SUCCESSION: BRICE LACCRUCHE, MAIN BASSE SUR LE GABON

M. Brice LACCRUCHE ALIHANGA et Mme SYLVIA BONGO ONDIMBA M. Brice LACCRUCHE ALIHANGA et Mme SYLVIA BONGO ONDIMBA

Brice Laccruche Alihanga est un arriviste. Ses actions mises bout à bout depuis sa prise de fonction au poste de directeur de cabinet d’Ali Bongo, le 25 août 2017, le font penser. La question aujourd’hui est de savoir qui pourra l’arrêter? - L’homme a essaimé et placé partout des personnes qui lui sont devenues par la force des choses, ses obligées. La réaction démesurée de ses lieutenants qui multiplient les publications, soit pour le complimenter, soit pour discréditer l’auteur de l’article intitulé « Succession d'Ali bongo: Brice Laccruche Alihanga, "Un DC aux abois", démontre si besoin était, que cet homme, Brice LACCRUCHE ALIHANGA, né FARGEON et celle tapie dans l’ombre, représentent un vrai danger pour le Gabon et les Gabonais.

 

MAIN BASSE SUR LE GABON
Pétrole, manganèse, port, etc... Brice LACCRUCHE ALIHANGA, n’a pas jeté son dévolu et nommé des personnes dans certaines entités par hasard. Certains dossiers sont la preuve tangible d’une mainmise et d’un plan mûrement réfléchi:

- Dossier Gabon Oil Company (GOC)
Il fait nommer ministre, M. Arnauld Calixte Engandji Alandji pour refiler le poste stratégique et juteux de Directeur Général de la GOC à son ami, Patrichi Christian Tanasa ;

- Dossier port d’Owendo
Lieu de toutes sortes de magouilles par excellence, en octobre 2017, il place à la tête de l’Office des Ports et Rades du Gabon (OPRAG) , le jeune et inexpérimenté Sayid Abeloko, parent et par ailleurs, membre de l’AJEV;

- Dossier COMILOG
Martial Rufin Moussavou, autre membre de l’AJEV, a été nommé président du conseil d’administration ;

- Au mois de mai dernier, M. Roger OWONO MBA, membre de l’AJEV également, est d'abord promu au poste de Conseiller spécial du président de la République, puis il va aussi remplacer Mme Chantal AKOUOSSO, démissionnaire comme par hasard, au conseil d’administration de COMILOG; 

- Rigobert IKAMBOUAYAT NDEKA de l’AJEV, bien sûr, actuel gouverneur de la province de l'Estuaire, remplacera M. Fabrice NZE BEKALE, démissionnaire, au conseil d’administration de COMILOG.

POUVOIR ET CUPIDITÉ
L’état de sénescence dans lequel se trouve le pays, n’est visiblement pas un frein à l’appétit pantagruélique de M. Brice LACCRUCHE ALIHANGA. Porté par l’ivresse du pouvoir et en appliquant à la lettre l’adage qui dit : « On n'est jamais si bien servi que par soi-même », il n’a jamais fait abstraction de ses intérêts personnels et de ceux qui ont parié sur lui. Dans un brouhaha sans nom, accompagné par son pool média propagandiste, il donnait l’impression de réinventer constamment la roue. Avec assurance, on survendait l’homme; la formule facile à retenir : « Vous allez voir ce que vous allez voir ».

 L’argent facile est la cause de tous les maux. En seize mois, il faut admettre une réalité: tel des brigands, ils nous ont fait voir ce que l’on devait voir, c’est à-dire, une horde de “ manges-mil “  sans foi ni loi, se mettant à vider les caisses publics, à passer des marchés de gré à gré, à s’offrir des véhicules de luxe Toyota Land Cruiser VX Full option, des voyages, d’achats de biens immobiliers au Gabon, au Maroc, en France, etc... une horde de rapaces confondant tel le leur, l’argent public destiné à construire des écoles, des routes, à équiper le pays en infrastructures de base et à créer un environnement propice pour l’épanouissement de l’ensemble des populations.
 

LA CARTE SÉCURITÉ
On prenait à la rigolade certaines affirmations qui faisaient état d’ambitions bien plus élevées que celle de « simple » directeur de cabinet du Président de la République. En effet, M. Brice Laccruche Fargeon semblait n’avoir aucun point d’appui au sein des forces de défense et de sécurité. La stratégie de contrôle du Gabon, avait donc un point faible, un hic, la sécurité, d’autant plus qu’au plan politique, l’Association des Jeunes Émergents Volontaires (Ajev) qui est son bébé, dispose d’au moins sept députés et de très nombreux conseillers municipaux. La présence active de M. Ernest MPOUHO EPIGAT, directeur général de la Société de patrimoine du service public, de l’eau potable, de l’énergie électrique et de l’assainissement, et surtout, ancien ministre de la Défense nationale tend à combler cette lacune. On ne connait pas leur relation, cependant, M. EErnest MPOUHO EPIGAT est le neveu de l’actuel commandant en chef de la garde républicaine (GR), le Général Grégoire KOUNA, cousin d’Ali Bongo. Ceci expliquerait-il l’attitude insolente, via des écrits contre certaines personnalités, et l’assurance du clan Brice LACCRUCHE ALIHANGA ? La question mérite d’être posée.

LE BILAN DE M. BRICE LACCRUCHE ALIHANGA FARGEON 
En 16 mois au poste de directeur de cabinet d’Ali Bongo, « Monsieur je suis expert en tout », n’a pas redressé d’un iota la situation économique catastrophique du pays, ni fait améliorer le quotidien des habitants. Tout au contraire, les données récentes et chiffrées de la Direction générale de la Dette (DGD), disent clairement qu’au cours des 9 premiers mois de l’année en cours, la dette publique du Gabon, a connu une accélération à près de 5 000 milliards de FRANC-CFA. Cause de cette inflation ?  L’encours de la dette intérieure qui a augmenté de +59,9% et de la dette extérieure de +7,8%.

 Affaire à suivre…

 

SUCCESSION ALI BONGO: BRICE LACCRUCHE, MAIN BASSE SUR LE GABON © anne marie dworaczek-bendome

Anne Marie DWORACZEK-BENDOME
20/12/2018

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.