Prix Bayeux-Calvados-Normandie 2020, censure de la journaliste canadienne Judi REVER

@Dworaczekbendome

Des associations reconnues pour leur action en faveur de la paix et du respect des droits humains ont signé une lettre ouverte, suite à la déprogrammation de la journaliste indépendante canadienne, Judi Rever, de la 27e édition du Prix Bayeux-Calvados-Normandie des correspondants de guerre, qui a eu lieu samedi 10 octobre. Une décision justifiée par l'organisation en raison de la polémique qui entoure son livre "Rwanda, l'éloge du sang

La journaliste indépendante canadienne, Judi Rever. La journaliste indépendante canadienne, Judi Rever.

Lettre ouverte au Prix BAYEUX CALVADOS-NORMANDIE DES CORRESPONDANTS DE GUERRE

Le 11 janvier 2015, nous étions des millions à marcher, stylos à la main, pour défendre nos journalistes et la liberté d’expression. Nous étions tous convaincus que cette liberté d’expression chère aux pays démocratiques était également gage de paix et de justice.

Plus de cinq années après, nous découvrons, encore une fois, qu’à l’initiative de la rédaction de CHARLIE HEBDO, les journalistes français écrivent une lettre ouverte aux concitoyens les exhortant à se mobiliser pour défendre encore une fois la liberté d’expression.

Ce rappel de la rédaction de CHARLIE HEBDO interpelle. Il sonne comme si ce soutien demandé n’est pas naturellement acquis. Permettez-nous de vous rassurer et vous exprimer haut et fort notre soutien. Nous comprenons l’importance de la liberté d’expression des journalistes et avons toujours un œil tourné vers les peuples qui survivent sous des dictatures, et qui n’ont parfois d’autres voix que certains celles des journalistes étrangers.

Reprenant la lettre ouverte signée par une très large majorité des journaux français, nous partageons en effet vos préoccupations, à savoir que « la crainte légitime de la mort n’étende son emprise et n’étouffe inexorablement les derniers esprits libres ».

Nous la partageons d’autant plus que nous le constatons tous les jours dans nos pays d’origine, dans lesquels, pour avoir osé prendre la liberté d’exprimer l’opinion du peuple, les journalistes peuvent subir l’emprisonnement ou les pires sentences telles que la disparition forcée, la mort, la torture … (Voir lien n°1)

Mais alors, voilà que ces mêmes régimes tyranniques que vous dénonciez hier et contre lesquels vous nous appelez aujourd’hui à vous soutenir sont les mêmes qui parfois dictent votre ligne rédactionnelle.

A l’heure où nous brandissons encore une fois nos stylos pour vous écrire, c’est un bien triste anniversaire que le dernier attentat terroriste visant les journalistes vous a, sans doute, fait oublié.

En effet, le 1er octobre 2010, le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme publiait son rapport « Mapping » sur les crimes les plus graves commis en République démocratique du Congo (RDC) entre 1993 et 2003. (Voir lien n°2)

Nous parlons de millions de victimes innocentes, et l’une des rares journalistes à avoir eu la volonté et le courage de raconter ces atrocités, Mme JUDI REVER, est elle-même censurée par ses confrères français. Un comble ! Comment mettre en doute le contenu du livre de JUDI REVER alors que le Docteur Denis MUKWEGE prix Nobel de la Paix 2018 dénonce lui-même ces atrocités bien détaillées dans le rapport « Mapping » (Voir lien n°3)

Prix Nobel de la paix 2018 : Denis Mukwege accuse © Le Monde

La dernière censure en date est le retrait de son œuvre du prix Bayeux CALVADOS-NORMANDIE, censé « rendre hommage aux journalistes qui exercent leur métier dans des conditions périlleuses pour permettre d'accéder à une information libre » suite à des pressions d’autres journalistes.

Rappelons que la version anglaise de cet œuvre éditée par Penguin Random House Canada a reçu de nombreux prix, nul doute que vous ferez votre travail de journalistes pour vous y intéresser.

Il eut été intéressant de confronter l’enquête de Madame JUDI REVER à d’autres enquêtes, toutes aussi rigoureuses, qui auraient été faites par d’autres journalistes. Un débat n’est-il pas plus en ligne avec la liberté d’expression plutôt que de voir des journalistes exercer des pressions pour obtenir la censure d’une autre journaliste.

Face aux pressions exercées par un certain nombre de journalistes à l’encontre de Madame JUDI REVER, nous nous demandons si une partie de votre corporation n’a pas déjà oublié le combat pour la liberté d’expression qu’elle est censée mener sans relâche.

Permettez-nous de faire ce déplorable constat, qui se confirme de plus en plus. Pour certains journalistes en France, aucun débat, aucune liberté d’expression ne sont autorisés lorsqu’il s’agit d’écorcher l’image du régime tyrannique actuellement au pouvoir au Rwanda et dont les répercussions déstabilisent toute la région.

Malgré ce constat, nous tenons à signaler que nous continuerons sans cesse à soutenir les rares journalistes de terrain, parmi vous, qui souhaitent conserver leur liberté d’expression.

C’est aussi la raison pour laquelle, nous continuons de soutenir Madame JUDI REVER, ou tout autre journaliste de terrain qui prend le risque de raconter l’enfer vécu par les réfugiés Rwandais et le peuple congolais dans le conflit qui ravage le pays et la région depuis plus de vingt ans.

 

Associations Signataires :
JAMBO
AMAHORIWACU
CLIIR (Centre de Lutte contre l'Impunité et l'Injustice au Rwanda)
AGLAN (African Great Lakes Action Network)
FONDATION VICTOIRE POUR LA PAIX
GLOBAL CAMPAIGN FOR RWANDANS’HUMAN RIGHTS
RiFDP (Réseau international des Femmes pour la Démocratie et la Paix)
COVIGLA ➢ LA COMMUNAUTE RWANDAISE DE LYON
AJDHD (Association pour la justice, les droits humains et le développement dans la région des Grands Lacs)

Interview : Judi REVER, invitée de la  Chaine TELESUD 

Le Nouveau Monde avec Vincent Hervouët TELESUD 24/09/20 © Telesud TV

DBNEWS
11/10/2020

Liens :
1. De « FRANCE 24 » : Anjan Sundaram : “Au Rwanda, l’État s’impose sur la réalité” https://www.youtube.com/watch?v=OjoG9vOu_KY 2.De « Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme » : La version intégrale du rapport « Mapping » en Français et en Anglais. Version anglaise : https://www.ohchr.org/Documents/Countries/CD/DRC_MAPPING_REPORT_FINAL_E N.pdf 3.   

3. De « Le Monde » : Prix Nobel de la paix 2018 : Denis Mukwege accuse https://www.youtube.com/watch?v=IUB9btNCSCA

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.