ambrino H B
Abonné·e de Mediapart

152 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juin 2010

ambrino H B
Abonné·e de Mediapart

Nicolas Sarkozy Président de la" République irréprochable" contourne les lois du financement des partis politique (et pas que)

ambrino H B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Liliane Bettencourt a bien financé le micro parti politique d'Eric Woerth

comme l'avez pressenti Mathile Mathieu .

"L'Association de soutien à l'action d'Eric Woerthaurait touché par exemple en 2008 19.650 euros de "dons de personnes physiques" ainsi que des subventions de l'UMP, dont Eric Woerth est en même temps trésorier"(lien)

Nicolas Sarkozy a aussi son parti de poche, financé par Liliane Bettencourt

(lien)

Le Canard enchaîné avait révélé comment Nicolas Sarkozy Président de la République des ripoux irréprochables

Contourne la loi sur le financement des partis. L'article du canard enchaîné paru en décembre 2009, révéle que Nicolas Sarkozy a fais financé sa campagne par plusieurs partis politiques dont un situé en Haute Vienne ayant pour Président Christian Estrosi et Hortefeux comme trésorier...

A lire, un article sur ce sujet réactulisé sur le site de l'Express.fr

Micro-partis, maxi-fric

Par Thierry Dupont, 01/07/2010

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/micro-partis-maxi-fric_903396.html

En 2007, Nicolas Sarkozy avait récolté plus de 9 millions d'euros de dons de personnes physiques contre... seulement 743 000 euros pour Ségolène Royal.

Il s'agit d'un exemple parmi d'autres, démontrant comment les politiques du Rpr-Ump ont infiltré leur système au cœur de l'Etat, pour légaliser leurs procédés malhonnêtes à des fins enrichissements personnels et de financement politiques.

Ces systèmes sont apparentés à des systèmes de corruption dans les pays républicains qui se respectent.

En France les VIP de cette "associations de malfaiteurs ", écument les plateaux de télévision pour expliquer à la masse, le bien fondé de leurs magouilles légalisées.

Le Canard enchaîné (lien)

Financement de campagne : Nicolas Sarkozy a le soutien de l'Ump et de deux autres partis fantômes

publié le mercredi 9 décembre 2009

En France, le financement des partis politiques a été modifié dans les années 1990. Le montant des subventions publiques dépend des résultats aux Législatives. Pour le reste, les partis peuvent recevoir des dons de particulier, jusqu'à 7 500 euros par an. Les personnes morales ne peuvent contribuer au financement d'un parti ou d'une campagne des candidats afin d'éviter toute forme de corruption.
Toutefois, les responsables politiques savent contourner ce système de financement très règlementé. Comme l'a indiqué le Canard enchaîné dans son édition du 2 décembre 2009, si un particulier ne peut donner que 7 500 euros par an, il peut donner en revanche à autant de partis politiques qu'il le souhaite. Et les partis politiques peuvent financer d'autres partis politiques, sans limite de plafond. Voilà pourquoi il existe plus de 230 partis politiques en France et que la plupart des hommes politiques de premier plan en ont un, voire plusieurs. C'est le cas de Nicolas Sarkozy.

Comment Nicolas Sarkozy a-t-il financé sa campagne présidentielle en 2007 ?

Outre l'UMP, Sarkozy peut compter sur "l'Association de soutien à l'action de Nicolas Sarkozy"

L'essentiel de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy a été financé par l'UMP. Mais il avait également le soutien de deux structures ayant le statut de parti politique et dont la plus importante a pour nom "Association de soutien à l'action de Nicolas Sarkozy". Selon le Canard enchaîné, elle est "basée à Bruges (Gironde), [elle] dispose d'un site Internet et affichait en 2007 (dernier chiffre connu) un budget d'un peu plus de 250 000 euros". Cette somme non négligeable a pour fonction de financer les campagnes de Nicolas Sarkozy de deux manières : soit en reversant des fonds à l'UMP, sans plafond maximal, soit en reversant la somme directement sur le compte de campagne. Dans les deux cas, tout est légal, l'objectif étant de pousser les donateurs de l'UMP a contribué également à cette structure. Autrement dit, en ayant créé ce parti fantôme, Sarkozy peut recevoir théoriquement deux fois 7 500 euros, soit 15 000 euros. Et encore, ce n'est pas le seul parti fantôme qui le soutient...

"L'Association nationale des amis de Sarkozy" utilisait un système de financement opaque

La deuxième structure ayant le statut de parti politique s'appelle "l'Association nationale des amis de Sarkozy". Comme le précise le Canard enchaîné, "ce second parti semble, lui, en sommeil. Fondée en 2002 et située à Limoges (Haute-Vienne), cette organisation de masse a pour président un certain Christian Estrosi et comme trésorier... Brice Hortefeux. En 2007, son budget ne dépassait pas les 70 000 euros".
Malgré cette somme plutôt modeste, la commission des comptes de campagne avait rappelé à l'ordre cette structure car elle utilisait un compte "Paypal" pour recueillir des dons sur internet. Or, ce système très utilisé sur le web a comme inconvénient de garantir l'anonymat du donateur. De fait, il était impossible de vérifier si l'argent venait effectivement de particulier ou de personnes morales.
C'est tout le paradoxe des responsables politiques. Le mode de financement des partis a été entièrement revu dans les années 1990 pour assainir les finances des partis. Mais ceux-là même qui ont modifié les règles ont aussitôt trouvé un stratagème pour les contourner.

Source : Didier Hassoux et Jean-Michel Thénard, "Ces faux partis politiques qui servent de vraies tirelires", Le Canard enchaîné n°4649, 2 décembre 2009

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart