Bassesses politiques : Acharnement contre Brice Laccruche Alihanga

Dévoiement, ignominie, bassesse, degré zéro de la politique… On croyait avoir tout vu, tout entendu, mais la publication récente, via les réseaux sociaux, du certificat de mariage des époux Laccruche Alihanga, père et mère du jeune directeur de cabinet du Président de la République Ali Bongo Ondimba, M. Brice Laccruche Alihanga, sont indignes, injustifiables, inacceptables.

Brice Laccruche Alihanga,  Directeur de cabinet du Président de la République Ali Bongo Ondimba Brice Laccruche Alihanga, Directeur de cabinet du Président de la République Ali Bongo Ondimba

Quels idéaux défendent ces chacals, corbeaux et hyènes de la pire espèce ?
Mettre sur la place publique des documents privés de deux paisibles citoyens, qui n’ont aucune responsabilité dans la gestion de la chose publique quoi apporte à la conduite des affaires du pays, au développement et à amélioration de la vie des populations ?

 
Décrété l’homme à abattre par les assoiffés de pouvoir que son positionnement gène, le directeur de cabinet du chef de l’Etat subit depuis quelques mois des attaques ordurières d’une certaine presse de caniveaux, noyautée par des individus sans foi ni loi. Une bande d’aigris et de bras cassés, ont décidé de lui pourrir la vie par des révélations grotesques.

On l’accuse de tous les péchés capitaux. Et comme les mensonges et autres allégations ne suffisent plus, ces esprits malfaisants sont allés jusqu’à subtiliser des documents appartenant à ses parents pour les publier sur les net aux fins de lui nuire davantage. Au pays du kongossa (rumeur), de telles bassesses sont du pain béni à toutes les spéculations malveillantes.

Le sordide complot de quelques instables personnages d’un passé révolu, qui dénaturent la pratique et l’exercice de la politique au Gabon, fait de la peine. On peut ne pas apprécier ou aimer Brice Laccruche Alihanga, mais pourquoi doit-on s’en prendre à ses parents, à sa famille ?

Quoique certains disent ou pensent, la politique ne permet pas tout, et toutes les explications du monde ne justifieront jamais le fait que l'on ait pu livrer aux chiens l’honneur de toute une famille. Juste pour nuire et livrer à la vindicte populaire un collaborateur du chef de l’Etat dont le seul tort est de faire son travail.


Quand va-t-on comprendre dans ce pays que la politique c’est le débat d’idées, et non les attaques personnelles sur la vie privée de l’adversaire encore moins de sa famille ?


Les prédateurs qui ont décidé de faire de Brice Laccruche Alihanga leur proie politique, en se cachant derrière l’anonymat des réseaux sociaux, doivent savoir que leur action déstabilisatrice est vouée à l’échec.  Simplement parce que, encore une fois, il a la conscience tranquille de celui dont la seule ambition est de servir le Président de la République, Son Excellence Ali Bongo, avec abnégation et loyauté. Ce qui n’est pas le cas de la bande de félons, qui manipulent la toile à coups de fake news pour brouiller les pistes.

 


Rédaction @DBNEWS
06/05/2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.