UNESCO : RÉCEPTION CONJOINTE DE LA DÉLÉGATION SAOUDIENNE ET DU GROUPE AFRIQUE

RÉCEPTION ORGANISÉE PAR LA DÉLÉGATION SAOUDIENNE ET LE GROUPE AFRIQUE À L’UNESCO

Au 7ème étage de l’UNESCO à Paris, s’est tenu ce jour, une réception organisée conjointement par leurs Excellences, Rachel Annick OGOULA AKIKO ép. OBIANG MEYO, Ambassadeur, Déléguée Permanente du Gabon auprès de l’UNESCO, Présidente du Groupe Afrique et Ibrahim ALBALAWI, Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO, le cadre du renforcement de la coopération entre les deux entités.

Rachel Annick OGOULA AKIKO ép. OBIANG MEYO, PRESIDENTE DU GROUPE AFRIQUE (à gauche), Ibrahim ALBALAWI, Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO (à droite) Rachel Annick OGOULA AKIKO ép. OBIANG MEYO, PRESIDENTE DU GROUPE AFRIQUE (à gauche), Ibrahim ALBALAWI, Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO (à droite)

Dans son allocution de circonstance, Mme Rachel Annick OGOULA AKIKO ép. OBIANG MEYO, Ambassadeur, Déléguée Permanente du Gabon auprès de l’UNESCO, Présidente du Groupe Afrique a souligné l’importance que revêt cette réception en ce qu’elle permet d’entretenir les liens d’amitié et « La coopération entre l’Arabie Saoudite et le continent africain s’illustre à travers plusieurs domaines tels que l’Education, la Science, la Culture, la Communication, mais aussi l’agriculture, la santé, les infrastructures, le sport, etc. C’est ainsi qu’ici, au sein de notre Organisation, la Délégation Permanente du Royaume d’Arabie Saoudite poursuit cette coopération en soutenant de manière constante et indéfectible le Groupe Afrique. »

Mme Rachel Annick OGOULA AKIKO ép. OBIANG MEYO, Ambassadeur, Déléguée Permanente du Gabon auprès de l’UNESCO, Présidente du Groupe Afrique Mme Rachel Annick OGOULA AKIKO ép. OBIANG MEYO, Ambassadeur, Déléguée Permanente du Gabon auprès de l’UNESCO, Présidente du Groupe Afrique
Discours Rachel Annick OGOULA AKIKO ép. OBIANG MEYO,
PRÉSIDENTE DU GROUPE AFRIQUE
Réception organisée dans le cadre du renforcement du partenariat Arabie Saoudite-Groupe Afrique

25 octobre 2019
Paris

Son Excellence Monsieur Ibrahim ALBALAWI, Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite,
Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chers collègues,
Mesdames et Messieurs, en vos rangs, grades et qualités,
Chers invités, Chers amis,

 Comme nous l’avions décidé en janvier dernier, l’année 2019 se devait de renforcer nos partenariats avec les pays et institutions amis. Cet événement s’inscrit donc dans ce cadre.

En effet, nous sommes réunis aujourd’hui pour célébrer l’amitié qui lie le Royaume d’Arabie Saoudite à l’ensemble des Etats Membres du Groupe Afrique.

Je ne peux donc que me réjouir de cette initiative qui nous donne ainsi, l’opportunité non seulement d’approfondir nos liens historiques tels que l’appartenance commune pour plusieurs d’entre nous à l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) ou encore à l’Organisation Islamique pour l’Education, la Science et la Culture (ISESCO), mais aussi de magnifier de manière générale la coopération qui existe entre l’Arabie Saoudite et le continent africain.

A ce titre, il convient de rappeler ici la visite de M. Salim ALMAKI, qui nous a fait l’honneur de bien vouloir rencontrer le Groupe Afrique, après son élection au poste de Directeur Général de l’ISESCO, le 9 juillet dernier.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

La coopération entre l’Arabie Saoudite et le continent africain s’illustre à travers plusieurs domaines tels que l’Education, la Science, la Culture, la Communication, mais aussi l’agriculture, la santé, les infrastructures, le sport,

C’est ainsi qu’ici, au sein de notre Organisation, la Délégation Permanente du Royaume d’Arabie Saoudite poursuit cette coopération en soutenant de manière constante et indéfectible le Groupe Afrique.

Dans cet élan, Excellences, Mesdames et Messieurs, Chers amis, il me paraît nécessaire de soutenir le projet en cours de formalisation, au sein du Groupe de travail Partenariats, d’un accord-cadre entre le Groupe Afrique et la Délégation Permanente du Royaume d’Arabie Saoudite.

Cet instrument, constituerait le socle d’une coopération encore plus solide, plus durable, plus efficace, mieux définie, et plus fructueuse.

 
Excellences, Mesdames et Messieurs,

Je ne saurai terminer mon propos sans rappeler les défis et échéances à court, moyen et long terme, dont une coopération et un partenariat renforcés ainsi qu’un soutien mutuel s’avère nécessaire.

Pour conclure, je voudrais réitérer, au nom du Groupe Afrique, mes sincères remerciements et ma profonde reconnaissance à note ami et frère l’Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite, Son Excellence Monsieur Ibrahim ALBALAWI, artisan de cette relation si mutuellement bénéfique.

Merci à tous.
Shukraan.

