"RCI Colère contre 3ème mandat de OUATARRA" par Amadou Bal BA

La colère gronde en Côte-d'Ivoire contre le 3ème mandat inconstitutionnel de Alassane OUATTARA. Après le Mali, les peuples africains réclament la démocratie, la bonne gouvernance, la dignité, la coopération et non la servitude. La France devrait réviser sa politique africaine, dans le sens d'une coopération mutuellement avantageuse.

RCI : La colère gronde en Côte-d'Ivoire contre le 3ème mandat de Alassane Dramane OUATTARA – Une profonde aspiration des peuples africains à la Liberté et à la Dignité, pour une coopération muutellement avantageuse, dans le respect mutuel.

La Côte-d’Ivoire est entrée dans la turbulence, en raison de la décision très hasardeuse du président Alassane Dramane OUATTARA de se présenter à un troisième mandat. Il avait initialement décidé de ne pas se représenter aux présidentielles du 31 octobre 2020, puis il s’est ravisé. Or, la Constitution de la RCI n'autorise pas trois mandats successifs : «Le Président de la République est élu pour cinq (5) ans, au suffrage universel direct. Il n’est rééligible qu’une fois» proclame l’article 35 alinéa 1er de la Constitution ivoirienne, dans sa version du 2016. L’ancien président, Laurent GBABO que le président OUATTARA avait envoyé à la Cour pénale internationale a été acquitté, mais ne peut pas revenir dans son pays.

Les Ivoiriens estimant que le pays a assez souffert, dans un passé récent (guerre civile de 2002 à 2007), manifestent, bruyamment, contre ce troisième mandat anticonstitutionnel de OUATTARA qui va plonger le pays dans le Chaos. De nombreuses personnes ont été arrêtées, dont des femmes. En protestation contre ces arrestations arbitraires, les femmes, d'un certain âge, ont montré leurs fesses ; ce qui constitue en RCI un geste symbolique maudissant Alassane Dramane OUATTARA ; celui-là même qui est très remonté, en ce moment, et au sein de la CEDEAO, contre le coup d'Etat au Mali ayant conduit à la démission de IBK. Les partisans du président OUATTARA sortent également dans la rue et ont tenté d’incendier une église, non loin d’Abidjan afin de discréditer le soulèvement populaire. D’autres candidats potentiels ne manqueront pas de faire entendre leur voix. Le 24 décembre 1999, le milliardaire Henri Konan BEDIE, un potentiel candidat, avait été renversé par un coup d’Etat de Robert GUEI. La paix en Côte-d’Ivoire reste encore fragile, puisque les rebelles, comme Guillaume SORO, ont été associés, jusqu’ici au pouvoir.

Par conséquent, comme en Algérie, au Soudan et au Mali, la colère populaire gronde en RCI. La RCI et la Guinée Conakry de Alpha CONDE sont les autres points chauds en Afrique à suivre. Il existe de nombreux régimes monarchiques et dynastiques en Afrique où la colère des peuples risque de déferler (Gabon, Cameroun, Togo, Tchad, Djibouti, Guinée Equatoriale, Ouganda, etc.).

En réaction à ces révoltes populaires, les Occidentaux ont émis des indignations sélectives ou à géométrie variable. En effet, le Printemps arabe et les révoltes des peuples dans les pays de l’Est, notamment en Biélorussie, ont été salués par l’Union européenne, comme des mouvements pour la liberté et la démocratie. Les Européens affirmant être aux côtés du peuple de Biélorussie estiment que «Les gens en Biélorussie savent ce qu’ils veulent (…). C’est pourquoi nous voulons une voie indépendante pour la Biélorussie où les conditions politiques sont décidées par le pays lui-même». En revanche, dès qu’il s’agit d’un pays africain, toujours dans la servitude et le paternalisme, les soulèvements des peuples sont considérés, en particulier par la France, comme une menace à la stabilité dans la sous-région. La CEDEAO, devenue un club des chefs d’Etats, instrumentalisée par l’ancien colonisateur, est inquiète de ces soulèvements populaires.

