Ibrahim ALBALAWI : L’action et l’engagement de l’Arabie Saoudite au sein de UNESCO

L’Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO et Membre du Comité de pilotage de l’Année internationale des langues autochtones 2019, le Professeur Ibrahim ALBALAWI, explique l’engagement, la vision et l’action de son pays au sein de l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO).

UNESCO, Paris. - Le Pr. Ibrahim ALBALAWI Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO Membre du Comité de pilotage de l’Année internationale des langues autochtones 2019 UNESCO, Paris. - Le Pr. Ibrahim ALBALAWI Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO Membre du Comité de pilotage de l’Année internationale des langues autochtones 2019
Coopération Internationale
Diverses contributions ont caractérisé la participation de la Délégation saoudienne dans le cadre du Comité de pilotage de l’Année internationale des langues autochtones 2019. Dans ce contexte, jai eu lhonneur deffectuer une intervention lors du lancement de l’Année internationale, en janvier 2019, et prononcé un discours lors de la conférence organisée en Chine, en septembre 2018, sur le « rôle de la diversité linguistique dans la construction dune communauté mondiale et un futur partagé : protection, accès et promotion des ressources linguistiques ».

En juillet 2019, j
’ai également participé avec un grand intérêt à la conférence organisée à Iakutsk (Fédération de Russie), au sujet de la « préservation des langues et développement de la diversité linguistique dans le cyberespace ». J’ai aussi suivi, avec une attention particulière, la conférence organisée à l’UNESCO en septembre 2019 sur lalphabétisation et le multilinguisme.

Cette idée de compréhension des réalités du monde anime aussi la contribution de l’Arabie Saoudite comme membre du Comité intergouvernemental du Programme de la Gestion des transformations sociales (MOST). Elle contribue à la promotion de ce Programme dont le but est de produire des outils de recherche et des connaissances qui permettent de mieux comprendre la complexité et les problématiques qui traversent le monde, et d’inspirer les politiques publiques qui gèrent les transformations sociales.

UNESCO, Paris. - Le Pr. Ibrahim ALBALAWI Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO Membre du Comité de pilotage de l’Année internationale des langues autochtones 2019 UNESCO, Paris. - Le Pr. Ibrahim ALBALAWI Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO Membre du Comité de pilotage de l’Année internationale des langues autochtones 2019
Rôle et Vision de l’Arabie Saoudite, membre fondateur de l’UNESCO
Le Royaume d’Arabie Saoudite consolide son rôle auprès de l’UNESCO, par ses organisations et ses programmes, pour renforcer l’action de l’Organisation dont le rôle s’accroit suivant les défis que doit relever le monde. Cette perspective s’inscrit dans la « Vision 2030 du Royaume d’Arabie Saoudite » de Son Altesse Royale le Prince héritier Mohammed ben Salman. Le Plan de Vision n’a pas pour seule ambition de développer l’économie du pays, mais aussi de générer un essor et une prospérité bénéfiques pour toute la région et pour le monde.

Dans un monde où les risques augmentent, l’Arabie Saoudite est convaincue du rôle fondamental des organisations internationales, et des relations multilatérales, pour répondre aux enjeux, relever les défis, assurer la prospérité, la durabilité, la stabilité et la paix. Les enjeux sont colossaux, compte tenu des crises économiques, climatiques et technologiques, dont l’impact transforme le monde.

Etant l’un des pays fondateurs de l’UNESCO, l’Arabie Saoudite entend ainsi remplir son rôle, par sa Délégation, ses organismes et programmes qui ont établi des partenariats avec l’Organisation : la Fondation « Misk », qui s’occupe notamment de la jeunesse, le Centre du Roi Salman pour le secours et l’action humanitaire, qui soutient et développe des projets humanitaires dans le monde, et qui a organisé un forum avec l’UNESCO le 2 octobre 2019 sur le thème de l’humanitaire et de l’éducation, outils de résilience en situation d’urgence et de conflit ; le Programme du Roi Abdullah bin Abdulaziz pour la culture de la paix et du dialogue, qui promeut le dialogue des cultures, la Fondation du Roi Khalid qui a organisé un forum avec l’UNESCO, le 23 septembre 2019, sur le thème de l’inclusion, notamment des femmes, par l’économie. Cet intérêt pour l’inclusion s’est aussi reflété dans la contribution de la Délégation saoudienne à la consultation sur le Rapport Mondial de suivi de l’éducation 2020 sur « l’inclusion et éducation », en septembre 2018 ; et lors de la conférence qu’elle a organisée le 2 mai 2018 à l’UNESCO, sur « la trisomie : vers une évolution culturelle nécessaire », avec la participation d’experts internationaux.

