amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

513 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2021

"Université Evry, Amadou Hampâté BA" par Amadou Bal BA

Amadou Hampâté BA (1901-1991). Les journées de l'université d'Évry du 19 au 22 octobre 2021 ont montré que l'héritage et la pensée de ce grand sage sont un viatique pour les générations futures. L'Afrique, continent de l'humanisme et du respect de la Nature, doit rester en symbiose avec les autres.

amadouba19@gmail.com
Le bien-vivre ensemble Littérature et Politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Amadou Hampâté BA, le Sage de Bandiagara et son héritage : les journées de l'université d'Évry du 19 au 22 octobre 2021» par Amadou Bal BA - 

Sous le patronage de M. Abdoul Hamet BA, maître de conférences et chef du Département d’histoire à l’université d’Evry, et de notre ami Foulo BASSE, longtemps Directeur général des services de cette université des journées sur l’héritage d’Amadou Hampâté BA ont été tenues du 19 au 22 octobre 2021 à l'université d'Évry, dans l'Essonne, sous les signes de la conscience du visionnaire, de la tolérance, de la paix. Etaient également et notamment présents : Thierno Monémembo DIALLO, écrivain guinéen, Prix Renaudot en 2008 et Cheikh M’Backé DIOP, fils de Cheikh Anta DIOP, ainsi que M. Saliou DIALLO, président du mouvement Equité, luttant pour la diversité en politique.

L’Homme est un vivant parmi les vivants. Il ne faudrait perdre ses racines, tout en conservant la capacité d’entrer en contact l’autre, un Sage habité par des paraboles. Il faut reconnaître que j'étais intimidé par cette rencontre avec les différentes sommités intellectuelles et Mme Roukiatou Hampâté BA fille cadette d’Amadou Hampâté BA et présidente de sa fondation.

Ne serait-ce tout d'abord parce que j'ai un nom particulièrement lourd à porter, Amadou BA. Bien des personnes me disent que si elles recherchent mes articles sur Médiapart, ThieyDakar ou mon blog, tombent sur Amadou Hampâté BA (1901-1991), cet extraordinaire gardien de la tradition orale. «En raison de l’importance des sources orales authentiques puisées et recueillies par Amadou Hampâté Bâ, l’accueil de ces messages par nos contemporains témoigne de l’actualité et de la pertinence des idées qu’il a toujours défendues et des valeurs essentielles d’humanisme, de respect de la différence, de l’esprit d’ouverture et de la passion du savoir. Pour construire l’avenir, il nous disait qu’il faut se fonder sur le socle culturel du passé et estimait que les idées et les valeurs positives, essentiellement humanistes, doivent être préservées, revivifiées et transmises. Tous les Africains sont donc redevables au génie d’Hampâté Bâ» estime Roukiatou Hampâté BA.

Ensuite parce que mes travaux de recherche portent sur le bien-vivre ensemble. Bien que nous venons de célébrer le 15 mai 2021, en grandes pompes les 30 ans de la disparition de Amadou Hampâté BA (voir mon article) on mesure combien ce poème de Birago DIOP (1906-1989), «les morts ne sont pas morts» est d'une puissance symbolique. On dit, à la veille de ces présidentielles en France d'avril 2022, que les forces du Chaos auraient le vent en poupe, le colonialisme, l'esclavage et la Françafrique ce serait des concepts dépassés. Il faudrait donc que les racisés rentrent dans les rangs et s'assimilent. Comme dans les années 30, au moment de la naissance de la Négritude, on agite, plus que jamais les peurs irrationnelles, «le grand remplacement», les menaces sur la laïcité, le terrorisme et une prétendue identité chrétienne et monochrome d'une France éternelle fantasmée, n'ayant jamais existé. Dans ce climat délétère de lynchage, les messages d’Amadou Hampâté BA de tolérance, de respect mutuel et de l'éloge d'une tradition vivante et progressiste sont, plus jamais, d'actualité et raisonnent très fort. Le message d’Amadou Hampâté BA est un viatique pour les générations actuelles et à venir de l'Afrique et de ses diasporas. Amadou Hampâté BA est un remarquable avocat de la tolérance, et donc de la cause de l’Homme. Si l'arc en ciel est merveilleux c'est en raison de la diversité de ses couleurs. Le multiculturalisme loin d'être un repoussoir est un atout majeur pour le bien-vivre ensemble. Par ailleurs, et selon Amadou Hampâté BA, toute Vérité est relative. Au lieu d'opposer sa vérité à celle des autres, il faudrait apprendre à dialoguer et s'enrichir des autres.

Un individu qui n'a pas de conscience de soi, de sa culture et de son identité, qui n'est pas en paix avec lui-même et qui ne sait pas qui il est, rempli de colères stériles est incapable d'entrer en contact de façon harmonieuse avec l'autre. Aimer soi-même et se respecter n'a jamais voulu dire haïr les autres. Si les Africains étaient ignorants d’eux-mêmes, ils seraient étrangers à leur être, sans boussole. Pour les Peuls, se connaître soi-même est la meilleure de toutes les connaissances.

