"Michel tabassé par des ripoux" par Amadou Bal BA

Michel, un Noir, producteur de musique noir, tabassé et insulté par des policiers ripoux, a été accusé, en plus, de rébellion. Mais les ripoux ne savaient pas qu'ils étaient filmés. La Macronie, devenue vichyste, négrophobe et islamophe, veut organiser une impunité absolue des ripoux, en interdisant qu'ils soient filmés. Révoltez-vous contre ce faschisme qui arrive !

128099103-10159370527144301-6560984692742626069-n

128393674-10159370407304301-5540260560959779438-n
Michel ZECLER, un producteur de musique tabassé et victime d'insultes par des policiers ripoux

Le 21 novembre 2020, à Paris 17ème, Michel ZECLER, un Noir, producteur de musique, devant son studio, mais sans masque, de peur de prendre une amende à 135 €, regagne, subitement, ses locaux. Trois policiers le poursuivent, lancent une grenade, rentrent, illégalement, dans son studio, le rouent de coups, avec des insultes à caractère raciste. Ils jettent une grenade lacrymogène, et demandent des renforts, en prétextant qu’ils auraient menacés, comme s’il s’agissant d’une attaque terroriste. Les policiers interpellent les témoins. Michel a eu la peur de sa vie ; il aurait pu être tué, et cela peut arriver à chacun de nos enfants ; cela fait froid au dos, dans le pays des droits des droits de l’Homme.

Au poste de poste de police Michel ZECLER est accusé, par ces ripoux, de rébellion et de menace avec arme. Un coup classique, comme dans l’affaire Théo, intimidé maintenant sur la gestion de son association. Quand on tabasse un Nègre, on dit qu’il s’est rebellé ou qu’il représente une menace pour les policiers : «Ces quartiers où la Police n’ose plus aller» dit-on souvent, pour justifier ces contrôles au faciès et ces violences. Par principe, tous les jeunes des quartiers, quand ils sont Noirs ou Arabes, ne sont tous que des délinquants protégeant leur territoire, où il n'y aurait que des trafics. Ceux qui sont tués, de façon illégale, ne seraient tous que des trafiquants de drogue, comme si le casier judiciaire, à lui tout seul, serait devenu une permission générale de tuer de tuer les Nègres et les Arabes. Mais ici, Michel ZECLER, un Noir, producteur de musique, réside dans un quartier chic de Paris, le 17ème, mais ça c’est peut-être louche, pour un Noir d’être aisé.

Par conséquent, ces policiers, pourtant assermentés, outre les actes de sauvagerie dont ils sont les auteurs, ont bien commis, en plus, un faux en écritures publiques. Naturellement, ils ne savaient pas qu'ils étaient filmés. Le ministre de l'intérieur, Moussa DARMANI a été contraint, images à l'appui ayant circulé dans les réseaux sociaux, de suspendre ces ripoux. L’article 24 du projet de loi sur le séparatisme doit être abrogé, sans délai, Moussa DARMANI et Didier LALLEMANT doivent démissionner.

On comprend donc mieux pourquoi le Séparatiste et président, Emmanuel MACRON, dans sa politique répressive et négrophobe assumée, ne veut plus que les policiers soient filmés. Silence, on tue, on matraque et on condamne pour rébellion. On se rappelle des violences 1er mai, d’Alexandre BENALLA, du congédiement d’un grand policier républicain, le préfet de police, M. Michel DEPUECH, que nous regrettons, vite remplacé par un ultra-répressif, Didier LALLEMANT. Celui-là même qui a molesté, copieusement, et sans état d’âme, les Gilets jaunes, les retraités et les personnels soignants, dont certains ont été éborgnés. Dès que le Ministre de l’Intérieur, Christophe CASTANER, avait évoqué l’idée d’une procédure disciplinaire contre les ripoux, et on ne parle que de ceux-là, ce Ministre a été très vite remercié, comme un mal propre, et remplacé par Moussa DARMINI, que rien ne distingue du Rassemblement national.

Cependant je le redis, notre police est républicaine, l'écrasante majorité de nos forces de l'ordre n'a pas peur de la transparence. Les policiers doivent donc se désolidariser avec ces ripoux qui salissent leur tenue, ternissent leur bonne image. La Police, en tant qu’institution, n’est pas en cause ; ils agissent sur ordre ; ce que je dénonce, et avec force, c’est cette orientation politique, revendiquée par la Macronie, avec des idées nauséabondes. Il est urgent de sonner le tocsin.

Je l’écrivais, l’autre jour, les démocraties ne sont pas à l’abri d’une dictature. Donald TRUMP en est la parfaite illustration. Seul le président MACRON, le vrai séparatiste, dans son nouveau projet vichyste, islamophobe et négrophobe, redoute de ses démons. Mais comme Donald TRUMP, il sera bientôt viré, en 2022. Il partira, comme Donald TRUMP, dans la honte et le déshonneur. La bastonnade arrivera en 2022.

Contre ce crime d'Etat et cet Apartheid qui se mettent en place : Racisés, inscrivez-vous, massivement, sur les listes électorales, ne vous pas laissez pas tabasser, impunément, par la Macronie ! L’esclavage, le Code noir nous assimilant à une chose que l’on molester et tuer, c’est fini.

Justice pour Michel, Théo, les familles d'Adama, de Bouna et Zyed, et pour celles des 113 jeunes étouffés à mort, mais aussi, pour les parents des 53 Noirs, morts dans des incendies de squats à Paris, dans les années 80. On ne lâchera rien, jusqu'à ce que Justice soit faite !

Un rassemblement est organisé le samedi 28 novembre 2020 à la Place de la République. Que les gens, se disant indignés viennent également manifester, très massivement, pacifiquement et fermement, contre ces violences à République.

Aux différentes manifestations passées, les racisés sont souvent peu mobilisés. Je trouve cela encore plus choquant que ces violences policières. Les racisés, encore assoupis, préfèrent le ministère de la parole dans les réseaux sociaux. Un peu de cohérence ! C'est ce défaut d'engagement citoyen qui cause, fondamentalement, cette impunité, cette montée du racisme et ces violences à l’encontre des racisés. On nous peut nous chier sur la tête et ça passe. Et le racisme, légitimé, de devient même un argument électoral et rentable pour les négrophobes et les islamophobes, ainsi les antirépublicains.

Quand est on citoyen on s'engage activement pour ses droits et pour défendre la République. Même si elle est gravement menacée, la démocratie offre encore des armes redoutables : la manifestation, la désobéissance civile et le vote-sanction.

Je propose, depuis longtemps, une désobéissance civile, que tous les racisés cessent, pendant trois jours, d'aller travailler, et restent chez eux ; que cela se termine par une grand meeting de recueillement, sans autre slogan que : «nous sommes différents, mais égaux. Nous sommes des citoyens de cette République. Inscription sur les listes électorales et vote aux différents scrutin». Après tant de calomnies, on verra bien la place irremplaçable qu’occupent les racisés dans cette société. Les vrais séparatistes ne sont pas ceux qu'on pense : c’est le Rassemblement national maintenant singé par la Macronie et la Droite dure.

Vite, Mme Anne HIDALGO, présidente en 2022 !

Paris le 26 novembre 2020 par Amadou Bal BA - 

 

127904530-10159367994189301-1397572475881375986-n

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.