"L'autre Bataille de Paris, Municipales 2020" par Amadou Bal BA

Dans l’autre bataille de Paris, celle des municipales du 15 mars 2020, je souhaite ardemment à ce que Mme Anne HIDALGO se présente dans le 20ème arrondissement. Ceux qui ont rejoint le camp d'en face, doivent assumer leur forfait. Pour un Paris, dans la Diversité, qui nous ressemble et nous rassemble dans le bien-vivre ensemble !

En ce dimanche 25 août à 16 heures, à l'occasion des 75 ans de la Libération de Paris, Mme Anne HIDALGO, maire de Paris, va inaugurer «le musée de la Libération, musée du Général-Leclerc, musée Jean-Moulin», place Denfert-Rochereau dans le 14ème arrondissement de Paris. Pour Mme HIDALGO, ce lieu de mémoire a une signification hautement symbolique : «Cette histoire doit faire du lien entre les Parisiens, avec le reste du pays et même du monde. Parce que la libération de Paris a été un signal qui est allé bien au-delà de Paris, un signal que la guerre allait être gagnée et qu'un autre monde allait pouvoir renaître après le nazisme» dit-elle.

Pour ma part, l’Histoire doit aussi nous aider à comprendre le présent. Au moment où la plus sanglante des batailles pour les municipales du 15 mars 2020 se dessine, nous avons un impérieux devoir de vigilance, avec l’avancée des forces de la Discorde et de la Haine. M. Emmanuel MACRON a été élu président en 2017, pour faire barrage aux idées lepénistes. En dépit des allures sympathiques et d’un sourire enjoliveur et cosmétique, il a ruiné les élans des forces de progrès, démobilisé les Républicains, et favorisé, plus que jamais, l’avancée de la Discorde dans ce pays. Le Rassemblement national arrogant et dictant déjà sa Loi, est sur tous les plateaux de télévision. Les ténors des Marcheurs, divisés et sans projet alternatif crédible, vont sans doute s’affronter en deux listes concurrentes, pour s’unir au 2ème tour. Par ailleurs, bien des gens qui avaient une étiquette socialiste, sont allés à la soupe, favorisant ainsi, avec leur opportunisme, la confusion des genres, et laissant ainsi la champ libre aux forces de la Discorde, plus puissantes que jamais.

C’est dans ces conditions, que je suis très favorable à ce que Mme Anne HIDALGO se présente dans le 20ème arrondissement, un quartier populaire, dans lequel est bien implantée, notamment la diversité. Cette bataille du 20ème et celle de Paris sont étroitement liées. Ceux qui ont rejoint le camp d’en face doivent assumer, pleinement, leur forfait. Cette stratégie Front contre Front, dans cette bataille des municipales de Paris du 15 mars 2020, a toutes les chances d’être victorieuse.

 Tout d’abord, je vois mal les Verts s’allier avec d’autres. Depuis 2001, les forces de gauche travaillent ensemble dans notre belle capitale, avec ses 116 nationalités, sans aucun élu frontiste. Les Verts sont comptables de notre bon bilan à Paris.

Ensuite, et bien avant cette mode environnementale, Mme Anne HIDALDO a toujours fait de l’écologie au point d’agacer les lobbies de la société de la consommation. Notre Maire a gagné, de haute lutte, la piétonnisation des voies sur berges, réduit, considérablement, la place de la voiture dans la ville, favorisé l’Autolib’ et le Vélib’, la végétalisation des espaces publics. Il serait fastidieux de recenser tout ce qui a été fait de positif pour l’environnement ; cela se voit.

Enfin, les travaux considérables, en voirie et espaces publics en cours, attestent de l’ampleur de l’ambition de notre maire, pour une ville qui va accueillir les JO de 2024.

J’invite, en particulier, les Français issus de l’immigration, à s’inscrire massivement sur les listes électorales, avant le 31 décembre 2019.  Nous réclamerons aussi notre juste place dans les instances parisiennes. Une démocratie sans partage du pouvoir serait une escroquerie. «La Gare du Nord, c’est l’Afrique» avait dit, fort honteusement, l’odieuse Nadine MORANO. En effet, Paris a changé de couleur, et nous ne sommes pas seulement que des balayeurs et des cantinières, nous avons aussi, et surtout, des compétences à faire valoir. Nous avons besoins d’une société et de ses instances dirigeantes qui ressemble et qui nous rassemble ; la diversité est une condition essentielle pour combattre l’abstention, favorisant ainsi le bien-vivre ensemble, dans le respect mutuel.

Paris, le 24 août 2019, par Amadou Bal BA 

ah-25-aout-2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.