Gabon: Libérez Gaël Koumba Ayouné alias le "Général du Mapane

Gaël Koumba Ayouné alias le "Général du Mapane » en prison avec un dossier vide.

Libérez Gaël Koumba Ayouné Libérez Gaël Koumba Ayouné

Gaël Koumba Ayouné alias le "Général du mapane", un proche et indéfectible soldat du président Ali Bongo Ondimba est poursuivi et embastillé depuis le 06 février 2019, par le ministère public sur un dossier vide et après une garde à vue digne de la célèbre prison américaine tant décriée de Guantánamo dans le Sud-Est de Cuba.

Sévices graves et cruels, Gaël Koumba Ayouné a été durant cinq (5) jours attaché avec des menottes sur une chaise au B2. Drôle de traitement vis à vis d’un élément fidèle qui était sur le terrain pendant les heures difficiles et sombres de la présidentielle du 27 aout 2016.

Règlement de compte !
Loyauté à toute épreuve, quand on annonce la fausse mort d’Ali Bongo après son accident cardio-vasculaire à Riyad en Arabie Saoudite, Gaël Koumba Ayouné est le premier jeune au Gabon, proche d’Ali Bongo Ondimba qui monte au créneau et réaffirme son attachement à ce dernier. Par la suite, Gaël Koumba Ayouné a organisé une cérémonie de bwiti, l’un des rîtes traditionnels du pays, pour le prompt rétablissement du Président Ali. En un mot, il était de tous les combats favorables au régime d'Ali Bongo Ondimba.

 

GAËL KOUMBA AYOUNE GAËL KOUMBA AYOUNE
Aujourd’hui, que reproche-t-on à ce jeune père de famille ?

Je profite de l’occasion pour taire les balivernes qui voudraient que M. Gael Koumba Ayouné soit loin des siens à cause des enregistrements avec Camile Ismaël Borobo Manfoumbi et ''Lanlaire'', de son vrai nom, Landry Mbeng, contre Frédéric Bongo Ondimba; il n’en est rien, ce n’est pas la  cause.

D’après le dossier dont son avocat et sa famille ont pris connaissance, le procureur de la république, représentant d’une justice partiale et bancale l’a fait déférer à "Sans famille", nom donné à la prison centrale de Libreville, pour des causes futiles, à savoir:
- Port de treillis militaire: pures balivernes, car on en a vu d’autres en photo au Gabon, en treillis militaire, sans avoir été jetés en prison;
- Exhibition avec une arme à feu sur une photo: encore des balivernes, car là aussi, on a vu des gens en photos tenant des objets qui ressemblaient à s’y méprendre à des fusils, alors que c’était de simples jouets. Pour Gael Koumba Ayouné, c’était le cas aussi.

 
En conclusion, Gaël Koumba Ayouné est détenu arbitrairement derrière les barreaux sur des prétextes fallacieux. Pour être claire, il est détenu pour rien du tout; le dossier est vide. Autre information que le procureur semble ignorer, « le soutien de Gaël Koumba Ayouné au Président Ali Bongo Ondimba lui a valu des menaces de mort ». S’afficher publiquement avec une arme qui de plus était factice, était un moyen comme un autre de signifier à ceux qui en voulaient à sa vie, qu’il n’avait pas peur. 

Quant au port du treillis, foutage de gueule, on en vend dans tous les bazars de Libreville, tout comme à “Moutouki”. Nous avons tous souvenance que M. Gael Koumba Ayouné était habillé avec un treillis lors du dialogue politique d’Angondjé: personne n’avait trouvé à redire. Puisque le dossier est vide, pour quelle autre raison garde-t-on derrière les barreaux, ce jeune homme qui n’a pour ambition que d’être au service de ses concitoyens?

C’est avec de tels comportements que vous rendez les gens hostiles au Président Ali Bongo Ondimba et au système qu’il incarne. Si demain, sortie du cauchemar dans lequel vous le maintenez aujourd’hui, il s’éloigne du Président et de la majorité présidentielle, vous serez les premiers à le traiter d’opposant. A la fin, que voulez-vous exactement? - Les règlements de compte par le biais d’une justice infâme et malade ne sont pas dignes pour d'un pays qui se présente au monde comme respectueux des droits humains.

Libérez M. Gaël Koumba Ayouné 
Il a ses défauts comme monsieur et madame tout le monde, personne n’est parfais, mais, les faits retenus contre lui ne méritent pas ce que vous lui faites subir en toute illégalité.

 

Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
16 Février 2019.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.