Au cœur des missions de l’UNESCO se situe le patrimoine, ciment des sociétés et passerelle d’échange, levier du rapprochement des cultures et socle de la cohésion de l’humanité. L’Arabie Saoudite soutient fermement la préservation et la promotion du patrimoine. Missions qu’elle entend incarner d’autant plus que le pays représente un musée à ciel ouvert, jouissant d’un patrimoine précieux très ancien, datant de la période d’avant Jésus-Christ et dont témoigne, entre autres, l’exposition du site AL Ula à l’Institut du Monde Arabe (IMA) à Paris, les 8 et 9 octobre 2019, événement organisé par le Ministère de la culture saoudien et l’Institut du Monde Arabe. Très vaste et phénoménal, le site abrite des monuments d’exception qui ne passent pas inaperçus et dont la valeur n’a pas échappé au regard avisé et expert de l’IMA. D’une importance capitale, l’exposition d’Al-Ula est inaugurée par Son Altesse le Prince Badr ben Abdullah ben Farhan Al Saud, Ministre de la culture de l’Arabie Saoudite, Monsieur Franck Riester, Ministre de la culture français, et Monsieur Jack Lang, Directeur de l’IMA.

La Délégation semploie sans relâche à promouvoir la culture, le patrimoine, l’éducation et la science. En tant que Professeur et chercheur en sciences du langage et de didactologie des langues et cultures, jai eu lhonneur de développer et de contribuer à des revues en sciences humaines, dans lesquelles ont participé de nombreux et éminents auteurs qui, dans différents domaines, ont favorisé la production et la diffusion de connaissances et le contact des cultures. Travail que je poursuis à présent en tant que Délégué Permanent auprès de lUNESCO, essayant de faire réussir les efforts de lArabie Saoudite en matière d’échanges et de partenariats avec les pays membres pour contribuer à la réussite des missions de lUNESCO.


2019, Année internationale des langues autochtones 
Dans le cadre de la defense et le preservation des langues autochtones,
le 04 octobre 2019, la réunion a été marquée notamment par laccueil qui a été réservé à Madame Yalitza APARICIO, Ambassadrice de bonne volonté de lUNESCO pour les peuples autochtones qui contribuera à l’action de lOrganisation pour préserver et promouvoir les langues autochtones et favoriser linclusion. Je me réjouis de la nomination de Madame lAmbassadrice de bonne volonté, et de lattention accordée à la diversité des langues et cultures.


La collaboration avec les autres délégations présentes au sein de l’Unesco, et en particulier avec le groupe Afrique.
Concernant l’Afrique, qui constitue une priorité, l’Arabie Saoudite a intégré le Groupe Francophone de l’UNESCO en 2018 en qualité de membre observateur, pour développer les échanges et des partenariats dans le cadre des missions de l’UNESCO, et œuvrer notamment pour le dialogue des cultures et la culture du dialogue. Par ailleurs, la délégation saoudienne soutient et participe chaque année à la semaine africaine organisée à l’UNESCO. Elle a organisé en octobre 2018 une conférence culturelle, conjointement avec la Délégation de la République du Mali auprès de l’UNESCO, pendant laquelle j’ai souligné la valeur précieuse du patrimoine africain, caractérisé par une diversité linguistique et culturelle exceptionnelle qu’il faut préserver et promouvoir dans l’intérêt de l’humanité. Puis, un projet de partenariat a été initié dans le cadre de l’UNESCO en juillet 2019 entre l’Arabie Saoudite et des pays du Groupe Afrique de l’UNESCO. La Délégation saoudienne a aussi conjointement organisé, en 2019, avec la Présidente du Groupe Afrique de l’UNESCO, S. Exc. l’Ambassadrice, Déléguée Permanente du Gabon auprès de l’UNESCO, une rencontre/conférence entre le Groupe et le Directeur général de l’Organisation Islamique pour l’Education, la Science et la Culture (ISESCO). A cette occasion, j’ai souligné l’importance de renforcer le partenariat entre l’UNESCO et l’ISESCO qui ont des missions similaires.

