amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

516 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 oct. 2021

"Anne HIDALGO investiture à Lille" par Amadou Bal BA

Convention d'investiture de Mme Anne HIDALGO le samedi 23 octobre 2021 à Lille, pour renverser la table aux présidentielles. A Lille, la campagne des présidentielles commence, pour une Femme, première présidente de la République française.

amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Convention d'investiture de Mme Anne HIDALGO le samedi 23 octobre 2021 à Lille, pour renverser la table aux présidentielles» par Amadou Bal BA - 

Depuis que Mme Anne HIDALGO a déclaré sa candidature et pendant que d'autres font de l'autocélébration, pour un scrutin qui n'a pas encore eu lieu, Anne HIDALGO et les Socialistes labourent le terrain en profondeur. Comme le dit un dicton breton «c'est à la fin de la foire que l'on compte les bouses de vache». Mme Anne HIDALGO, dans sa grande résilience, a toujours garder la tête froide devant les épreuves et les enjeux déterminants pour sortir victorieuse dans des combats jugés difficiles par ses adversaires. Si Mme Anne HIDALGO est encore, c'est qu'elle a su gagner l'estime la considération et la confiance de tous. Héritière des luttes sociales de la Gauche «Je viens porter un projet de reconquête sociale, écologique et démocratique. L’essentiel, c’est l’humain. L’essentiel, c’est la vie, et tout ce qui y contribue : la santé, la protection sociale, l’alimentation. Garantir pour chacun l’essentiel sera le premier pilier de mon projet pour la France» dit Mme Anne HIDALGO au congrès d’investiture du 23 octobre 2021, à Lille. Mme Anne HIDALGO, une candidate, résolue, estime qu’on veut la faire taire et écraser sa voix, mais elle réaffirme, très fortement, qu’elle ira jusqu’au bout. «Je porte en moi la France, comme seule peut la porter quelqu’un qui l’a choisie» dit-elle. Mme Anne HIDALGO réitère que sa candidature refuse «la capitulation, l’exclusion des plus faibles et le repli nationaliste».

Cette élection présidentielle d'avril 2022 n'est pas comme les autres. Jamais dans l'histoire de cette belle France républicaine, la poussée, du moins médiatique, des forces du Chaos n'a été aussi grande et inquiétante. La lepénisation des esprits a gagné une bonne partie de l'opinion publique, en traversant presque tous les courants politiques. Jadis il y avait eu les concepts ou des actions nauséabonds : les ligues factieuses avec cette journée du 6 février 1936, le «seuil de tolérance», «le bruit et les odeurs», «l'identité nationale», le funeste projet de loi de d'échéance de la nationalité en 2015, l'impossibilité d’accueillir «toute la misère du monde» en 1989, le bulldozer à Vitry contre un foyer de 318 travailleurs immigrés maliens, en 1981, les incendies criminels à Paris, dans les années 80, et les 113 jeunes étouffés à mort par les forces de l'ordre, le refus de bénévoles du cœur, à Fréjus, de servir des sans-papiers en octobre 2021, ainsi que la campagne de lepénisation assumée de la Macronie (Séparatisme, célébration de Napoléon et Johnny HALLIDAY, augmentation des droits d’inscription des étudiants étrangers, refus de déboulonner les statues des esclavagistes), et maintenant «le grand remplacement». A chaque fois la France républicaine a réagi vigoureusement pour contenir et repousser cette tendance vichyste et putschiste. Marine LE PEN, pour se donner de la respectabilité, occulte, désormais et provisoirement, l'antisémitisme et l'héritage raciste de son entreprise familiale. L'arrivée d'un nouveau trublion, Mohamed ZEMMOUR, ouvre une possibilité d'alliance de l’extrême-droite, au deuxième tour, pour ruiner les valeurs républicaines et la cohésion nationale.

En particulier, cette élection des présidentielles d’avril 2022 est singulière en raison de l'éclatement des forces de Gauche, et quoi qu'on en dise, encore largement majoritaire. La Gauche, sous l'égide de Mme Anne HIDALGO, a remporté les municipales de 2020 et les régionales de 2021, là où les instituts de sondages la donnait largement perdante. Tous les sondages montre que le total des voix de gauche si elle était unie se situe entre 30 et 32%. Mais six candidats de Gauche sont déjà déclarés.

Vous remarquerez cet émiettement touche également de toutes les autres forces politiques. Élu au 2ème tour sur un front républicain, après avoir trahi son mentor, le président MACRON avait lancé son slogan fumeux : «Ni de droite, ni de Gauche». La Droite dite républicaine est toujours en vie, et son ancien premier ministre Edouard PHILIPPE vient de lancer son mouvement. Est-ce pour soutenir M. Emmanuel MACRON comme la corde soutient le pendu ? En matière de trahison, de ce côté-là on s'y connaît avec le recrutement au gouvernement d'une dynastie de Sarkozystes et une marginalisation des Socialistes macroniens. A Droite comble de l'ironie ce sont ceux les rats qui avaient quitté le navire, après l'accident industriel de François FILLON, qui se présentent maintenant à sa primaire. A l’extrême-droite, le père et la nièce guettaient la faute de l'héritière, et voilà que se pointe un troisième larron, adoubé par Vincent BOLLORE et sa presse raciste.

J'entends cette petite musique relayée parfois, sournoisement et perfidement par la Hollandie : on ne sait pas où va Mme Anne HIDALGO ; sa campagne serait molle, il faudrait qu'elle soit plus audible.

Je rappelle que Mme Anne HIDALGO qui sillonne la France profonde prépare un projet audacieux qui renversera la table. C’est maintenant que sa campagne électorale va commencer, et notamment en ce 23 octobre 2023 à Lille. Une Femme de Gauche, dans ce Chaos, saura redonner l'espoir et l'espérance. Aussi et dans l'attente de la publication ce programme, je m'autorise fort modestement à m'interroger à haute voix sur certains sujets que je considère comme étant majeurs de notre temps.

Le premier enjeu de ces présidentielles est donc de rétablir une solide promesse républicaine d'égalité réelle et du bien-vivre ensemble dans le respect mutuel. Les citoyens sont attentifs à la considération «Les Français sont indociles à tout ce qui s’impose à eux, sans souci de leur quotidien, rétifs à tout ce qui maltraite leur dignité. A l’ignorer, on pourrait les croire réfractaires ; ce n’est pas vrai» écrit Mme Anne HIDALGO, dans son livre «une Femme Française».

Les forces du Chaos échoueront. Donald TRUMP, en dépit de son putsch du 6 janvier 2021 a bien été congédié. La Grande-Bretagne, de son clone, Boris JOHNSON et son BREXIT, est dans l'impasse. Cependant, la haine une fois qu'elle est logée dans le cœur des hommes il est difficile de l'en extirper. Les grands problèmes de ce pays, et Bernard TAPIE avait dit avec force, ce ne sont pas les questions d'immigration. «A mes yeux, notre modèle politique universaliste n’est ni daté ou obsolète, ni même écrasant ou méprisant des cultures de chacun. Il est au contraire le cadre reconnu dans lequel ces cultures et ces identités peuvent s’exprimer pacifiquement. Il faut pouvoir les accepter pour qu’elles se mêlent, s’enrichissent et entre en conversation les unes avec les autres» écrit Mme Anne HIDALGO, dans son livre «une Femme Française». La France puissance moyenne avec un capitalisme financier a besoin de se réindustrialiser, de relocaliser ses entreprises dans ses entreprises dans l'hexagone, d'avoir des politiques de santé, de logement, de recherche, d'infrastructures et environnementales audacieuses, de former ses citoyens aux besoins des entreprises et surtout de mobiliser et mettre au travail toutes ses énergies. Dans cette perspective les étrangers ont leur place dans la société française.

Comment Mme Anne HIDALGO devrait-elle se situer par rapport aux autres ?

Je suppose que notre candidate restera sur son quant à soi ; être et rester elle-même, en incarnant la noblesse de l’action publique : «La politique a un objet claire : construire un chemin, offrir un avenir et représenter les citoyens, c’est-à-dire situer une voix et une place dans la Nation. La considération et le dialogue sont à l’origine de l’action. La décision, il faut bien la prendre. Elle peut faire des mécontentements, créer du clivage. Mais elle est forte de la légitimité que donne l’élection : faire ce que l’on dit et dire ce qu’on va faire. Encore faut-il de la clarté» écrit Mme Anne HIDALGO, dans son livre «une Femme Française».

Il n’y a pas de Jupiter ou de suprême sauveur, «Je suis là pour le peuple de France, je suis là pour qu’après tant d’indifférence et de condescendance, on lui rende justice et considération» dit-elle. 

Mme Anne HIDALGO, dans son projet de reconquête et de justice sociale, s’engage pour :

  • Une démocratie partout et tout le temps. Un parlement qui débat, des syndicats qui négocient, une presse qui éclaire, une justice qui fonctionne, des citoyens qui participent ;
  • une rémunération digne pour chacun et chacun. Digne pour les premières corvées en augmentant les salaires, et dignes pour les premiers de cordée, qui doivent partager équitablement la valeur ajoutée dans les entreprises ;
  • une abrogation de la suppression des 5700 lits d’hôpitaux ;
  • une création d’un poste de Défenseur de l’environnement et l’institution d’un crime d’écocide ;
  • un abaissement du droit de vote à 16 ans et une loi de programmation sociale sur l’égalité salariale entre les femmes et les hommes ;
  • un dispositif national de suivi et d’accompagnement pour les plus de 100 000 jeunes qui sortent du système scolaire sans diplôme ni formation ;
  • un service public de la petite enfance ;
  • un droit de mourir dans la dignité.

Les élections se gagneront à la marge, une attention particulière devrait être accordée au pouvoir d’achat, aux forces du travail, à la Justice et à l’Equité, dans un monde qui change. Nous avons plus jamais besoin d’une Maison d’Afrique à Paris et de rénover les relations entre la France et l’Afrique, pour réelle coopération mutuellement avantage, dans le respect et la considération.

Paris, le 23 octobre 2021 par Amadou Bal BA -

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau