"LONSI-KOKO, son livre Noirs Lumineux" par Amadou Bal BA

M. LONSI-KOKO et son nouvel ouvrage : Les Noirs lumineux du XVème siècle au début du XXème siècle. Essayiste réformiste et romancier, acteur politique, auteur de plusieurs ouvrages, il s'est penché sur la lucidité et la bravoure ayant animé quelques Africains et leurs descendants asservis en vue du combat pour la dignité humaine.

LONSI-KOKO et son nouvel ouvrage : Les Noirs lumineux du XVème siècle au début du XXème siècle

Essayiste réformiste et romancier, acteur politique, M. Gaspard-Hubert LONSI-KOKO, est l'auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles. Il vient de publier, aux éditions de l’Atelier de l’Egrégore, «Les Noirs lumineux du XVIème siècle au début du XXème siècle». À une période où les problématiques relatives à la traite des Noirs, à la décolonisation et à la cohabitation humaine ressurgissent avec force et vigueur dans bon de pays travers le monde, M. Gaspard-Hubert LONSI-KOKO s'est penché sur la lucidité et la bravoure ayant animé quelques Africains et leurs descendants asservis en vue du combat pour la dignité humaine.

Les «Noirs lumineux» ? Vaste sujet ! Controverse et mauvaise foi, inévitables. Prise et éveil de conscience, à n’en pas douter, pour les Noirs et les populations à l’ascendance ébène. Alors, le sujet mérite d’être débattu jusqu’au paroxysme. Enfin, que les uns et les autres puissent avoir l’audace de s’appuyer sur les obstacles, ainsi que les préjugés, et non, comme à l’accoutumée, d’essayer stratégiquement, ou par hypocrisie, de les contourner.

L’héritage étant la somme de l’actif et du passif, ces deux éléments restent à jamais indissociables au moment de la transmission. Restituer l’Histoire en occultant les zones d’ombre au profit des seuls événements glorieux équivaut, ni plus ni moins, à de la falsification. L’héritage, c’est tout ou rien. S’agissant de la traite négrière, le crime contre l’Humanité fait tout à fait corps avec l’enrichissement économique des puissances esclavagistes.

La dignité humaine ne s’obtient que par la souveraineté nationale, ou continentale. La quête du bonheur ne doit pas forcément conduire vers un ailleurs aux multiples facettes. Ce qui a manqué au héros du Danois Henrik Ibsen, en l’occurrence Peer Gynt, c’était d’avoir une profession et de l’aimer, quelle qu’elle fût… De plus, on ne pourrait que difficilement mieux entreprendre ailleurs ce que l’on n’a pas su réaliser chez soi.

Puisse l’exemple de ces Noirs lumineux revaloriser l’image de leurs semblables. Puissent leur lucidité et leur bravoure éveiller à jamais l’esprit d’émulation auprès de celles et ceux qui, à travers la diaspora africaine et en Afrique intra-muros, ont désormais la charge de poursuivre le combat pour la dignité humaine. Puisse, enfin, leurs salutaires actions éveiller la conscience noire : de l’intérieur comme de l’extérieur du continent.

Les sujets traités dans ce nouvel ouvrage de M. LONSI-KOKO, «Les Noirs Lumineux » sont :

I – Malik Ambar : guerrier et administrateur avisé
II – Sœur Louise Marie de Sainte Thérèse : la Mauresse de Moret
III – Louis Jean Aniaba : le diplomate audacieux
IV – Abraham Hannibal : le Vauban au visage noir
V – Francis Williams : le poète latiniste
VI – Ayuba Suleiman Diallo : l’érudit arabophone
VII – Anton Wilhelm Amo : le philosophe à la peau noire
VIII – Jupiter Hammon : l’expert de la littérature afro-américaine
IX – Le légendaire François Makandal
X – Lucy Terry : l’avocate de la cause familiale
XI – Angelo Soliman : le barbare glorifié, puis déshumanisé
XII – Charles Ignatius Sancho : le nègre extraordinaire
XIII – Francis Barber : le professeur d’école
XIV – Toussaint Louverture : le libérateur de l’oppression
XV – Olaudah Equiano : le monarque suédois
XVI – Le chevalier de Saint-George : le « Nègre des Lumières »
XVII – Adolf Badin : l’avocat à la peau sombre
XVIII – Casimir Fidèle : pâtissier et entrepreneur
XIX – James Somersett : un verdict jurisprudentiel
XX – Joseph Knight : le bien au détriment du mal
XXI – Phillis Wheatley : la poétesse éclairée
XXII – John Stuart : le spécialiste en droits naturels
XXIII – Le général Dumas : le Diable noir
XXIV – Dido Elizabeth Belle : inspiratrice de l’arrêt Somersett
XXV – Abdul Rahman : le prince esclave
XXVI – Bill Richmond : la terreur noire
XXVII – Wladyslaw Jablonowski : le général noir ou Murzynek
XXVIII – Omar Ibn Saïd : le très subtil érudit musulman
XXIX – Gabriel Prosser : la mort ou la liberté
XXX – George Bridgetower : l’illustre inconnu
XXXI – Billy Waters : le Roi des mendiants
XXXII – Mary Prince : la diseuse de vérité
XXXIII – David Walker : un Américain loyal
XXXIV – Sojourner Truth : Était-elle une femme ?
XXXV – Dred Scott : l’homme de son temps
XXXVI – Nat Turner : le génial concepteur
XXXVII – Solomon Northup : une mystérieuse disparition
XXXVIII – Frederick Douglass : le lion d’Anacostia
XXXIX – Harriet Tubman : Moïse du peuple noir
XL – Booker Taliaferro Washington : le militant réformiste
XLI – Ida Bell Wells-Barnett : première journaliste noire professionnelle.

Paris le 25 octobre 2020, par Amadou Bal BA

 

122725244-10159286032524301-2196727785436977773-o

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.