Opposants, interdiction de sortie du territoire Gabonais ou la fin du gentlemen’s agr

“Quand le mensonge prend l'ascenseur, la vérité prend l'escalier... Elle met plus de temps, mais elle finit toujours par arriver.”
Opposants-interdiction-du-territoire-Gabonais-fin-du-gentlemen’s-agreement Opposants-interdiction-du-territoire-Gabonais-fin-du-gentlemen’s-agreement


Après ce que qualifient les autorités gabonaises de « trouble à l'ordre public", les opposants gabonais et plusieurs leaders de l'opposition sont interdits de sortir du territoire jusqu’à nouvel ordre.

A quoi est dû ce revirement  ?

Depuis la fin du scrutin du 27 aout 2017, pas une semaine, un mois sans que la grande aristocratie PDG devenue opposante de circonstance ne quitte le Gabon, sourire aux lèvres pour aller insulter leur parent, frère,beau-frère, fils, ami et compagnons de route, M. Ali Bongo Ondimba et son pouvoir sous d’autres cieux. Et toujours comme si de rien n’était, ils reviennent au bercail sans crainte.

Le gouvernement dit que   "Cette mesure est consécutive aux propos séditieux de Jean Ping tenus le 18 août 2017 quand il appelait au trouble à l'ordre public, à la rébellion et à l'insurrection"
Enfumage, Jean Ping a déjà déclaré pire que cela, aucune mesure n’a jamais été prise contre lui ou les autres. Conclusion, la vérité est ailleurs.L’entente tacite est manifeste : "Tu fais ton bruit en amusant la galerie et tu nous ...", ainsi, le 25 juillet dernier, quand M. Jean Ping rentre de sa de tournée européenne, on est étonné de voir une personne qui rentre par une simple ligne commerciale être accueillie avec tous les égards, en sus, salon privé, etc.

Jean Ping, le bon amortisseur entre le peuple et le pouvoir

Et quand on avait l’audace de dire à certains opposants, "vous mentez aux Gabonais". "Vous sortez comme bon vous semble et vous revenez sans souci, quels sont les accords secrets entre vous et le pouvoir ?" 

La réponse est invariablement la même : "Foutaises"
Un autre signe, des opposants installés en Europe reçoivent tranquillement l'argent des loyers de résidences qu'ils louent ci et là, et toujours sans problème, les exemples de cette duplicité sont nombreuses.

Aïe !

Au Gabon, il y a la justice des relégués de la république et celle des personnes de droit divin. On comprend entre les lignes que les opposants ont outrepassés les accords, ils n’ont pas respecté ce qui avait été décidé derrière le dos des simples citoyens. Désormais, fini les promenades et le repos dans les belles demeures acquises avec l’argent des contribuables en Europe, en Amérique, etc.

Un proverbe africain dit « quand on crache l’air, on reçoit toujours sur son nez des gouttes de salive ».  Gabon maison de verre … !

 

Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
04 SEPTEMBRE 2017

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.