Commandant Frédéric Bongo Ondimba: Focus sur un homme de l’ombre influent et discret

Depuis l’hospitalisation en Arabie saoudite, le 24 octobre dernier, du président du Gabon, M. Ali Bongo Ondimba, la machine de désinformation tourne à plein régime contre le Commandant Frédéric Bongo Ondimba, le patron des services spéciaux et demi-frère du Chef de l’État Gabonais.

Gabon-Commandant Frédéric Bongo Ondimba Gabon-Commandant Frédéric Bongo Ondimba
Focus sur un homme de l’ombre influent et discret

Il est véritablement "l'homme de confiance, les yeux et les oreilles d’Ali Bongo Ondimba". Autour du cercle d’hommes et de femmes proche du Président Ali Bongo Ondimba et qu’il côtoie quotidiennement, Frédéric Bongo Ondimba occupe une place centrale.  Il est le patron des Services spéciaux depuis des années, il renseigne scrupuleusement le Président sur tout ce qui concerne la sécurité intérieure comme extérieure. Frédéric Bongo Ondimba est un militaire. De caractère réservé, il peut paraître distant pour ceux qui ne le connaissent pas. Il est âgé de 38 ans, le même âge que l’actuel directeur de cabinet du président Ali Bongo Ondimba, M. Brice Laccruche Alihanga.

 

Frédéric Bongo Ondimba a été formé dans la plus prestigieuse école militaire Française, Saint-Cyr. Une institution mondialement connue, qui forme l’élite des officiers de l’Armée de terre et dont les principales valeurs sont la loyauté, la solidarité, la discipline et le respect de la hiérarchie. Les qualités humaines exceptionnelles de Frédéric Bongo Ondimba sont unanimement reconnues par toutes les personnes qui le connaissent, ses amis comme ses ennemis. On admire sa loyauté et on salue sa légendaire discrétion.

 

"Sang pour sang".  En 2009, Frédéric Bongo Ondimba choisit de se mettre au service de son grand frère Ali Bongo, quand celui-ci a été élu Président de la République. Ce que peu de gens savent, c’est qu’à cette époque, il a pris le temps de la réflexion, car il avait d’autres projets en France, le pays où il est né et a grandi jusqu’à la fin de ses études à Saint-Cyr. Pour lui, cela n’allait pas de soi de faire carrière au Gabon. Ce qui est le contraire d’autres, dont le Gabon n’ait qu’une terre d’enrichissement digne d’un "Puits sans fond".

"L'homme qu'il faut à la place qu'il faut".  Par sa formation de militaire, il a été inculqué au Commandant Frédéric Bongo Ondimba, l’esprit du devoir envers sa patrie. Et cette terre n’est pas la France, mais le Gabon. Il a donc décidé de servir son pays aux côtés de son frère aîné devenu Président.  "Quoi de plus normal" 

L’origine des reproches de ses pourfendeurs. Par la collaboration avec le président Ali Bongo Ondimba, l’homme ne tarde pas à découvrir que derrière les sourires obséquieux, les valeurs de loyauté et de solidarité dont il a été façonné pendant toute sa formation militaire à Saint-Cyr, n’étaient pas du tout de mise dans l’entourage du Président. Voire même auprès de ses propres amis. Et c’est à ce moment que les ennuis ont commencé pour lui…  

En tant que patron des Services spéciaux, depuis des années, il renseigne scrupuleusement le Président sur tout ce qui concerne la sécurité intérieure comme extérieure. Pour cette raison, il devient aussitôt comme l'homme qui dérange le monde des prédateurs et autres destructeurs de l’État.  

De son observation approfondie de la cohorte qui a accès au président Ali Bongo Ondimba, et il s’est vite rendu compte que les problèmes les plus importants concernant la sécurité, mais aussi les trahisons et autres détournements de fonds venaient souvent d’eux. Voire même, de ses très proches collaborateurs. Il a fait des rapports circonstanciés au Président, ce qui évidemment lui a valu d’innombrables inimitiés qui prennent aujourd’hui une ampleur plus importante, du fait de l’absence momentanée du Chef de l’État. 

 

"Dégager le gêneur"

Depuis des années, les personnes cherchant à évincer Frédéric Bongo Ondimba sont nombreuses. Et, d’après nos sources, ce sont des personnes très proches du Président qui ont récemment eu l’idée de lancer une rumeur selon laquelle ce dernier chercherait à prendre la place de son grand frère ! Mais pour que cela ait l’air vraiment crédible, ils ont fait circuler cette rumeur par des personnes de l’opposition. Et ça se propage…

"Bouc émissaire tout trouvé", pourquoi prêter des ambitions présidentielles à celui qui n'en a pas ? Les apatrides sont aux commandes et manipulent tout le monde pour la préservation de leurs prébendes. Les ennemis du peuple gabonais qui se servent de l’argent volé aux contribuables pour mener grand train de vie et acheter quelques personnes au sein de la diaspora distraient simplement les gens. Ils mettent Frédéric Bongo Ondimba devant, alors que la mascarade du fils ou de la fille est ailleurs.

On dit certes que "l'occasion fait le larron", mais il faut être sérieux, les hommes comme Frédéric Bongo Ondimba, s'ils veulent faire des coups de force, cela ne se serait pas su et diffusé sur les réseaux. Ils espèrent qu’avec des fake news et des colportages divers et variés, qu’ils arriveront à se débarrasser de celui qui est le plus grand obstacle à leur ambition de faire  main basse sur le Gabon.

"L'heure est grave! ". Des personnes qui influent autour d’Ali Bongo Ondimba : Est-ce Frédéric Bongo Ondimba qui gère actuellement les finances ? -  Est-ce Frédéric Bongo Ondimba qui convoque les ministres pour transmettre des feuilles de route sur la continuité de la gestion de la chose publique ? - Est-ce auprès de Frédéric Bongo Ondimba que les vautours vont se ravitailler en fonds pour soudoyer les populations et payer les pamphlétaires ?

 

Vigilance, Vigilance !

Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
16/11/2018

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.