Enfin, il ressort de cet héritage d’Amadou Hampâté BA, que les diasporas africaines devraient conserver leurs valeurs d'humanisme, notamment de solidarité, de partage, de considération pour les aînés et les anciens et surtout une vie en harmonie avec la Nature. En effet Amadou Hampâté BA est un écologiste avant, comme les Africains des temps anciens. Amadou Hampâté BA estime que la tradition est «vivante» ; loin d’être exotique ou folklorique, encore moins un musée à ciel ouvert. Le temps évolue et donc la tradition doit évoluer en fonction de son époque. Progressiste, Amadou Hampâté BA estime qu’il ne faudrait pas opposer la tradition au modernisme. La tradition porte en elle-même les germes du progrès. Par conséquent, ce qui stagne est appeler à pourrir ; il faudrait donc conserver les coutumes progressistes, les faire évoluer avec notre temps, combattre et abandonner les coutumes rétrogrades. C’est une exigence que d’éduquer les femmes, qu’elles prennent la parole et refusent l’obscurantisme. Les valeurs africaines d’humanisme et de sacralité sont fondamentales et universelles.

Amadou Hampâté BA recommande également de s'ouvrir aux autres, et prendre ce qui a de bon en eux. C'est à titre dans cette campagne des présidentielles d’avril 2022 que je ne cesse de réclamer à Mme Anne HIDALGO, ma candidate, une Maison d’Afrique à Paris. Chaque société a ses codes et ses usages, ses lieux économiques politiques et culturels ainsi l'information stratégique. Cette Maison d’Afrique ce serait un lieu de dialogue des cultures, pour une égalité réelle. Amadou Hampâté BA disait aussi qu'il ne faut pas bêler à la place d'une chèvre en sa présence. En d'autres termes, tout ce qui est fait sans nous est contre nous. Par conséquent, cette initiative de l'université d'Évry des journées Amadou Hampâté BA est donc particulièrement heureuse et louable. «Ce fut une très belle initiative de l’Université d’Evry, organisée dans le prolongement de la relation séculaire d’amitié qui unit Hampâté Bâ à la France, qu’il a découverte grâce à une bourse de l’Unesco. Une relation faite d’amour profond, de respect mutuel et de reconnaissance», estime Roukiatou Hampâté BA. En effet, en 2016, l'entrée de Alain MABANCKOU au collège de France avait soulevé un engouement et un espoir sans limites. Et puis tout est retombé comme un soufflet. Pire, les voix qui s'expriment à la veille de ce scrutin majeur des présidentielles de 2022, avec une grande complaisance d'une centaine presse, sont celles de la haine, de la discorde et du chaos. Aussi je ne cesse de réclamer des études africaines dans les universités françaises. Quand les liens sont distendus, l’objet de ces études africaines est de comprendre pour renouer un dialogue fructueux.

Par ailleurs, Amadou Hampâté BA estime qu’on ne peut pas, comme pour les Croisades, rendre responsables tous les Français de la colonisation. La colonisation est un fait révolu ; il y a eu des abus, la cruauté n’étant pas le privilège d’un peuple. Il estime que grâce à la langue française, devenu «un butin de guerre», suivant l’écrivain KATEB Yacine (1929-1989) il a pu transcrire, par écrit, la tradition orale africaine, menacée de disparition, la bibliothèque aurait brûlé. Dans ce monde globalisé, tout s’écrit et ceux qui n’écrivent pas, leur raison est perdue. Il n’en demeure pas moins que Amadou Hampâté BA se disait anticolonialiste, un système, par principe, de hiérarchisation des cultures. «Mon père disait que son cœur est trop petit pour faire la moindre place à la haine qui détruit. C’est l’amour qui présidait à tous les actes qu’il posait, à toutes les pensées qu’il développait. Hampâté Bâ disait aimer la France ! Il estimait que la colonisation s’est bâtie au détriment des cultures africaines et parfois avec des violences physiques ou psychologiques et tous leurs impacts, il dénonçait le principe même de la colonisation, mais – en même temps – il n’avait aucun ressentiment envers la France. Pour lui, la colonisation est un fait et un fait révolu. Si on doit aujourd’hui l’évoquer au risque d’accentuer encore des blessures et d’inciter ceux qui la dénoncent à être aussi haineux, c’est une démarche regrettable. L’abus, les excès, la cruauté ou la bêtise ne sont pas l’apanage d’un peuple et il faut donc éviter de frapper toute une communauté, en rendant ses membres responsables des maux que d’autres ont commis dans le passé» dit Roukiatou Hampâté BA. Les relations entre la Franc et l’Afrique «doivent être des relations d’amitié, de respect mutuel et de partage de toutes les valeurs positives que l’on vient d’évoquer» dit-elle.

Evry, le 22 octobre 2021 par Amadou Bal BA - 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss