"Attentats de Nice : Où va-t-on ?" par Amadou Bal BA

Nice, 3 personnes priant ont été lâchement assassinées. Les dernières paroles de Simone, niçoise d’origine brésilienne, sont : «Dites-leur (ses enfants) que je les aime». Un puissant message d’Amour. A ces criminels, je dis "Not in My Name !". A tous les racisés, inscrivez-vous sur les listes électorales, sanctionnez le Parti colonial !

 Attentat de Nice : Où va-t-on ?

A Nice, trois personnes qui priaient dont cette mère de famille, ont été lâchement assassinées. Les dernières paroles de Simone (44 ans), niçoise d’origine brésilienne, sont d’adresser un message à ses enfants : «Dites-leur que je les aime». Un puissant message d’Amour,  et non de haine, que Simone nous lègue.

A Nice, lors d'un précédent attentat odieux du 14 juillet 2018, des femmes et des hommes, de tous les couleurs, sexes et religions, ont été froidement tuées. Il y avait des Français, des touristes, des étrangers (Suisses, Italiens, Allemands, Polonais, Russes, Marocains, Tunisiens, Algériens) des jeunes, et des enfants. Il y avait surtout des êtres humains ne demandant qu’à vivre.

Or, la vie de tout individu sur cette terre est sacrée, unique et irremplaçable, aucune cause idéologie, religion ou colère ne peut excuser ou justifier de tels actes ignobles. «Not in My Name !». Musulman depuis la Révolution islamique de mes Ancêtres de 1776, je refuse et condamne, fermement et sans concession que ces malades parlent au nom de mon Prophète.

Par ailleurs, j'affirme, avec force et détermination, que ces caricatures de notre Prophète Mohamet ne se rattachent nullement à la liberté d'expression, mais ce sont une manifestation de ce Code de l'indigénat qui ne dit pas son nom, cet esprit colonial et esclavagiste, tant refoulé dans ce pays. En effet, le président MACRON, dans ses graves dérives identitaires, négrophobes, islamophobes et vichystes, estime que la liberté d’expression devrait être totale, bien sûr à l’égard seulement des Arabes et des Noirs. Le dira-t-il en ce qui concerne l’humoriste antisémite Dieudonné ? Qui oser se moquer, en permanence, dans ce pays, des femmes, des handicapés, des LGBT, des Juifs ? Cette ligne dure et irresponsable du président MACRON, instrumentalisée par des fondamentalistes sur des esprits faibles, risquerait de replonger notre pays dans le désordre et une guerre des religions inutiles. C’est peut-être cela l’objectif du président MACRON, à travers son projet de loi sur le séparatisme, afin d’affronter au 2ème tour des présidentielles Marine LE PEN. Mais dans ce cas qui est vraiment séparatiste, quand le gardien du temple qu’on avait élu en 2017, pour défendre la République, l’a souillé ?

La démocratie, par essence, c'est le respect mutuel et l'apprentissage à vivre ensemble dans nos différences. Se moquer tout le temps des Musulmans ou les stigmatiser, ne relève nullement de la liberté d'expression. Toute la tendance de l'histoire de France a été, progressivement, et douloureusement, d'accepter les différences (Protestants, Juifs, Républicains et Monarchistes, Femmes, croyants et non croyants, LGBT, personnes âgées ou souffrant d’un handicap). En réalité, toute liberté d’expression doit être utilisée dans un esprit de responsabilité, la tolérance et le respect des autres «Tout ce qui peut blesser les convictions d’autrui, en particulier les convictions religieuses, doit être évité. La liberté d’expression doit s’exercer dans un esprit de responsabilité. Si la liberté d’expression est un des fondements de la République, celle-ci repose également sur les valeurs de tolérance e de respect de toutes les croyances. Je condamne toutes les provocations manifestes, susceptibles d’attiser dangereusement les passions» avait dit Jacques CHIRAC, en conseil des ministres, sur les caricatures de Mahomet par «Charlie Hebdo».

Pour autant, je le redis fermement, que la violence et la justice privée ne pas acceptables dans une société démocratique, où le débat et le combat des idées doivent prévaloir sur le reste. Les racisés représentent une grande force en France qui s’ignore. Ce déni de ce racisme institutionnel et systémique peut être combattu, efficacement par les armes que la République nous offre la démocratie : celles de la citoyenneté et du vote-sanction. Les idées doivent être combattues par les idées, et non par le couteau ou les bombes. L'extrémisme et la peur n'ont jamais durablement vaincu. Républicain inguérissable, je crois fondamentalement que le Bien souverain, l'Amour et la Fraternité finissent toujours par triompher. Mahatma GANDHI, Martin Luther KING, Cheikh Ahmadou Bamba BA, au Sénégal, avaient vaincu leurs puissants adversaires par la non-violence. Quand a raison et qu’on est décidé de défendre sa dignité, on finit toujours par triompher. Inscrivez-vous massivement sur les listes électorales et sanctionnez, sévèrement, le parti colonial !

En réalité, ces attentats criminels, contreproductifs, ne feront que renforcer les idées lepénistes et du parti colonial, menaçant gravement la démocratie. Ces criminels, alliés objectifs de la famille LE PEN et tous les vrais Séparatistes, sont donc des ennemis de la République.

Par conséquent, le couteau ne vaincra pas le bulletin de vote, le combat des idées et les manifestations pacifiques.

La Vérité, en réalité, n’est ni Blanche ou Noire, elle est souvent Grise. En effet, chaque camp se croit agressé, uniquement, par l’autre. Tous les Musulmans ne sont pas des égorgeurs potentiels ; ces caricatures et ces guerres locales, aussi inacceptables soient n’autorisent nullement ces crimes, faisant froid au dos. Par conséquent,  les ponts sont rompus. Où va-t-on donc ?

Il est grand temps de se parler, de revenir à la Raison, pour un bien-vivre ensemble, avant que la République ne soit confisquée par ces idées nauséabondes.

Paris, le 30 octobre 2020, par Amadou Bal BA -

123312138-10159299547549301-7133825763034046047-o
elkmn4txgai3ihg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.