En septembre 2019, j’ai eu l’honneur et le plaisir de participer à la Première Conférence régionale des ministres africains sur la mise en œuvre en Afrique du Plan d’action de Kazan (PAK) en Afrique, et, en septembre 2019, au Forum panafricain pour la culture de la paix organisé dans le cadre de la Biennale de Luanda, où j’ai souligné notamment l’importance primordiale d’établir des partenariats pour garantir la prospérité, le dialogue des cultures, la durabilité, la stabilité et la paix.

La délégation du Royaume d’Arabie Saoudite a ainsi effectué de nombreuses réalisations dont l’essentiel est mentionné ci-après. Elle s’est mobilisée en 2017 en faveur de l’inscription du patrimoine Al-Qatt Al-Asiri sur la liste représentative du Patrimoine mondial, célébrant ainsi les femmes saoudiennes qui pratiquent cet art traditionnel ancien, vecteur du lien social, par lequel elles embellissent l’intérieur de leurs maisons. Puis, en 2017, lors de la Journée internationale de la femme en 2018, des femmes saoudiennes ont participé à une exposition à l’UNESCO, en réalisant des peintures Al-Qatt sous les yeux du public. En novembre 2018, des femmes saoudiennes ont aussi participé à une conférence sur le rôle de la femme saoudienne dans le développement économique et social à travers la « Vision 2030 du Royaume d’Arabie Saoudite ».


Paix & Dialogue entre les peuples

UNESCO, Paris. - Le Pr. Ibrahim ALBALAWI Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO Membre du Comité de pilotage de l’Année internationale des langues autochtones 2019 UNESCO, Paris. - Le Pr. Ibrahim ALBALAWI Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO Membre du Comité de pilotage de l’Année internationale des langues autochtones 2019
J’ai eu l’honneur et le plaisir de participer au colloque organisé à l’UNESCO sur « Les citoyens du Monde face aux défis planétaires », en novembre 2018, pour essayer d’éclairer « la citoyenneté à travers les enjeux du monde d’aujourd’hui ». Cette même conviction a animé mon intervention lors de la conférence « notre patrimoine : savoir, beauté, vivre ensemble », à l’UNESCO en janvier 2019. Intérêt pour la culture qui a animé la Délégation saoudienne lorsqu’elle a organisé un événement culturel à l’occasion de la Journée mondiale de la poésie, en collaboration avec l’Union mondiale des poètes, en mars 2018.

D’autres contributions de la délégation ont concerné le travail de l’UNESCO dans le cadre de : l’avant-projet de la convention de l’UNESCO sur la reconnaissance des qualifications de l’enseignement supérieur en mai 2018 ; la consultation sur l’avant-projet de l’UNESCO concernant les Indicateurs de l’universalité de l’Internet, en mars 2018 ; le Programme International de Développement de l’Information et de la Communication (PDIC), en août 2018 ; le Plan d’action de Ljubljana sur les Ressources éducatives libres (REL) 2017)(, en mai 2018. Au moment où le monde vit des changements majeurs, il est plus que jamais nécessaire d’assurer l’accès à l’éducation partout dans le monde, l’ODD 4 permettant de réaliser de façon transversale les autres ODD, et d’apporter ainsi des solutions aux problèmes du monde.

 

 

@Rédaction, 18 octobre 2019

 

 







Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.