UN PÉTROLIER PORTE DISPARU DANS LES EAUX GABONAISES DEPUIS 5 JOURS

Le"M/T PANTELENA", un navire pétrolier battant pavillon Panaméen Le"M/T PANTELENA", un navire pétrolier battant pavillon Panaméen
Selon des  informations en notre possession, le"M/T PANTELENA", un navire pétrolier battant pavillon Panaméen et transportant 9000 tonnes de carburant qui était au mouillage en Rade d’attente du port d’Owendo, attendu d’être réceptionné par la Société Gabonaise d'Entreposage des Produits Pétroliers (SGEPP), est porté disparu avec son équipage et l’ensemble et de sa cargaison depuis le mardi 14 aout 2018. Cinq jours après, le navire reste introuvable. Malgré les équipements de surveillance onéreux installés à la Capitainerie du Port d’Owendo et vantés par l’acquéreur qui n’était autre que l’ancien Directeur Général de l’OPRAG, Rigobert IKambouayat Ndeka, récemment nommé Gouverneur de la Province de l’Estuaire, les autorités gabonaises ignorent la Direction prise par le bâtiment et le sort réservé à l’équipage dont les familles sont sans nouvelles.


Silence radio
Presque cinq jours après ce malheureux événement, la chaine de commandement, c’est-à-dire le gouvernement et les autorités en charge du port d’Owendo gardent tous le silence, alors que l’armateur du navire a déjà saisi les Instances internationales dont l’OMI (Organisation Maritime Internationale).

La piraterie maritime, centrée au large des côtes de l'Afrique de l'Est, notamment au large de la Somalie, s'est depuis un certain moment déplacée vers le golfe de Guinée dont le Gabon fait partie.

Avec ce fâcheux incident qui n’est d’ailleurs pas le premier du genre, la destination Gabon risque d’être entachée. S’en suivront, des Surtaxes de Sécurité sur le fret et son corolaire d’augmentations à la chaîne qui forcément a une incidence sur le panier de la ménagère.


"Les Globe-trotters"

Sayid ABELOKO, Directeur Général de l’OPRAG et Landry Régis Laccruche Lélabou, Commandant du Port D’Owendo Sayid ABELOKO, Directeur Général de l’OPRAG et Landry Régis Laccruche Lélabou, Commandant du Port D’Owendo

S’agissant en particulier de l’Office des Ports et Rades du Gabon(OPRAG), on constate que le couple bicéphale "globe-trotter", Sayid ABELOKO, Directeur Général, et Landry Régis Laccruche Lélabou, Commandant du Port D’Owendo, qui communiquent à outrance sur leurs faits, gestes et exploits invisibles sur le terrain, couronnés par des prix bidons qu’ils vont chercher par ci et là, n’a pas une seconde à perdre sur ce qui devrait pourtant être une priorité.
UN PÉTROLIER PORTE DISPARU DANS LES EAUX GABONAISES DEPUIS 5 JOURS © anne marie dworaczek-bendome


Responsabilités individuelles et collectives

Après avoir affirmé qu’aucun pirate ne pouvait accoster au port owendo
, voilà qu’ils viennent non seulement d’accoster, mais aussi de subtiliser un navire au mouillage, c’est à dire en stationnement dans le périmètre portuaire, autrement dit, à l’intérieur des terres gabonaises (au cœur du pays); en comparaison, cela se passe ailleurs comme dans des États désorganisés à l’instar de la Somalie, mais au large des côtes, et non à l’intérieur des terres. Force est de constater que l’insécurité ambiante n’est plus seulement alimentaire.

Eu égard au fait que cette bévue met en doute les affirmations du Gouvernement et du Président de la république M. Ali Bongo Ondimba, des sanctions doivent suivre, sinon, ce n’est pas la peine de lever le menton et faire l’intéressant autour des broutilles. Face à ces manquements très graves, des hommes et femmes payés pour assurer la sécurité dans les eaux gabonaises doivent répondre de leur incapacité à accomplir leur mission. La démission des ministres de La Défense Nationale et des Transports, du Directeur Général de l’OPRAG, du Commandant du Port, etc... est une évidence.

 

Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
19 août 2018

Republication : 20 aout 2018

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.