Vue de salle : amis et homologues membres d’autres délégations Vue de salle : amis et homologues membres d’autres délégations

Prenant la parole à son tour, le Pr. Ibrahim ALBALAWI, Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO a rappelle que « L’éducation permet de construire des sociétés de la connaissance. Des sociétés éclairées qui déracinent la pauvreté et la violence, les inégalités et les discriminations, des sociétés qui ne tolèrent plus l’intolérance. Des sociétés plus équitables augmentent les chances pour les jeunes de se construire par l’éducation et de participer à la société. Il n’est pas possible de faire l’économie de systèmes éducatifs viables et performants, dans un monde transformé par des changements majeurs. », et de finir par la célèbre phrase de l’écrivain Amadou Hampâté Bâ : «Quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brûle.« 



Allocution lors de la réception organisée conjointement par le Groupe Afrique à l’UNESCO et la Délégation Permanente Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO, le 25 octobre 2019. 

 

bon-arabie

Madame la Présidente
Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Mesdames, Messieurs,

Je voudrais d’abord adresser mes félicitations à l’Ethiopie, à l’occasion de l’attribution du Prix Nobel de la Paix 2019 à Son Excellence, Monsieur le Premier Ministre Ahmed ABIY. L’espérance pour la Paix doit toujours guider notre action, car les efforts pour y parvenir ne sont jamais vains.

J’adresse également mes félicitations au Groupe Afrique de l’UNESCO qui ne ménage jamais ses efforts pour promouvoir les atouts du Continent. L’Afrique nourrit le monde de ses ressources et nous enseigne tant de choses qui éclairent le chemin de l’humanité.


Excellences,
Mesdames, Messieurs,

L’horizon s’ouvre devant l’Afrique. Le moment est arrivé pour réaliser toutes ses ambitions. Elle représente ddésormais l’espoir du monde en matière de prospérité, de durabilité, de stabilité et de paix. Nous devons lui apporter une aide à la mesure des enjeux, en puisant dans son patrimoine, pour réaliser ce défi. Ce défi, l’Afrique est prête à le relever tant ses ressources sont variées et sa jeunesse forte. Elle empruntera résolument cette voie, se nourrira de son passé, construira son avenir en transformant son présent.

Le monde d’aujourd’hui souffre de deux maux qui rongent le corps des sociétés et gangrènent l’humanité : la pauvreté et l’analphabétisme. Ces deux problèmes, liés entre eux, se nourrissant l’un de l’autre, entraînent violence et radicalité, abîment l’altérité et détruisant le vivre ensemble. Mais il n’y a pas de fatalité. En Afrique, comme partout ailleurs, il est plus que jamais possible de renforcer l’éducation, une éducation qui permet de bâtir le socle des sociétés de demain et de raffermir les rapports humains.

L’éducation permet de construire des sociétés de la connaissance. Des sociétés éclairées qui déracinent la pauvreté et la violence, les inégalités et les discriminations, des sociétés qui ne tolèrent plus l’intolérance. Des sociétés plus équitables augmentent les chances pour les jeunes de se construire par l’éducation et de participer à la société. Il n’est pas possible de faire l’économie de systèmes éducatifs viables et performants, dans un monde transformé par des changements majeurs.

L’Afrique, forte de ses cultures et de ses identités, saura conjuguer savoirs modernes et connaissances traditionnelles, et se nourrira de son patrimoine pour avancer. Elle s’inspirera dAmadou Hampâté Bâ qui, comme vous le savez, a lancé un fameux appel, à résonance universelle, qui est ainsi formulé dans les citations : « En Afrique, quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brûle ». Ardent défenseur de la tradition orale, il est pour nous un exemple éminent. Aujourd’hui, des traditions sont menacées d’extinction et des civilisations de perdition. Des environnements dépérissent, des langues tombent en désuétude et des cultures en décrépitude.

Mais l’espoir est là, lié à notre détermination et à notre action. La Biennale de Luanda et Le plan d’Action de Kazan permettent de développer des partenariats multilatéraux et des projets qui conjuguent savoirs modernes, connaissances traditionnelles et culture du développement durable. Ce type de partenariat permet de répondre aux défis complexes du monde, par des actions globales qui assurent la prospérité, la durabilité, et préservent les patrimoines linguistiques et culturels.

L’Accord-cadre de partenariat que des Délégations de pays du Groupe Afrique de l’UNESCO et la Délégation d’Arabie Saoudite ont initié offre aussi la perspective d’une dynamique multilatérale propice à des accords multipartites. Ce partenariat permet de développer des projets de façon réciproque, de s’inscrire dans le cadre des missions de l’UNESCO, de s’inspirer des expertises et des recommandations de l’Organisation.


Excellences,
Mesdames, Messieurs,

Sachons rendre à l’Afrique ce qu’elle nous offre avec tant de générosité. Elle prodigue ses richesses culturelles et naturelles, et fournit des atouts formidables. Ces atouts permettent de tracer des perspectives prometteuses en matière de prospérité, de stabilité et de paix. Ils nous permettent de dissiper ensemble les incertitudes et d’éviter les écueils. Certes, le chemin est long mais l’envie d’arriver est forte et, comme le dit le proverbe d’origine africaine, « tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».

Merci à toutes et à tous.

Ibrahim ALBALAWI, Ambassadeur, Délégué Permanent du Royaume d’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO


La réception s’est déroulée dans une atmosphère très amicale et conviviale.

UNESCO : RÉCEPTION CONJOINTE DE LA DÉLÉGATION SAOUDIENNE ET LE GROUPE AFRIQUE © anne marie dworaczek-bendome


Paris, UNESCO.
25 octobre 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.