La RCI, c’est ce maillon fort de la Françafrique, comme le Sénégal, le Gabon, le Togo, le Cameroun et le Congo, un délicieux gâteau que la France ne lâchera pas facilement. Ainsi, à la mort de Félix HOUPHOUET-BOIGNY (1905-1993), ce sont 4 anciens chefs d’Etat et 7 anciens premiers français qui se sont rendus à ses funérailles. La fortune de l’ancien président de la RCI est estimée à plusieurs milliards. C’est l’épouse de l’actuelle président, Dominique FOLLOROUX épouse OUATTARA depuis 1991, qui gérait la fortune de Félix HOUPHOUET-BOIGNY, dont une grande partie s’est volatilisée. Mme Dominique FOLLOROUX s’est également occupée, un certain temps, des biens de Oumar BONGO, l’ancien président du Gabon.

Pour le président MACRON un «sentiment antifrançais» se développerait en Afrique. Les forces coloniales et esclavagistes ne traitent les Africains que par le fouet, une logique de prédation et de violence. Mais les Africains sont des Hommes aspirant à plus de Liberté, de Dignité et de Démocratie. Ils veulent vivre mieux, comme les autres peuples. Plus que jamais j'invite la France, partenaire historique de l'Afrique, à réviser, fondamentalement, sa politique africaine, en soutenant les démocraties, pour une bonne gouvernance, un commerce juste et équitable entre les peuples. 60 ans après les indépendances, les vieux schémas de la Françafrique initiés par GAULLE et de Jacques FOCCART, d’une Afrique indépendante, mais dans la dépendance (23 chefs d’Etat africains ont été assassinés, des opposants tués), sont, plus que jamais, condamnés par les peuples africains, en recherche de dignité, de respect mutuel et surtout d'une coopération mutuellement avantageuse.

Nous vivons une époque où s’affrontent les forces du Chaos et celles de l’Harmonie, le Bien et le Mal. Aux Etats-Unis, l’affaire George FLOYD dépassant largement les frontières de ce pays, avec le Mouvement «Black Lives Matter», est une puissante aspiration à la Justice, au sens large du terme. Les Hommes de cette planète, quelles que soient leurs origines, veulent vivre, dignement, dans un monde de paix, dans le multilatéralisme, respectueux de l’environnement. C’est pour cette raison, que Donald TRUMP, qui n’a rien compris à ces profondes aspirations des peuples, sera congédié le 3 novembre 2020.

En France, sur le plan interne, dans le déni du racisme systémique et institutionnel, ainsi que des violences policières, le président MACRON et son Ministre de l’Intérieur, Moussa DARMIN, ont entrepris une puissante campagne de calomnie à l’égard des racisés, qualifiés de «séparatistes». Là aussi, la demande des diasporas africaines vivant en France, est simple à comprendre, nous voulons vivre ensemble dans le respect mutuel. En effet, le multiculturalisme est un bien précieux, et non un mal. Déjà aux municipales, la Macronie, à côté de ses pompes dans ses grilles de lecture de notre temps, avait déjà ramassé une gamelle. Le président MACRON fait tout, dans des dérives identitaires et racistes, pour affronter au 2ème tour des présidentielles de 2022, Marine LE PEN. Mais cette stratégie est suicidaire ; il sera le président d’un seul mandat, les forces de progrès ayant repris du poil de la bête.

En Afrique, et partout dans le monde, il y a une forte exigence de Justice, d’Amour, de coopération mutuellement avantageuse, de Respect et de Vérité. Par conséquent, les forces du Chaos, dans leur entêtement à cravacher et réprimer les faibles, connaîtrons une retentissante défaite. Les peuples africains se réveillent, non pas contre la France, un partenaire historique de l’Afrique, mais pour vivre, dignement.

Paris le 21 août 2020 par Amadou Bal BA - 

 

118211124-10159102270759301-8048641881819858457-n

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.