Un monde en noir et blanc sans nuance de gris

Un monde en noir et blanc sans nuance de gris…

La France et avec elle, l’Europe, sombre et s’enfonce dans le politiquement correct, la Pensée Unique. Et ceux qui refusent de s’engluer dans cette voie réductrice et simpliste sont vilipendés, montrés du doigt.

Un exemple récent : Michel Onfray dans la polémique qui l’oppose à Manuel Valls.

On peut ne pas être d’accord avec la pensée philosophique de Michel Onfray mais de quelle intelligence il a fait preuve ce matin dans l’émission de Bourdin !

Il semble effectivement qu’on ne puisse plus défendre une idée, une pensée aujourd’hui sans être aussitôt catalogué dans un carcan idéologique. Oser critiquer la politique de l’état d’Israël, c’est être antisémite. Oser dire que l’Islam n’est pas une religion de  paix, c’est être islamophobe… Il faut que la pensée entre dans un cadre pour être reconnue comme telle. Or, quoi de plus enrichissant que l’échange des idées, les débats dans l’écoute et le respect de l’autre ?

Notre société est devenue intolérante et ce ne sont pas les rodomontades de toute la classe politique qui vont y changer quelque chose. Bien au contraire !

Mais que penser d’une société où les Balkany sont réélus à Courbevoie, où les militants UMP élisent un Président dont la réputation est  entachée de scandales malgré la présomption d’innocence et qui vire au gré du vent des idées dans son désir de reprendre le pouvoir, où Guérini continue sa carrière politique, où des élus du Front National dévoilent leurs pratiques et leurs mains sales  ? Pourquoi la classe politique ne serait-elle pas à l’image de la société ?

Certes des voix se lèvent pour dénoncer un tel état de fait… Mais quel homme politique suffisamment charismatique, détaché des ambitions personnelles du pouvoir…autant ne pas terminer ma phrase !

Le monde n’a guère évolué et l’époque où la notion de civilisation appartenait uniquement à l’homme blanc n’est pas une époque révolue. Au nom de quoi intervenons-nous partout dans le monde ? Au nom de la démocratie ? Sûrement pas ! Ceux-là sont bons, aidons-les ! Ceux-là sont méchants, condamnons-les ! Et à nouveau le même manichéisme, l’absence de nuances et de réflexion. Foncer sans réfléchir en menant une politique à court terme et à courte vue. Et notre Président qui défend le Qatar ! Et BHL qui défend l’Islam comme une religion de la paix ! C’est l’argent et l’intérêt à court terme qui mènent le monde et cela dure depuis fort longtemps. Michel Onfray disait justement que l’on ne s’attaquait ni au Qatar ni Pakistan  pour dénoncer les violations des droits de l’homme. Pourquoi ? La réponse est évidente : c’est l’argent qui est le nerf de la guerre et il est aussi de bon ton en ce moment de caresser les Musulmans dans le sens du poil. Pauvre président du CRIF qu’on a fait se retourner comme une girouette ! Halte-là, Monsieur, ce sont des choses qu’il ne faut pas dire, ce n’est pas dans l’air du temps, ce n’est pas politiquement correct !

L’Europe a trahi ses idéaux depuis longtemps si tant est qu’elle en ait jamais eu. Elle se dit démocrate et se vante de prôner en toutes choses les préceptes de la démocratie mais tout cela se limite au verbe car sur le plan de la réalité il en va tout autrement : libéralisme à outrance, tricherie et magouilles, collusion avec les banques et le grand capital... Syrisa sera-t-il le Salvador Allende de l’Europe ? Le fonctionnement du TPI est d’ailleurs bien révélateur de cette faillite totale des idéaux démocratiques en Europe ! Cessons de vouloir intervenir à tout prix sans réflexion préalable dans les affaires du Monde, et bien des catastrophes seraient évitées. A quoi a conduit l’intervention russe en Afghanistan ? A quoi a conduit l’intervention anglo-américaine en Irak ? Au chaos pour le plus grand drame des populations civiles et à l’embrasement de tout le Proche-Orient. A quoi a conduit notre politique au Rwanda ? A un nouveau génocide. La liste n’est pas exhaustive, hélas !

A quand un monde où les hommes politiques n’auront  pas une pensée lobotomisée ? A quand un monde où les hommes se révolteront contre le sort qui leur est fait ? Jamais si l’on en croit les œuvres pessimistes et souvent prophétiques de la science-fiction…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.