Gabon : Budget de l’Etat - Rigueur et responsabilité

Gabon-Budget de l’Etat - Rigueur et responsabilité Gabon-Budget de l’Etat - Rigueur et responsabilité
Entre 2016 et 2017, il devrait être observé une diminution de 17,5% des dépenses budgétaires. Cette tendance maîtrisée s’expliquerait par la poursuite de la stratégie du gouvernement visant à contenir les dépenses de fonctionnement afin de libérer l’espace fiscal pour le financement des investissements structurants dans un contexte macroéconomique peu favorable.

- Personne n’est pour l’instant en mesure de prévoir les changements apportés par une éventuelle loi de finances rectificative, mais selon les projections initiales, les efforts du Gabon se traduiront par un plafonnement des dépenses budgétaires à 1 775,9 milliards F.cfa contre 2 152,2 milliards F.cfa arrêtés dans la loi de finances 2016, soit une baisse de 376,2 milliards F.cfa.

- Les dépenses courantes devraient être en baisse de 185,6 milliards F.cfa par rapport au budget 2016 et s’établiraient ainsi à 1 403,8 milliards F.cfa. Elles se composent des charges financières de la dette et des dépenses de fonctionnement et des autres dépenses.

- Les dépenses en capital devraient également diminuer de 190,6 milliards F.cfa par rapport à 2016 et se situeraient à 372 milliards F.cfa.

- Enfin, les dépenses de personnel s’établiraient à 712 milliards F.cfa dans la loi de finances 2017 contre 732,2 milliards F.cfa en 2016. Elles comprennent, outre la solde permanente, les rémunérations autres catégories de salariés et les prestations sociales des agents de l’Etat.

- La solde permanente est projetée à 662 milliards F.cfa. Elle comprend : la solde indiciaire, la solde globale, les indemnités et les présalaires.

Mais malgré cette politique de rigueur budgétaire dicté par un contexte économique particulièrement difficile, le gouvernement a tenu à être clair : il n’y aura pas de réduction de salaires au Gabon. Une précision d’une importance cruciale car les opposants en mal d’arguments cherchent à semer la confusion dans le but de bloquer la machine administrative par des grèves sans fondement.Pour la Direction Générale du Budget et des Finances Publiques, rigueur doit rimer avec responsabilité en matière de politique budgétaire car malgré un contexte délicat, le pays doit maintenir le cap dans son ambition de développement socioéconomique. 



Source : Direction Générale du Budget et des Finances Publiques
Mise en ligne par : Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
Le 04 février 2017.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.