amdb
JOURNALISTE INDEPENDANT, FONDATRICE ET DIRECTRICE DE PUBLICATION DU BLOG DB-NEWS.
Abonné·e de Mediapart

1040 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2021

Journée mondiale de la liberté de la presse, 3 mai 2021

La célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, est l’occasion de rappeler les dangers que courent les femmes et les hommes de médias partout dans le monde.

amdb
JOURNALISTE INDEPENDANT, FONDATRICE ET DIRECTRICE DE PUBLICATION DU BLOG DB-NEWS.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelques chiffres révélés par le baromètre de Reporters sans frontières (RFS), édition 2021 en disent long sur l'état de la liberté d'expression sur les cinq continents (l'Europe, l'Afrique, l'Asie, l'Amérique et l'Océanie).  On déploré notamment : 8 journalistes tués ; 4 collaborateurs tués ; 317 journalistes emprisonnés ; 100 journalistes citoyens emprisonnés ; 13 collaborateurs emprisonnés.

Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO – Journée mondiale de la liberté de la presse, 3 mai 2021

Covid 19

Avec l’arrivée de la pandémie du coronavirus, la liberté d’expression a été réduite de façon drastique, elle est devenue l’alibi par excellence pour museler et taire les voix dissonantes.

Pour qu’un journaliste soit précis et fiable, il a besoin d’enquêter, de croiser les informations, de poser des questions, etc. Malheureusement, sous certains cieux, effectuer ce travail est synonyme d’ennuis judiciaires, d’être taxé d’opposant, de se voir refuser des accréditions, se retrouver au chômage ou simplement y perdre sa vie.

Proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) en 1991, la journée de la liberté de la presse est aussi une réponse à l’appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias.

Pour rappel, la Déclaration de Windhoek appelle à établir, maintenir et encourager une presse indépendante, pluraliste et libre et souligne, en même temps, l’importance d’une presse libre pour le développement et le maintien de la démocratie dans une nation, ainsi que pour le développement économique.

"L’information comme bien public", est la thématique choisie cette année par l’UNESCO, afin de souligner la valeur incontestable d’une information vérifiée et fiable. Il appelle l’attention sur le rôle essentiel que jouent les journalistes libres et professionnels dans la production et la diffusion de ces informations, en luttant contre les fausses informations et autres contenus préjudiciables.

Logo - UNESCO - Journée de la liberté de la presse, 3 mai 2021 – Thème : "L’information comme bien public"

L’édition 2021 de la Journée mondiale  est marquée par la tenue d’une conférence internationale hybride organisée par l'UNESCO et le gouvernement de Namibie qui se déroule du 29 avril au 3 mai à Windhoek, appelant  à l'urgence de faire face à la menace d'extinction à laquelle sont confrontés les médias locaux dans le monde, une crise aggravée par la pandémie COVID-19.


Message de Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse3 mai 2021.

Il y a aujourd’hui 30 ans, des journalistes, des rédacteurs en chef et des éditeurs de toute l’Afrique se rassemblaient pour rédiger un appel en faveur de la liberté de la presse : la Déclaration de Windhoek sur le développement d’une presse africaine indépendante et pluraliste. Cette déclaration historique visait à faire de la libre circulation de l’information un bien commun – un objectif toujours d’actualité.

Depuis 1991, le paysage de l’information a connu des changements considérables, notamment avec l’arrivée d’Internet et des médias sociaux. Des possibilités inouïes s’offrent à présent à nous pour nous exprimer, nous tenir informés et communiquer avec les autres. Mais nous devons également faire face à la montée de la désinformation et des discours de haine, au bouleversement des modèles économiques des médias et à la concentration du pouvoir entre les mains d’un petit nombre de sociétés privées.

La pandémie a mis en évidence la nécessité de disposer d’informations fiables. C’est grâce au journalisme indépendant que nous avons pu mieux comprendre cette crise. Les journalistes se sont rendus sur le terrain, souvent à leurs risques et périls. Beaucoup d’entre eux ont été menacés, arrêtés, harcelés – en particulier les femmes. Soixante-deux journalistes ont été tués pour leur travail en 2020, et bien d’autres ont perdu la vie à cause de la COVID-19. Nous leur en sommes immensément redevables.

La pandémie a également aggravé des problèmes existants, de nombreux médias faisant désormais face à des pertes financières. Le pouvoir des plates-formes Internet s’est encore renforcé, à la faveur des confinements qui nous ont contraints à effectuer en ligne une grande partie de nos activités quotidiennes. Et les fausses informations et les rumeurs ont fleuri, avec parfois de terribles conséquences. 

Cette année, le thème retenu pour célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse, « L’information comme bien public », souligne la valeur incontestable d’une information vérifiée et fiable. Il appelle l’attention sur le rôle essentiel que jouent les journalistes libres et professionnels dans la production et la diffusion de ces informations, en luttant contre les fausses informations et autres contenus préjudiciables.

Ce thème concorde avec les efforts menés par l’UNESCO pour garantir la bonne santé à long terme d’un journalisme indépendant, pluraliste, ainsi que la sécurité des professionnels des médias partout dans le monde, notamment dans le cadre du Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité.

Dans le cadre de ces efforts, nous nous employons à instaurer une plus grande transparence sur les plates-formes en ligne dans des domaines tels que la modération des contenus, tout en respectant les droits de l’homme et les règles internationales en matière de liberté d’expression. Nous dotons les citoyens, au titre de l’éducation aux médias et à l’information, des compétences dont ils ont besoin pour évoluer dans ce nouveau paysage de l’information, et leur permettre d’éviter les tromperies et les manipulations en ligne.

Aujourd’hui, nous nous employons également à faire en sorte que l’évolution de ce paysage soit prise en compte dans les principes inscrits dans la Déclaration de Windhoek, à l’heure où nous célébrons le 30e anniversaire de ce texte fondamental lors de la Conférence mondiale sur la liberté de la presse, qui doit se tenir à Windhoek, en Namibie, les 2 et 3 mai.

À l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, j’appelle chacun et chacune à renouveler son engagement en faveur du droit fondamental à la liberté d’expression, à défendre les professionnels des médias et à se joindre à nous pour garantir que l’information reste un bien public.

Audrey Azoulay
Directrice générale de l’UNESCO

Journée mondiale de la liberté de la presse, 3 mai 2021 – Message d’António Guterres, secrétaire général des Nations unies

De son côté, le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a affirmé "que dans de trop nombreux pays, les journalistes et les professionnels des médias sont confrontés à la censure, aux abus, au harcèlement, à la détention et même à la mort, simplement pour avoir fait leur travail. A l'occasion du "World Press Freedom Day"," j'exhorte tous les gouvernements à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour soutenir des médias libres, indépendants et diversifiés."

Anne Marie DWORACZEK-BENDOME - Journée mondiale de la liberté de la presse, 3 mai 2021

@DworaczekBendom

03 MAI 2021

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI