"La Mulâtresse Solitude, une statue à Paris" par Amadou Bal BA

A Paris, Mme Anne HIDALGO a décidé d'ériger, bientôt, une statue en l'honneur de la guadeloupéeenne, Rosalie dite la Mulatresse Solitude, condamnée à mort alors qu'elle était enceinte, puis exécutée, dans la révolte contre le rétablissement en 1802 de l'esclavage.

A Paris : bientôt une statue en l’honneur de Mulâtresse Solitude

Le président MACRON avait dit qu’aucune statue ne sera déboulonnée. Mme Anne HIDALGO estime que cela dépend desquelles ; et la Mulâtresse Solitude sera honorée à Paris à travers une statue.

Qui était la Mulâtresse Solitude ?

Figure féminine des insurgés de 1802 en Guadeloupe, Rosalie, surnommée la Mulâtresse Solitude, incarne les femmes et les mères des Caraïbes qui se sont battues en faveur de la défense des idées de liberté et d’égalité dans le contexte du système esclavagiste. «Elle n'est ni noire ni blanche. Solitude, la fille mulâtresse d'une Africaine arrachée à son village par des trafiquants d'esclaves, est condamnée à servir les Blancs. Mais dans ses veines brûle le feu de la révolte. Aux côtés de Maïmouni et des troupes noires cachées dans les forêts de la Soufrière, elle lutte pour la liberté» écrit André SCHWAARZ-BART.

On connait aujourd’hui peu de choses sur l’existence de Solitude. Elle nait en Guadeloupe, fruit du viol de sa mère, Bayangumay, par un marin blanc, sur le bateau qui la déporte aux Antilles. Fille d’une mère esclave et malgré son métissage, l’enfant, prénommée Rosalie, devient esclave elle-même. Pendant plus de vingt ans, Solitude connait les affres de l’esclavage, des lourdes punitions, de la privation de liberté et de l’oppression, en Guadeloupe.

La Mulâtresse Solitude est l’une des figures historiques des rébellions de 1802 contre le rétablissement de l'autorité de Lacrosse, capitaine-général de la Guadeloupe nommé par Napoléon Bonaparte, qui avait été expulsé en octobre 1801 à la suite d’un putsch des officiers de couleur de l'armée.

En 1802, huit ans après la première abolition de l’esclavage, Napoléon Bonaparte envoie le général Antoine Richepance en Guadeloupe. A la tête de 3 500 hommes, celui-ci a reçu pour mission de rétablir Lacrosse dans sa fonction de capitaine-général, de désarmer tous les soldats de couleur, de déporter les officiers rebelles et de rétablir la discipline chez les anciens esclaves. Dès son arrivée, il ordonne le désarmement des soldats de couleur et les conduit à bord de ses navires.

Dès lors, une rébellion orchestrée par le chef de bataillon (commandant) Joseph Ignace et les capitaines Palerme et Massoteau s’organise.

Leur compagnon de lutte, Louis Delgrès, natif de Saint-Pierre en Martinique, chef de bataillon et commandant l'arrondissement de Basse-Terre, lance l’appel du 10 mai 1802 intitulé

«A l’univers entier, Le dernier cri de l’innocence et du désespoir».

La Mulâtresse Solitude, enceinte de quelques mois, rejoint ce combat contre les troupes de Richepance. Après 18 jours d'un combat inégal (plus de 4 000 soldats du côté de Richepance et environ 1 000 soldats réguliers du côté des rebelles), c’est la défaite. Ignace, sur le point d'être fait prisonnier, se donne la mort, tandis que Delgrès et ses troupes font exploser la maison Danglemont du Matouba, dans laquelle ils se sont retranchés.

Solitude est faite prisonnière vers le 23 mai 1802, lors de la prise du camp de Palerme à Dolé. Elle est condamnée à mort et suppliciée le 29 novembre 1802, le lendemain de son accouchement ; elle sera exécutée en novembre 1802, au lendemain de son accouchement. Les colons voulaient en effet récupérer l’enfant de Solitude avant de l’exécuter, afin de le vendre à un propriétaire d’esclave.

De nos jours, de nombreux monuments rendent hommage à ce personnage majeur, notamment en Guadeloupe, où une statue de la mulâtresse Solitude du sculpteur Jacky Poulier a été dressée en 1999, dans le quartier de Baimbridge aux Abymes.

Rosalie, dite La Mulâtresse Solitude aura aussi, bientôt, sa statue dans notre belle et métissée capitale.

Paris, le 24 septembre 2020, par Amadou Bal BA -

 

120190735-10159200111714301-3857101482219959867-o

120197140-10159200111654301-8468648573286072887-o

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.