas été glorieux. L’attitude déplorable de Farba NGOM appelle à une sévère sanction à ces municipales.

Aussi, Maître Malick SALL vous invite à voter dans la commune de Ogo, pour l’alternance et donc le changement, en faveur de la liste conduite par M. Abou DIALLO BALEL. Maître Malick SALL vous appelle aussi à voter, très massivement pour la liste départementale «Bunt Bi» conduite par M. Ibrahima AGNE de Gawol, dans le «Daandé Maayo».

Par conséquent, l’enjeu majeur est, non seulement de mettre fin à la cupidité et à l’incompétence du maire sortant, mais surtout de faire gagner, à la  commune de Ogo, M. Abou DIALLO BALEL le dimanche 23 janvier 2022, autour  de projets innovants :

-Une gestion transparente et honnête de la commune de Ogo ; l’argent public, au lieu d’enrichir les élus, doit être bien géré et employé pour des projets audacieux et innovants, afin d’améliorer les conditions de vie des populations ;

- Les terres spoliées aux populations doivent être restituées pour l’agriculture, l’habitat, contre la spéculation foncière et la défense de la nature, contre l’avancée du désert ;

- La fin des abris provisoires dans les écoles et une rénovation de celles-ci ;

- La concertation et l’avis des populations sur les projets innovants ;

-          Un service d’Etat civil bien archivé, dématérialisé et rigoureusement bien tenu, avec des personnels bien formés, compétents et disponibles pour les populations, de façon très désintéressée ;

-          L’hydraulique rurale, l’hydrologie ainsi qu’une meilleure répartition spatiale des populations au sein de la commune de Ogo, face au manque d’espace de Ouro-Sogui, capitale économique du Fouta-Toro ; le désenclavement des communautés rurales ;

-          Une meilleure couverture sanitaire, la formation et le retour à l’emploi au moment où les frontières en Europe se referment, pour un Fouta-Toro, jusqu’ici terre par excellence d’immigration ;

-          La chaîne du froid, les énergies renouvelables comme le solaire.

Aussi, je vous demande de bien vouloir réserver un accueil triomphal à Maitre SALL, dès le vendredi 21 janvier 2022 dans la région de Matam, en vue du Grand changement, le dimanche 23 janvier 2022 en faveur de Abou DIALLO BALEL à la tête de la commune de Ogo.

Paris, le 20 janvier 2022 par Amadou Bal BA -  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel