Chine : L’université de Chongqing recrute des étudiants pour devenir “mouchard”

Publié par @DworaczekBendom

D’après un article paru dans le journal « Radio free Asia », l’université de Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine, recruterait des “étudiants informateurs « qui parlent des langues minoritaires, dans le cadre d’une campagne de recrutement visant à « maintenir la stabilité politique » sur le campus.

Chine - L'’université de Chongqing recrute des étudiants pour devenir "mouchard" 2021©DBNEWS Chine - L'’université de Chongqing recrute des étudiants pour devenir "mouchard" 2021©DBNEWS

Les mouchards

Selon le communiqué émis par l’université, peuvent postuler au recrutement, “Les membres du parti, les dirigeants étudiants, les candidats qui comprennent les langues minoritaires et ceux issus de familles pauvres de préférence“, indique le communiqué. “La rémunération et les primes seront prises en charge par le département de police municipal de Chongqing.”

D’après une source qui souhaite rester anonyme, les informateurs étudiants sont présents dans la plupart des cours, des tutoriels et des conférences pour suivre tout ce que disent les étudiants et les professeurs.

Les “balances”

Les agents étudiants informateurs travaillent à temps partiel et beaucoup de professeurs en Chine sont dénoncés par ces informateurs de sécurité du campus. Le travail effectué par ces informateurs sur les campus chinois a abouti au licenciement ou à la suspension de dizaines d’universitaires depuis 2019.

Des identités gardées secrètes

En décembre 2019, les universités chinoises ont commencé à supprimer les références à la liberté académique de leurs chartes et à les remplacer par un engagement de loyauté envers le Parti communiste chinois (PCC).

La prestigieuse université Fudan de Shanghai a supprimé les références à la « liberté de pensée », ce qui a provoqué un applaudissement audacieux sur les médias sociaux de la part des étudiants, qui avaient organisé une manifestation éclair sur le campus à l’époque.

Le ministère chinois de l'Éducation a déclaré que l'Université de Nanjing et l'Université normale du Shaanxi avaient également soumis des versions modifiées de leurs chartes à son ministère, qui les avait approuvés les trois.

Cette décision est intervenue après qu'un certain nombre d'étudiants maoïstes des meilleures universités se soient rassemblés dans la ville méridionale de Shenzhen pour soutenir les travailleurs de » Jasic Technology », dans leur tentative de créer un syndicat indépendant. Des dizaines d'étudiants ont été détenus et arrêtés, tandis que certains étaient garder au secret.

Contrôles idéologiques

Dès l’arrivée au pouvoir en 2012 de Xi Jinping, ce dernier a lancé un ensemble sans précédent de contrôles idéologiques et renforcé les institutions nécessaires pour les faire respecter.

Xi Jinping a averti à plusieurs reprises les membres de la classe politique, de ne pas diffuser de message en public, et a mis en place une agence de surveillance nationale pour superviser et détenir toute personne liée à distance avec le gouvernement, y compris les fonctionnaires, les enseignants, les universitaires, les journalistes et les entrepreneurs.

Depuis, les autorités intensifient le suivi du personnel et des étudiants des établissements d'enseignement supérieur du pays, grâce à l'utilisation de données personnelles, de caméras de surveillance dans les salles de classe, ainsi que via des étudiants informateurs, qui font généralement des rapports aux autorités environ une fois toutes les deux semaines, selon des documents en ligne.

Les 7 tabous

L’action de Xi Jinping, secrétaire général du  Parti communiste chinois et président de la République populaire de Chine, découle de l’article de 2013 du parti communiste Chinois, intitulé « Améliorer le travail idéologique et politique parmi les jeunes enseignants des collèges et universités », et de sa réitération des « sept tabous » qui ne doivent pas être discutés dans la fonction publique par les fonctionnaires de l'État, y compris les enseignants :
1 - les valeurs universelles des droits de l'homme et un gouvernement démocratique et constitutionnel ;
2 - liberté de presse ;
3 - société civile ;
4 - les droits des citoyens ;
5 -  les erreurs historiques du Parti communiste chinois ;
6 - l'élite financière et politique ;
7 - et l'indépendance judiciaire.


12 MARS 2021

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.